fbpx

Faire progresser la sécurité, faire progresser les réparations

Autosphere » Mécanique » Faire progresser la sécurité, faire progresser les réparations
Les étalonnages ADAS deviennent une exigence standard dans les réparations mécaniques et les réparations après collision. Photo John Bean

L’étalonnage des systèmes d’aide à la conduite ADAS fait de plus en plus partie de l’entretien mécanique des véhicules.

Les systèmes avancés d’aide à la conduite (ADAS) ont changé la donne pour l’industrie automobile à plus d’un titre. Il y a aussi l’aspect sécurité, qui consiste à alerter les conducteurs des dangers potentiels et à réduire les risques de collision. Il y a aussi l’aspect de la complexité, ce qui signifie que lorsqu’un véhicule récent équipé de la technologie ADAS a besoin de réparations, que ces réparations soient liées à une collision ou à la mécanique, les techniciens doivent être en mesure de calibrer correctement les systèmes et les capteurs ADAS.

Cela nécessite un investissement et une formation importants. Sur le plan mécanique, la réinitialisation des capteurs d’angle de braquage et le calibrage correct de la hauteur de caisse du véhicule sont désormais des tâches d’entretien courantes.

Compréhension approfondie

Jason Russell, propriétaire de Russell Automotive Repair and Service NAPA AUTOPRO. Photo Russell Automotive Repair

Jason Russell, propriétaire et exploitant de Russell Automotive Repair and Service NAPA AUTOPRO à Hamilton, en Ontario, a fait d’importants investissements dans l’étalonnage et la formation à l’ADAS dans son établissement. Il note qu’il est essentiel, pour mener à bien ce type de travaux, de s’assurer que les techniciens ont une connaissance approfondie du fonctionnement des systèmes ADAS. « En tant qu’industrie, nous devons nous assurer que nous sommes éduqués et formés sur le fonctionnement de ces systèmes, car vous ne pouvez pas réparer correctement quelque chose si vous ne comprenez pas vraiment comment il fonctionne. »

À l’AIA Canada, l’association commerciale nationale représentant le secteur des soins automobiles, le soutien et la formation des techniciens sont une priorité essentielle. Stuart Klein, directeur principal de la carrosserie à l’AIA Canada, explique que même pour des travaux d’entretien réguliers tels que l’alignement des roues, la réinitialisation des capteurs ou le calibrage de l’ADAS peuvent être nécessaires, et qu’il en va de même pour tous les travaux de suspension, du remplacement des extrémités des barres d’accouplement aux broches, en passant par le remplacement des jambes de force et des ressorts. En outre, il note que les véhicules nécessitant des recalibrages de radars ou de caméras plus complexes doivent avoir des alignements de roues dans les tolérances d’usine avant même de procéder aux calibrages ADAS proprement dits.

Impact des pièces usées

Il est également important de comprendre l’impact qu’une pièce usée ou défectueuse peut avoir sur la sécurité et le comportement du véhicule du point de vue de l’ADAS. « Avec toute l’intégration entre les différents systèmes, vous devez comprendre comment ils communiquent avec le véhicule », explique Brock Hossack, propriétaire/exploitant de Speedy Auto Service, Fredericton, N.-B. Des pièces usées ou endommagées peuvent facilement modifier l’angle de direction ou l’alignement du véhicule, entraînant des problèmes de conduite et augmentant l’usure des pneus et des composants de la suspension. L’ADAS complique encore les choses, car si l’alignement ou l’angle de braquage n’est pas correct, « le système pensera que le véhicule tourne et essaiera de contrecarrer l’action. » En d’autres termes, il essaiera de pousser la voiture hors de sa trajectoire, créant ainsi un scénario potentiellement difficile et dangereux pour l’automobiliste à bord du véhicule et pour les autres conducteurs.

M. Hossack précise également qu’en ce qui concerne les systèmes ADAS, les véhicules dont la suspension est abaissée ou relevée modifient non seulement la géométrie de ces composants, mais aussi la trajectoire des caméras ADAS, y compris les systèmes de collision avant et de freinage d’urgence.

Espace et aménagement

Pourtant, il n’est pas toujours aussi simple qu’il n’y paraît de procéder à l’étalonnage des systèmes d’aide à la conduite dans un atelier de mécanique. D’une part, il faut tenir compte de l’espace et de l’agencement de l’atelier. Victor Moreira, responsable de la formation et de l’assistance techniques chez Mevotech [which provides quality chassis driveline and suspension components], explique que les besoins en espace varient en fonction du type d’équipement utilisé, mais qu’il est essentiel de s’assurer que l’on a accès à un espace largement ouvert, avec un sol propre et plat, qui peut facilement s’intégrer à l’équipement d’essai.

M. Moreira note également que le type d’éclairage a également une incidence sur la capacité à effectuer des calibrages ADAS. « L’éclairage joue également un rôle important dans la précision de l’équipement », ajoute-t-il. « Un éclairage inadéquat qui provoque des zones sombres ou des ombres peut conduire à un étalonnage imprécis, c’est pourquoi un bon système d’éclairage est essentiel. »

Facteur déterminant

Chez Russell Automotive Repair and Service, le propriétaire de l’atelier, Jason Russell, partage cet avis et souligne que l’espace disponible pour effectuer le travail est un facteur essentiel. « La plupart des ateliers ne sont pas conçus pour disposer d’un tel espace et, même s’ils en ont un, ils sont souvent tentés de le remplir avec des ponts élévateurs de service parce qu’ils pensent qu’ils gagneront plus d’argent en ayant plus de véhicules sur les ponts élévateurs. »

Pourtant, cette approche est souvent à courte vue, car les systèmes d’aide à la conduite ne sont pas près de disparaître. Au contraire, elle va devenir un élément de plus en plus important de l’entretien global des véhicules, d’autant plus que les équipementiers continuent d’électrifier leurs produits et de proposer des fonctionnalités telles que la direction électronique des quatre roues, un bon exemple étant le nouveau Hummer VÉ de General Motors. « Même s’il est peu probable que nous voyions ces types de véhicules dans nos baies avant cinq ans, nous devons commencer à y penser et nous devons être prêts », explique M. Russell. Dans son cas, le fait de faire partie d’un réseau d’enseignes comme NAPA AUTOPRO lui fournit, ainsi qu’à son équipe, les ressources nécessaires pour former son personnel à l’étalonnage ADAS, même si, en fin de compte, il s’agit d’une question d’état d’esprit. Après tout, l’équipement et la formation ne valent que ce que valent ceux qui sont prêts à y consacrer du temps et des efforts pour en tirer le meilleur parti.

 

Catégories : Éditorial, Mécanique
Étiquettes : ADAS, AIA Canada, Mevotech, Technologie

EMPLOIS

 
Chaput Automobile
Préposé.e à l'esthétique automobile
 
  VARENNES
  Permanent
 
 
Chaput Automobile
Technicien.ne de classe 2 ou 3 - à partir de 30 $ de l'heure selon l'expérience
 
  VARENNES
  Permanent
 
 
Porsche Rive-Sud
Conseiller.ère technique interne
 
  SAINT-HUBERT
  Temps plein
 
 
Brossard chevrolet buick gmc
Conseiller.ère technique
 
  BROSSARD
  Permanent
 
 
Mazda Gabriel St-Laurent
Réceptionniste
 
  MONT-ROYAL
  Temps plein
 

ARTICLES POPULAIRES