fbpx

Garage de l’Anse : Se lancer à 28 ans en 2017

Autosphere » Mécanique » Garage de l’Anse : Se lancer à 28 ans en 2017
À l’entrée ouest de Percé, Le Garage de l’Anse était initialement une ancienne station-service dont le bâtiment multivocationnel acquis en 2017 est redevenu un atelier de mécanique. PHOTO Garage de l’Anse

Plus le cerveau est soumis à divers environnements, plus il s’enrichit et accentue ses capacités, aurait dit Le Survenant.

À 760 kilomètres au nord-est de Québec, le Garage de l’Anse est sis à quelques minutes à l’ouest de Percé, où le célèbre rocher marque l’entrée de la Baie-des-Chaleurs de façon colossale.

Très achalandée par l’enflure estivale créée par ces touristes de passage qu’on pourrait qualifier de percéides, cette mythique municipalité du Québec ne compte que 3000 habitants.

On ne s’attend donc pas à trouver dans ce magnifique environnement maritime, mais quasi désertique hors saison, des services de mécanique somme toute universels.

Qu’il s’agisse de marques nord-américaines, asiatiques ou européennes, le jeune garagiste qu’est Jean-Samuel Thorne, originaire des Îles-de-la-Madeleine et fanatique de savoir, sait en faire l’entretien et la réparation.

Fatima – Lévis – Sherbrooke

Tout un cheminement que celui de ce technicien dont le père, électricien et expert en solutions, avait cru pertinent de l’amener vivre 2 ans à Edmonton afin qu’il soit bilingue dès sa préadolescence.

C’est ainsi qu’il a fait sa première vraie sortie des Îles : une initiation qui, à 10 ans, l’a marqué au point de n’avoir jamais hésité en près de 20 ans à passer de Fatima à Lévis, et Sherbrooke.

Et que dire, après plus d’un an de cégep en génie mécanique, et l’obtention de son DEP en technologie automobile, de la polyvalence acquise en une quinzaine d’ateliers comme étudiant, Apprenti et Compagnon.

Jean-Samuel connaît donc le tableau complet du parcours du combattant : insécurité, mises à pied saisonnières, perte d’emploi à cause d’une grève, mais le tout bien compensé par des connaissances enviables.

Son savoir est loin de n’être que théorique. Entré à l’adolescence dans le cercle de l’entretien en étant pompiste et préposé 32 heures par semaine, il ne pouvait que devenir excellent.

Au Secondaire, les clients de l’atelier Leblanc & Deraspe, de L’Étang-du-Nord, le voyaient ainsi tant les soirs, les fins de semaine et les jours de relâche, que durant toutes les vacances.

Jean-Samuel Thorne a ouvert son atelier après le parcours étonnant qui, des Îles et à l’exemple des initiés, l’avait mené jusqu’à Sherbrooke. PHOTO Garage de l’Anse

 


« Les Lego, dont j’étais champion, ont à voir avec mon inscription au Cégep de Lévis. »

Le grand saut

À 28 ans, ayant bien compris qu’il pouvait à lui seul rapporter suffisamment de revenus pour qu’un patron puisse ne compter que sur lui pour faire rouler les affaires, Jean-Samuel décide de se trouver un atelier.

Après 10 ans de nostalgie, l’appel de la mer le pousse alors à explorer la péninsule, sa conjointe ayant d’ailleurs été formée en Sciences humaines à Gaspé avant de l’être en Communication marketing à Sherbrooke.

Aucun garagiste ne désirant vendre, il se rabat sur l’entrepôt d’un pêcheur de homards dont quelque 1500 cages occupaient la majeure partie de l’immense terrain, et l’achète en juin 2017.

En octobre, au terme d’un marathon contre la montre pour adapter le bâtiment à ses besoins, il réussit à ouvrir le Garage de l’Anse au moment crucial du début de la saison des pneus.

Le défi était impressionnant, puisque le lieu avait précédemment servi de micro-complexe abritant, simultanément et en ligne, une lingerie, un atelier de mécanique, un dépanneur et un restaurant !

Un DEP allumant

Comme son père, Jean-Samuel, a le souci du détail, de tout faire dans les règles et d’avoir constamment besoin d’aller au fond des choses, y compris lorsqu’il s’agit du français, sa propre langue.

D’où, malgré son premier et intense apprentissage en mécanique, sa détermination à 20 ans à obtenir un DEP dans le but de connaître les systèmes, et de devenir, comme voulu, excellent en électricité.

Il se félicite d’y avoir également appris à ne jamais déroger de l’approche logique pour tout diagnostic ; l’unique façon soutient-il, de régler un problème et de le faire sans perdre de temps à tâtonner.

Un expert multimarque

Sans la formation de base acquise à l’école, Jean-Samuel estime qu’il n’aurait pu profiter de l’exceptionnelle expérience et des secrets acquis en quelques années en de si nombreux et divers ateliers.

Qu’il s’agisse d’un problème de transmission, de moteur ou de programmation, sinon de l’entretien recommandé, Percéens et touristes y trouvent depuis 2017 un expert de proximité.

S’il affichait les marques qui lui sont particulièrement familières, on y verrait des logos tant européens qu’asiatiques ; ceux-ci, entre autres : BMW, KIA, Mitsubishi, SAAB, Saturn, Subaru, Volvo.

Quant à sa clientèle, elle comprend plusieurs anglophones, issus de familles établies de longue date dans cette partie de la Gaspésie, heureux d’y être servis dans leur langue.

Avertissement

Signe de sa génération, Jean-Samuel a choisi de ne pas vivre qu’en fonction de sa profession. Il en limite les heures et, en période hivernale, ferme l’atelier durant quelques semaines.

Lui fait-on remarquer qu’il en a sans doute les moyens, qu’il réplique préférer cette option et passer plus de temps en famille, plutôt que de se payer une camionnette de 100 000 $.


Jean-Samuel Thorne prouve que se ressourcer en profitant de la vie est plus productif et plus rentable que travailler 8 jours par semaine.

À l’accueil, Marilyn veille au grain ; on ne distraie pas Jean-Samuel lorsqu’il a la tête dans un moteur ou effectue un diagnostic ! PHOTO Garage de l’Anse

 

Une fenêtre sur l’atelier permet aux clients d’observer les techniciens. PHOTO Garage de l’Anse

ARTICLES POPULAIRES

AAPEX 2021 Button FR

SEMA360 Button FR

Calendrier

décembre, 2021

Nos partenaires

Menu
X