fbpx

Des véhicules plus intelligents, des solutions plus intelligentes

Autosphere » Mécanique » Des véhicules plus intelligents, des solutions plus intelligentes
Il est de plus en plus important pour les ateliers et les techniciens du marché des pièces de rechange de trouver efficacement des informations spécifiques sur les réparations. PHOTO Huw Evans

Trouver des moyens d’accéder aux bonnes informations sur les réparations, à chaque fois.

As vehicle complexity increases, the ability of automotive aftermarket technicians to diagnose and resolve problems becomes increasingly critical.

Et pour le faire efficacement, les techniciens doivent avoir un accès rapide et efficace aux bonnes informations.

En réalité, il n’est pas toujours facile d’obtenir ces informations.

Les batailles incessantes entre les équipementiers et le marché de l’après-vente peuvent rendre frustrante la recherche de ces données vitales, même si des progrès notables ont été réalisés pour apporter des solutions efficaces au problème.

Les centres de service après-vente et leurs techniciens doivent s’assurer qu’ils peuvent réparer autant de véhicules que possible et ne pas être dans une position où les clients doivent être refusés.

Tout simplement parce que l’atelier n’est pas en mesure d’utiliser les bons outils et d’accéder aux bonnes informations.

Une priorité absolue

Chez Automotive Aftermarket Retailers of Ontario (AARO), l’accès aux informations sur la réparation des véhicules est une priorité absolue.

L’association s’est associée à la National Automotive Service Task Force (NASTF) aux États-Unis dans le cadre de l’initiative « Repair it Right».

En Amérique du Nord, d’autres associations, dont l’AIA Canada, l’Auto Care Association et l’Automotive Aftermarket Suppliers Association (AASA), collaborent également pour que les centres de service et les techniciens du marché secondaire puissent obtenir les informations dont ils ont besoin pour réparer les véhicules.

Mark Lemay, président d’Auto Aide Technical Services à Barrie, en Ontario (et membre actif du conseil d’administration de l’AARO), affirme que la situation actuelle en matière d’accès à l’information peut être frustrante pour de nombreux techniciens du marché secondaire. (et membre actif du conseil d’administration de l’AARO), affirme que la situation actuelle concernant l’accès à l’information peut s’avérer très frustrante pour de nombreux techniciens du marché secondaire.

« Les problèmes sont multiples », dit-il.

« Beaucoup d’équipementiers ne donnent pas de bonnes descriptions du fonctionnement du système et ils ne vous donnent pas d’informations sur ce que le système recherche. »

Selon M. Lemay, si les équipementiers étaient en mesure d’expliquer plus efficacement le fonctionnement réel des systèmes des véhicules, les techniciens seraient en mesure de mieux comprendre leur fonctionnement.

Il note également que l’industrie doit également veiller à ce que les techniciens soient formés à la pensée critique.

Le problème, dit-il, est que ces pratiques ne sont tout simplement pas enseignées très souvent.

« Lorsque le tableau que vous regardez de manière autonome ne résout pas le problème, c’est là que se situent la plupart des problèmes que nous rencontrons », explique M. Lemay.

Il fait remarquer que ce type de pensée analytique n’est pas enseigné dans les écoles professionnelles ni dans les ateliers, dans de nombreux cas parce que les techniciens qui assument un rôle de mentor ne savent pas comment l’enseigner parce qu’ils n’ont pas été formés eux-mêmes.

Selon M. Lemay, à l’heure actuelle, trop peu d’ateliers d’après-vente suivent des stages de formation, ce qui n’aide pas.

« J’estime que, régulièrement, moins de 10 % de notre population de techniciens suit activement une formation, quelle qu’elle soit. »

Il note qu’en ce qui concerne les équipements, de plus en plus d’équipementiers diffusent des logiciels d’usine par le biais d’outils de reprogrammation J2534, bien que le coût puisse être assez élevé et que tous les équipementiers ne soient pas conformes.

Problèmes liés aux véhicules plus récents

Don Mikrut, directeur du développement, Repairify (la société mère du fournisseur de solutions de diagnostic asTech), explique qu’en plus de la formation et de l’accès à des informations concises, un autre problème auquel se heurtent de nombreux ateliers du marché des pièces de rechange est celui des types de véhicules qui commencent à sortir de la garantie et à entrer sur le marché des pièces de rechange en grand nombre.

Il s’agit souvent de véhicules de l’année-modèle 2015-2017, dont beaucoup sont dotés de fonctions avancées telles que le radar, le LIDAR, l’arrêt-démarrage, l’ADAS et d’autres, ce qui signifie qu’il y a plusieurs modules sur le véhicule et plusieurs calibrations nécessaires pendant les travaux de réparation et d’entretien.

« Lorsque je reçois ce véhicule de quatre ou cinq ans dans mon atelier de réparation, dit M. Mikrut, la plus grande question est de savoir comment accéder aux informations une fois qu’il n’est plus sous garantie. »

Étant donné que de nombreux ateliers s’appuient sur des outils d’analyse tiers du marché secondaire pour les diagnostics, M. Mikrut indique qu’il est important de comprendre l’efficacité de ces outils et de savoir si le fournisseur peut fournir lui-même les bonnes données pour permettre au technicien de diagnostiquer et de résoudre le problème.

Un gros problème pour de nombreux ateliers est que les outils dont ils disposent ne fournissent pas toujours une couverture complète et, dans de nombreux cas, il n’est tout simplement pas rentable d’acquérir des outils d’analyse OEM pour chaque marque et chaque modèle que l’atelier entretient.

Mécanique et collision

Selon M. Mikrut, asTech se concentre sur cette question depuis longtemps et a pu tirer parti de son expérience dans les domaines de la mécanique et de la réparation des collisions pour fournir des solutions efficaces aux techniciens de la baie.

Il note qu’un élément clé à prendre en compte par les ateliers est le type et la fréquence des véhicules qu’ils entretiennent, et qu’ils doivent ensuite se concentrer sur une couverture adéquate pour ces véhicules.

« Même si vous n’avez pas de couverture, vous pouvez vous associer à une société comme asTech qui a la capacité de scanner chaque marque, modèle et année de véhicule », explique M. Mikrut.

De plus, en branchant une seule unité asTech sur le véhicule, le technicien de l’atelier peut être relié aux techniciens certifiés ASE d’asTech qui peuvent diagnostiquer et effectuer des calibrations à distance, fournissant ainsi une ressource indispensable pour les techniciens de l’atelier qui ne sont peut-être pas formés aux multiples outils de balayage des équipementiers.

M. Mikrut, comme M. Lemay, dit que dans de nombreux cas, les ateliers et les techniciens rencontrent le problème de voir le code de problème de diagnostic (DTC), mais l’outil d’analyse qu’ils utilisent ne peut pas couvrir tous les modules sur ce véhicule, ce qui signifie qu’ils ne peuvent pas localiser le problème et donc, ne peuvent pas réparer le véhicule.

Les outils d’origine, en revanche, sont souvent capables d’identifier chaque module du véhicule, ce qui donne au technicien de bien meilleures chances de trouver le problème et de le résoudre.

Selon M. Mikrut, le fait que des entreprises comme asTech puissent combler le fossé entre les outils de balayage du marché des pièces de rechange et ceux des équipementiers constitue une solution indispensable pour les centres de service indépendants.

« Nous sommes en mesure de leur éviter d’avoir à se former sur plusieurs outils d’origine et de leur permettre de rester à l’aise avec les outils qu’ils utilisent, en leur fournissant cette couverture de réparation et ces informations supplémentaires lorsqu’ils en ont besoin. »

ARTICLES POPULAIRES

AAPEX 2021 Button FR

SEMA360 Button FR

Calendrier

Nos partenaires

Menu
X