fbpx

Argent et Or au cou

Autosphere » Mécanique » Argent et Or au cou
Médaillé Argent et Or en Technologie automobile en 2012, Alexandre Angers affiche son atelier par le triple A de son acronyme. Photo Atelier Alexandre Angers

En mécanique, peu des 27 meilleurs Québécois qui ont été médaillés au cours des 20 dernières années ont leur propre atelier.

Au 6490 Frontenac, devant l’atelier de 3 portes, le stationnement est bourré. La superbe A6 S-Line 3.0 2018 à compresseur dont Alexandre Angers a réglé le problème de fuite du thermostat, attend son propriétaire.

Alexandre est le seul maître de lui-même depuis l’automne 2019, des amis l’ayant invité à l’héberger dans leur nouvel atelier de Saint-Hyacinthe à titre de nouveau garagiste, en lui louant une porte façon condo.

Après plus de 6 ans dans un atelier indépendant de Beloeil, et plus de 3 chez un concessionnaire Lexus, ce technicien fait à sa manière ses premiers pas en affaires.

Il aurait volontiers préféré acheter un garage, mais il n’en a pas encore trouvé qui convient quant au lieu ou aux contraintes environnementales exigeant des frais astronomiques.

Sur les podiums de 2012

Originaire de McMasterville, accolée à Beloeil, Alexandre Angers a été en 2012 de ceux qui sont montés sur les podiums des compétitions québécoises et canadiennes de Mécanique automobile.

Formé à l’École professionnelle de Saint-Hyacinthe par Marc Tanguay, faiseur de champions, il avait obtenu l’ARGENT à Québec et l’OR à Edmonton, devenant du coup le meilleur de sa catégorie au Canada.

À l’exemple de nombreux diplômés du secteur des métiers, il n’avait « vu la lumière » qu’après un essai en Carrosserie, une trempette peu convaincante au cégep, et le mot d’une mère l’intimant à faire un choix.

Il n’en a pas fallu davantage pour s’inscrire en Mécanique, influencé sans doute par un grand-père et un oncle garagistes, et un père camionneur qui l’amenait couramment aux expositions d’autos antiques.

Une entrée en Civic

Bien qu’à 16 ans son père lui ait suggéré comme première auto une Malibu 1997, plutôt que la Honda Civic dont il rêvait, c’est finalement cette japonaise qui l’avait conduit l’année suivante à l’EPSH.

Alexandre Angers a été si ébloui par l’enseignement de Marc Tanguay, qu’il n’oubliera jamais cette période qu’il avait pourtant entreprise en freinant des quatre roues dès le premier jour !

Ce maître parmi les maîtres aime que les choses soient parfaitement claires. Son accueil n’a par conséquent rien d’accueillant pour qui ne veut entendre que de ce que le métier a de plus glorieux.

Il a su dès les premières heures qu’il faut être extrêmement passionné pour ne pas s’arrêter à tous les maux et aux mauvaises conditions du métier tel que décrit, comme à l’obligation de ne jamais cesser d’étudier.

Une période de durs défis

Quelle n’a pas été sa surprise de constater que sa manière d’enseigner consiste à lancer des défis personnels, et à ajouter, par les jeudis soirs d’écoute et d’exercices, bien des heures au programme obligatoire !

Alexandre estime que ces moments sont les plus formateurs, parce qu’ils permettent d’avoir une excellente idée de ce qu’est le métier, et de se rendre compte du chemin à faire pour devenir professionnel.

Y refaire le filage complet du moteur de sa Civic, allonger la couette pour installer la batterie dans la valise, et placer la boîte à fusibles dans le coffre à gants y ont été tout un exercice, mais combien emballant.

Toutefois, qu’on croie ou non, comme étudiant, qu’une tâche est facile à exécuter, c’est un choc d’entendre dire après 2 heures de persévérance qu’un pro peut faire ça en 5 minutes… de quoi refroidir ou y aller à fond.

Le + de l’excellence

Autre défi qui l’a impressionné : le montage en équipe d’un banc-moteur de Dodge Caliber accidenté, comprenant fabrication du support, et démontage complet de l’engin et de son électronique.

Parallèlement, Alexandre a de plus enrichi ses acquis en assistant volontairement à toutes les formations spécialisées données par Marc Tanguay aux clients de CARQUEST. 

C’est d’ailleurs grâce à cette approche exceptionnelle que ce CFP a « produit » en 25 ans autant de champions des Olympiades québécoises et canadiennes des Métiers, dont l’aboutissement est le Mondial.

Cette année, dit-il, c’est justement le champion formé à l’EPSH par Marc Tanguay, Julien Héroux, qui participera aux Internationaux de Francfort en lieu et place des compétitions de Shanghai annulées en raison du virus.

Un patron de même étoffe

Essentiellement du même cru, Alexandre Angers n’a pas eu à présenter son curriculum pour se trouver un emploi. Julien Perreault, du garage AUTOPRO du même nom, l’a embauché sans autre préambule.

Cet atelier de McMasterville a été l’équivalent d’une école supérieure de l’automobile ; il y a presque tout vu, précise-t-il, et touché à l’ensemble des services et des responsabilités d’un garagiste.

Outre le plaisir d’y débattre en matière d’électronique, il y a acquis en 6 ans toute la confiance suscitée par l’autonomie qu’il lui laissait également en matière de commande et de livraison.

Fin 2019, après quelque 3 ans de routine dans l’entretien des véhicules neufs, il n’hésite pas à devenir à son tour garagiste, et il s’en réjouit malgré la hauteur de la marche et de ses exigences.

De p’tits coups de fil raccourcissent le diagnostic.

Formule « condo » et confrérie

La formule temporaire de « condo » décloisonné qui lui permet d’utiliser l’une des 3 portes de l’atelier d’accueil, de même que le partage de connaissances qui s’y fait naturellement, est fort intéressante.

Il est également ravi de constater à quel point anciens confrères et collègues, et d’autres professionnels joints notamment par les réseaux sociaux, sont généreux de leur temps et de leur savoir.

Quant à la facturation et à l’administration, Alexandre, de la génération de l’informatique, y voit au moyen du logiciel comptable infonuagique QuickBooks, le pendant Gestion de l’indispensable ProDemand.

Alexandre Angers espère trouver bientôt un bâtiment qui lui permettra d’afficher nettement son logo au triple A et, sans doute, de devenir à son tour mentor de la lignée des Olympiens.

 

Catégories : Éditorial, Mécanique
Étiquettes :

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

octobre

31julToute la journée06PROGRAMME DE LEADERSHIP CCAMUn programme exclusif pour les gestionnaires de concessions

01sep9:00 am30mar(mar 30)1:00 pmCSMO-Auto: ESTIMATION DE DOMMAGES AUTOMOBILES

15sepToute la journée01décProgramme CCAM-NADA : CALENDRIER DES FORMATIONS

13oct5:00 pm7:00 pmInauguration officielle de son nouveau local de L’École de L’Automobile

21octToute la journée23Congrès AMVOQ 2022

28octToute la journéeLe Congrès de la CCPQ le 28 octobre à Québec

novembre

03nov12:00 pm6:00 pm43e congrès de l'APEEMQ

09nov1:30 pm2:30 pmWebinaire sur l’entreposage de batteries lithium-ionPrésenté par Propulsion Québec

16nov5:30 pm11:00 pmLa Corporation Mobilis célèbre son 100e anniversaire

X