fbpx

Prêt pour le futur ? par Denis Pageau

L’arrivée des véhicules électriques et hybrides dans nos baies de service nous oblige à nous demander si notre formation est à point. PHOTO : Chuttersnap

Selon vous, l’année 2021 s’annonce-t-elle aussi saisissante pour nos ateliers que l’a été 2020 avec la pandémie ?

Une chose est certaine : si vous n’avez pas une solide formation en électronique, préparez-vous à affronter le mauvais temps ! En effet, vous qui prônez les bienfaits des entretiens préventifs auprès de votre clientèle pour prolonger la durée de vie de leurs véhicules, vous devriez appliquer le même raisonnement pour assurer la pérennité de votre atelier.

Un regard sur le passé…

Au début des années 1990, on a introduit massivement dans les véhicules automobiles des systèmes servant aux transferts de données et des instructions de programmes destinés aux ordinateurs, communément appelé des « bus de communication (Binary Unit System) ». Cela paraissait énorme comme changement à l’époque, et certains étaient réticents.

D’autres ont choisi d’aller de l’avant et de suivre le mouvement en participant à des formations pour découvrir des méthodes d’applications avec les bons outils et d’ainsi comprendre ce qu’est la reprogrammation J2534. Cela, c’était en 1990, mais moi, ce qui m’intéresse, c’est de voir ce que nous réserve 2021.

… pour mieux se tourner vers l’avant

Nous le savons tous, il faut prendre soin de l’électronique des véhicules hybrides et électriques, alors à vous d’en tirer profit. Contrairement à certaines opinions, je crois fermement que c’est l’occasion pour tous les ateliers, autant les concessionnaires que les indépendants, de même que les ateliers de carrosserie, de tailler leur place. Devant nous se dessine la réalité de la conciliation technologique et mécanique.

Les connaissances à développer

Je suis fier et parfois même étonné de la richesse des connaissances que possèdent de nombreux mécaniciens. Cela dit, je m’étonne également du manque de connaissances de base en électricité et en électronique. Comprendre les circuits séries parallèles et savoir réellement ce qu’est la « continuité » est primordial pour pouvoir remplacer le mot « mécanicien » par « technicien ».

Un exemple : Nous sommes quatre mécaniciens qui suivons les instructions d’un manuel électronique nous indiquant d’utiliser un multimètre pour vérifier la continuité d’une mise à la masse sur un circuit en particulier. Sans trop entrer dans les détails, l’un de nous connecte donc le fil rouge de l’ohmmètre au circuit à vérifier (Pin : B2156) et le fil noir à la masse de ce circuit.

La lecture était de 4,62 MΩ (sigle affiché sur l’ohmmètre indiquant « méga », pour un million). Divergence d’opinions ! Deux mécaniciens affirment qu’il y a continuité, tandis que les deux autres soutiennent que non, 4 mégohms ce n’est pas de la continuité. Qui dit vrai ? Si vous ne connaissez pas la réponse ou si vous hésitez, vous êtes probablement un bon candidat pour une formation de base en électronique. Oubliez les bus de données série et les prises de lectures à l’oscilloscope.

Selon moi, il est grand temps de prendre du recul et de faire l’inventaire de nos connaissances. L’année 2021 est toute désignée pour nous adapter et revoir notre façon de faire les choses. En tant que mécanicien, vous avez l’opportunité de vous démarquer en participant à l’auto-évaluation, ne serait-ce que pour réajuster vos connaissances et la valeur de vos compétences.

Si vous désirez ensuite poursuivre l’aventure et cheminer vers la Compétence VÉ, vous trouverez toutes les informations auprès de vos CPA en région, ou du CSMO si votre région n’est pas desservie par un CPA, à l’adresse internet suivante : competencesve.ca


Denis Pageau est Conseiller sénior en développement au sein du réseau des garages recommandés de CAA-Québec et un technicien et formateur émérite.

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

Nos partenaires

Menu
X