fbpx

Stratégies d’achat d’outils d’atelier

Autosphere » Mécanique » Stratégies d’achat d’outils d’atelier
Les outils d'atelier sont de plus en plus spécialisés et coûteux. Photo Shuttersock

Les techniciens ou les centres de service doivent-ils être les responsables ultimes de l’acquisition d’outils ?

Les véhicules ont évolué et sont devenus beaucoup plus complexes au cours des dernières décennies, ce qui a mis la barre plus haut en termes de compétences et d’expertise requises pour les entretenir et les réparer, mais aussi en termes de types d’outils utilisés par les techniciens pour effectuer ce travail.

Traditionnellement, la plupart des techniciens étaient responsables de leurs propres outils, se constituant peu à peu un arsenal précieux pour les aider dans les baies de service. Avec le besoin croissant de diagnostics et d’autres exigences spéciales, le coût de certains outils est monté en flèche, ce qui rend le concept d’acquisition par les techniciens de leurs propres outils moins pratique qu’auparavant.

Détermination de la responsabilité

La question est de savoir, dans l’environnement de l’atelier moderne, qui doit être responsable de l’acquisition et du stockage des outils et quel impact cela a sur les entreprises.

Selon Chris Besemer, un technicien certifié qui possède et exploite CG Motorsports, un centre de service indépendant spécialisé dans les BMW à Richmond, en Colombie-Britannique, la réponse est : ça dépend.

« Dans notre atelier, chaque technicien est fier de ce qu’il fait » , explique M. Besemer. « C’est plus qu’un simple travail pour eux. Tous les techniciens que je connais [et je m’inclus dans le lot] sont fiers de la marque et du type d’outils qu’ils possèdent. C’est vraiment un investissement dans notre avenir. »

Tamara Ghosn, directrice du service, Roy Rump & Sons Tire & Auto Centre. Photo Roy Rump & Sons

Tamara Ghosn, du Roy Rump & Sons Tire & Auto Centre à Ottawa (Ontario), a suivi une formation de technicienne et occupe maintenant le poste de directrice du service de l’entreprise. Selon elle, dans un monde parfait, il serait formidable que les centres de service fournissent tous les outils dont leurs techniciens ont besoin pour effectuer les réparations correctement. La réalité est cependant qu’une telle situation n’est tout simplement pas pratique. « Je ne pense pas qu’il soit raisonnable d’attendre de fournisseurs de services indépendants comme le nôtre qu’ils fournissent tous les outils » , dit-elle, mais dans le même temps, Mme Ghosn note que l’environnement des ateliers évolue si rapidement qu’il est souvent difficile de prendre une décision claire sur qui doit être responsable de quoi lorsqu’il s’agit d’acquérir des outils.

Selon Chris Besemer, la chose importante à retenir, même si la technologie des véhicules continue d’évoluer, est d’être préparé et de garder une longueur d’avance. En ce qui concerne les outils, cela signifie qu’il faut examiner ce qui arrive dans vos baies de service et faire les investissements nécessaires en outils et en équipements pour réparer ces véhicules. Il note que dans la plupart des cas, les outils hautement spécialisés et coûteux ont tendance à être acquis par l’atelier et partagés entre les techniciens. C’est une stratégie que Rob Ingram, chez Eldon Ingram NAPA Auto Pro à Stratford, en Ontario, a suivie, particulièrement en ce qui concerne l’équipement de diagnostic, auquel il s’intéresse depuis plus d’une décennie, ainsi que pour s’assurer que ses techniciens sont correctement formés afin qu’ils puissent tirer le maximum des outils à leur disposition.

Plus de temps de diagnostic

Chez Roy Rump & Sons, Mme Ghosn est d’accord, mais elle note que souvent, les techniciens des centres d’entretien indépendants n’ont pas tendance à trop s’impliquer lorsqu’il s’agit d’acheter des outils coûteux ou des équipements hautement spécialisés. Elle note cependant que, compte tenu de l’électrification croissante des véhicules, les aires de service sont aujourd’hui moins occupées par les clés et plus par les diagnostics. Elle note également que cela entraîne parfois une certaine déconnexion entre les propriétaires d’ateliers et les techniciens qui effectuent le travail.

« De nombreux propriétaires ont commencé comme techniciens mais effectuaient ce travail à une époque complètement différente, explique Mme Ghosn. La majorité des propriétaires, je dirais, ne font plus vraiment de clé à molette, ce qui peut parfois rendre difficile le choix des outils à acheter et de ceux qui ne sont pas nécessaires. » Elle voit de grands avantages à ce que les jeunes techniciens travaillent et communiquent avec le personnel plus expérimenté et la direction de l’atelier pour déterminer quels achats d’outils sont nécessaires et pourquoi.

Compte tenu de la pénurie de main-d’œuvre qualifiée à laquelle de nombreux secteurs sont actuellement confrontés, y compris le marché des pièces de rechange, le départ des techniciens de maintenance peut avoir un impact considérable, en particulier sur les petits prestataires de services indépendants. « Cela peut être très difficile, non seulement en termes de perte d’une personne hautement qualifiée, mais aussi d’accès aux outils, en particulier si ces techniciens disposent d’outils manuels hautement spécialisés » , explique Mme Ghosn.

Consolation

D’un autre côté, la perte d’un technicien et de ses outils peut avoir un côté positif. Chris Besemer note que si le départ des techniciens fait partie intégrante de la gestion d’une telle entreprise, leur départ peut également donner l’occasion à d’autres techniciens de se distinguer.

« Nous avons connu des situations où nous avons perdu un très bon technicien de diagnostic, mais ce faisant, nous avons pu reconnaître à quel point nos techniciens de diagnostic existants étaient capables et compétents, car ils effectuent maintenant le travail que nous confiions auparavant à notre “meilleur élément” qui est parti, » dit-il.

En ce qui concerne les outils et la spécialisation, M. Besemer dit qu’il constate que de plus en plus de jeunes techniciens qui arrivent dans le secteur veulent se spécialiser dans les types de véhicules sur lesquels ils travaillent, plutôt que d’avoir l’approche traditionnelle toutes marques, tous modèles. Et cela a un impact sur l’utilisation et l’acquisition d’outils. « Ils préfèrent se spécialiser dans une seule marque de véhicules plutôt que de travailler sur une Ferrari F430 un jour et sur une Ford F-100 de 1967 le lendemain » , déclare M. Besemer.

En ce qui concerne les fabricants d’outils eux-mêmes, M. Besemer, comme beaucoup d’autres, a rencontré des situations où une voiture doit être envoyée chez le concessionnaire parce que l’équipementier ne permet pas aux ateliers indépendants d’acquérir un outil particulier nécessaire pour effectuer ces procédures d’entretien. « En tant que spécialiste de BMW, nous connaissons très bien cette situation, mais au bout du compte, les équipementiers doivent reconnaître que leurs concessionnaires franchisés ne peuvent pas entretenir toutes les voitures qui circulent, il y en a tout simplement beaucoup trop. » En outre, M. Besemer fait remarquer qu’il y a toujours eu et qu’il y aura toujours des clients qui n’iront tout simplement pas faire réviser leur voiture chez le concessionnaire – en particulier après la garantie – et qui préfèrent s’en remettre à leur atelier indépendant local. « Si le [OEM] n’est pas disposé à nous vendre les outils spécialisés nécessaires à l’entretien du véhicule, d’autres fabricants le feront. »

 

Catégories : Éditorial, Mécanique
Étiquettes :
AAPEX 2021 Button FR

SEMA 2021 Button FR

GTE 2022 Button FR

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

janvier

31julToute la journée06PROGRAMME DE LEADERSHIP CCAMUn programme exclusif pour les gestionnaires de concessions

01sep9:00 am30mar(mar 30)1:00 pmCSMO-Auto: ESTIMATION DE DOMMAGES AUTOMOBILES