fbpx

L’élan de la VÉ se construit par Daniel Ross

Daniel Ross Canadian Black Book Senior Analyst
Daniel Ross, analyste automobile principal, évaluations de véhicules et résidus chez Canadian Black Book. PHOTO Canadian Black Book

Dans le paysage automobile actuel, les véhicules électriques ne représentent que 3,5 % du marché des voitures neuves (à partir de 2020).

Dans l’ensemble, les premiers utilisateurs ont exprimé leur satisfaction quant à l’expérience de possession d’un VÉ. Avec l’infrastructure qui se met lentement en place et les récents mandats gouvernementaux suggérant qu’aucun véhicule à essence ne soit produit après 2035, le taux d’adoption est susceptible de croître de manière exponentielle.

Alors, comment ce paysage a-t-il changé au cours de la dernière décennie et pourquoi les consommateurs sont-ils prêts à se tourner vers les VÉ, aujourd’hui plus que jamais ?

Le produit

Dans un article publié récemment par le Canadian Black Book, nous avons souligné les facteurs clés qui contribuent à l’adoption des VÉ à plusieurs niveaux. Dans cette chronique, je vais me concentrer sur le principal attrait des VE… le produit.

Alors que nous continuons à digérer la pléthore de nouveaux véhicules qui entrent sur le marché cette année, jamais autant de véhicules n’ont été équipés de groupes motopropulseurs électriques.

En 2018, il n’y avait que 13 véhicules électriques différents parmi lesquels choisir. Si vous ne vouliez pas d’une Tesla, vous avez réduit ce nombre à 10 et augmenté votre susceptibilité à l’anxiété d’autonomie sévère.

Tout espoir de développer un remède pour cette « condition » est mis en veilleuse grâce à COVID-19.

Plus sérieusement, il n’y a jamais eu de meilleur moment pour se lancer dans la possession d’un véhicule électrique. Au cours des nombreuses années où le Canadian Black Book a testé des véhicules, nous avons constaté des changements considérables en termes d’autonomie, de maniabilité et de normalisation générale de l’expérience des VÉ.

Nous ne sommes plus limités à une autonomie de 200 km ou moins et nous n’avons plus à chercher un endroit où recharger nos véhicules électriques.

Aujourd’hui, nous voyons régulièrement plus de 400 km d’autonomie, et la plupart des modèles électriques coûtent un peu plus de 40 000 $ au Canada.

2022 chevrolet bolt EV silver

Parmi les VE, la Chevrolet Bolt affiche actuellement l’une des valeurs résiduelles les plus élevées. PHOTO Huw Evans

Dans le cas de la prochaine Chevrolet Bolt EV 2022, le prix est en fait inférieur à 40 000 $, soit 38 198 $, avec une autonomie de 417 km. Chevrolet prend également en charge 1 500 $ pour un chargeur de niveau 2, avec installation à votre domicile.

Il s’agit là d’une offre sans précédent, pour un véhicule électrique dont le coût est égal ou inférieur à celui d’un véhicule à essence équivalent.

Quelques inconvénients

Bien que nous ne bénéficions plus de l’ancien crédit fédéral de lancement de 14 000 $ pour les VÉ, nous bénéficions toujours d’une aide de 5 000 $ sur les VE, avec un PDSF de base de moins de 45 000 $.

Si l’on ajoute à cela l’avantage de ne pas avoir à faire le plein de carburant, de ne pas avoir à effectuer de vidange d’huile et la diminution globale de l’entretien du véhicule, les consommateurs découvrent rapidement qu’il n’y a pratiquement aucun inconvénient à faire ce changement.

Un véhicule que nous avons récemment essayé était le premier modèle VÉ de Volkswagen, l’ID.4.

Proposé à un prix abordable de 44 995 dollars et offrant jusqu’à 400 km d’autonomie, l’ID.4 est le premier véhicule électrique à offrir un espace suffisant pour une famille avec de l’espace à revendre à ce prix, tout en restant visuellement discret sur le fait qu’il s’agit d’un véhicule électrique.

Ainsi, lorsque nous demandons pourquoi les consommateurs adoptent les VÉ aujourd’hui, c’est grâce à des exemples comme celui-ci. L’ID.4 s’adapte à votre famille, l’emmène dans pratiquement tous les endroits où elle aimerait aller (et revenir). Il ne nécessite pas de dépenser plus que ce qui est confortable pour un véhicule, juste pour passer au transport électrique.

Cela dit, il y a aussi des inquiétudes concernant la dépréciation. La première génération de VÉ a été considérablement affectée par ce coût de possession, mais les temps changent.

Valeurs résiduelles

À l’heure actuelle, les véhicules qui sont produits avec une autonomie suffisante et qui réduisent la plupart des craintes existantes conservent une bonne valeur.

Si l’on se réfère aux récents prix de la valeur résiduelle 2021 du Canadian Black Book, la catégorie « zéro émission » a conservé en moyenne 47 % du PDSF d’origine après 4 ans de détention, la Chevrolet Bolt EV remportant la palme avec 56,1 %.

Ces chiffres sont respectables si on les compare à ceux d’autres segments de l’industrie automobile. Ces données prennent même en compte certains VÉ dont l’autonomie est inférieure à 200 km. Il semblerait qu’à mesure que nous progressons et que les moyennes d’autonomie augmentent, les valeurs devraient en faire autant.

N’oubliez pas qu’au début, les VÉ étaient aussi différents que la Tesla Model S et la Nissan Leaf, alors qu’aujourd’hui, nous avons assisté à une croissance des produits entre ces deux extrêmes. Que vous soyez un acheteur grand public ou haut de gamme, il y a maintenant un VÉ qui est susceptible de vous intéresser.

Tesla a initié l’incursion des véhicules électriques haut de gamme et, grâce à son succès, a créé une suite de marques haut de gamme comme Jaguar avec son I-Pace, l’e-Tron d’Audi, et même Porsche avec la Taycan.

Ces véhicules ne se contentent pas d’améliorer la dynamique de conduite propre aux VÉ, mais portent également cette expérience à un niveau supérieur.

Une plus grande accessibilité

Avec la banalisation de ce groupe motopropulseur dans l’industrie, l’accessibilité a considérablement augmenté.

Presque tous les constructeurs proposent des VÉ et tous prévoient d’introduire des plates-formes dédiées aux VÉ de façon imminente. Hyundai a créé une division entière de véhicules électriques sous le nom de « IONIQ », ainsi que de nouvelles options de VÉ de Kia qui viendront s’ajouter à leur offre de VE déjà solide.

Toyota a annoncé le lancement de VÉ dans le courant de l’année, et Ford a même présenté un VÉ portant le nom de « Mustang » !

Des marques entières ont revendiqué le passage de la production de véhicules à essence à celle de véhicules électriques, et de nouveaux fabricants de VE apparaissent régulièrement.

Indépendamment de la valeur, du nom ou de l’apparence, la révolution des VÉ est à nos portes.

Toutes considérations confondues, pratiques ou autres, les VÉ ont du sens et ont ciblé exactement ce que nous recherchons dans nos déplacements quotidiens… la qualité et la commodité.


Daniel Ross est analyste automobile principal, évaluations et résidus de véhicules, chez Canadian Black Book.

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

Nos partenaires

Menu
X