fbpx

La Journée des parcs de l’AARO s’attarde aux VÉ

Autosphere » Mécanique » La Journée des parcs de l’AARO s’attarde aux VÉ
Les conférenciers invités à l'évènement inaugural de la Journée des parcs de l'AARO posent avec un Ford E-Transit et un F-150 Lightning électrique. (g-d) Victor Moreira (Mevotech); Xavier Gordon, (Xergy Energy); Dana Goodfellow (Ford PRO); Mark Henry (DPF), Kyle Williams, Northwinds Electrical Supply, et Ron Groves (Plug 'n Drive).
Les membres du conseil d'administration de l'AARO posent pour une photo de groupe devant le véhicule d'essai de formation de l'AARO, un Hyundai IONIQ 5 EV, lors de l'évènement inaugural de la Journée des parcs, le 16 juin à l'hôtel Marriott de l'aéroport de Toronto.
Les visiteurs ont eu la chance de voir les véhicules commerciaux E-Transit et F-150 Lightning, très attendus.
L'évènement, qui s'est déroulé sur une journée entière, a offert un contenu de qualité et de nombreuses possibilités de mise en réseau.
Photos Huw Evans

Comme le chantait Bob Dylan, Times, they are a Changin (les temps changent). Actuellement, l’industrie automobile semble saisie de la fièvre du véhicule électrique, avec de nouvelles annonces chaque jour concernant le lancement d’un nouveau produit ou un projet d’infrastructure.

Pour ceux d’entre nous qui travaillent dans le marché secondaire, cependant, essayer de comprendre tout cela et de planifier l’avenir s’avère décourageant, l’adoption des VÉ suscitant de nombreuses questions.

Pour aider à répondre à certaines de ces questions, l’Automotive Aftermarket Retailers of Ontario (AARO) a décidé de faire des VÉ une partie importante de son évènement inaugural Journée des parcs, qui a eu lieu le 16 juin à l’hôtel Toronto Airport Marriott, situé au 901 Dixon Road à Mississauga, en Ontario.

En plus des multiples présentations tout au long de la journée, du déjeuner et des pauses de réseautage, les participants ont également eu l’occasion d’essayer trois véhicules électriques à batterie sur place, dont le nouveau fourgon commercial E-Transit de Ford, la nouvelle camionnette F-150 Lightning électrique à batterie et une Hyundai IONIQ 5 qu’AARO utilise pour former les techniciens à l’entretien des VÉ.

La journée a commencé par une séance intitulée Productivité accélérée, et Dana Goodfellow, responsable marketing de Ford Pro – un accélérateur de productivité et une plateforme de solutions pour les entreprises et les parcs.

Redéfinir le succès d’un parc

Mme Goodfellow a expliqué que, par le biais de Ford Pro, la Ford Motor Company cherche à redéfinir le concept de réussite pour ses clients des parcs avec des véhicules tels que les camionnettes et les fourgons commerciaux de la série F. Ford Pro est positionné comme une entité commerciale mondiale au sein du constructeur automobile afin de fournir des solutions de parc de pointe à des clients allant de la petite entreprise aux grandes opérations commerciales. Mme Goodfellow a déclaré que Ford Pro fournit des logiciels, des solutions de recharge, de service et de financement pour les véhicules de travail. « Nous sommes un partenaire pour tous ceux qui ont besoin d’un camion ou d’une camionnette pour travailler, a-t-elle déclaré.

Nous savons que nos clients des parcs et des gouvernements sont différents des clients de détail et Ford Pro est né de ce concept. »

Ce qui est intéressant avec Ford Pro, c’est qu’il est conçu pour prendre en charge les parcs qui possèdent non seulement des véhicules à moteur à combustion interne et des véhicules électriques à batterie, mais qui exploitent également des véhicules de plusieurs marques.

Mme Goodfellow a également expliqué que Ford Pro intégrera, numérisera et simplifiera le transport grâce à des capacités comprenant des solutions intégrées de bout en bout, ce qui inclut la recharge au dépôt, sur la route et à domicile pour les VÉ. L’idée est d’offrir aux parcs une option de transition en douceur entre les véhicules à moteur à combustion interne et les véhicules électriques à batterie.

Il s’agit d’une considération importante, en particulier pour les centres de service qui ont des comptes de parc. L’une des principales questions qui se posent au sujet de la transition vers les véhicules électriques est de disposer d’une infrastructure adéquate pour prendre en charge ces véhicules, et pas seulement ceux d’une seule marque, mais aussi ceux de plusieurs marques différentes.

Pour les fournisseurs de services dont les clients prévoient d’électrifier leurs actifs, cela signifie que non seulement ces clients peuvent amener leurs véhicules à l’atelier pour l’entretien et les réparations, mais qu’ils peuvent également utiliser de manière efficace et efficiente les camions et les fourgonnettes électriques à batterie, comme ils le font actuellement avec les véhicules conventionnels.

Il reste à voir comment l’électrification des parcs se déroulera en fin de compte, mais en mettant l’accent sur les solutions de transport à moteur à combustion interne, hybride et électrique à batterie, ainsi que sur l’entretien, le financement et l’équipement, Ford Pro semble être bien placé pour aider les clients des parcss à optimiser leurs activités dans les années et les mois à venir.

L’électrification : un sujet brûlant

Kyle Williams, de Northwinds Electrical Supply, a ensuite pris la parole. M. Williams a expliqué comment l’électrification est devenue le sujet de conversation numéro un non seulement pour les parcs de véhicules, mais aussi pour les sociétés de gestion immobilière, les propriétaires et les entreprises. « Tout le monde dans le secteur a les yeux grands ouverts, essayant de saisir le concept d’électrification et la façon dont il va se déployer. »

M. Williams a fait remarquer que les mandats agressifs du gouvernement fédéral visant à passer des véhicules à moteur à combustion interne aux VÉ ont poussé les équipementiers à faire des heures supplémentaires pour trouver des solutions viables, y compris la prolifération de voitures et de camions électriques à batterie que nous voyons maintenant arriver sur le marché.

En outre, les taux d’adoption et la confiance des consommateurs doivent augmenter de manière significative avant que les VÉ ne soient considérés comme une solution de transport courante. En ce qui concerne la recharge, pour atteindre des objectifs ambitieux tels que la vente de 40 % des nouveaux véhicules sous forme de VÉ d’ici à 2030, il faut non seulement être en mesure de fournir une infrastructure de recharge adéquate, mais aussi veiller à ce que la recharge d’un véhicule ne soit pas un évènement, tout comme le fait de faire le plein d’essence ou de diesel.

L’un des principaux fournisseurs de Northwinds est FLO, une entreprise canadienne dont le siège social est à Québec et qui a fait ses preuves depuis 12 ans dans le développement d’infrastructures de recharge de véhicules électriques. À l’heure actuelle, FLO détient une part de marché de 65 % au Canada en ce qui concerne les chargeurs de VÉ et M. Williams a fait remarquer qu’il y a actuellement 61 000 chargeurs de VÉ à la disposition des membres de FLO en Amérique du Nord, le réseau fonctionnant à 98 % de sa capacité.

Cela dit, l’adoption généralisée des VÉ se heurte encore à des obstacles majeurs. L’accessibilité de la recharge des VÉ doit encore être considérablement améliorée, mais des entreprises comme FLO font tout ce qu’elles peuvent pour y parvenir, non seulement par le biais des chargeurs eux-mêmes, qu’ils soient de niveau 1, 2 ou 3, mais aussi en améliorant l’expérience de l’utilisateur en matière de recharge, en réduisant les temps d’attente et en utilisant des applications et des logiciels pour fournir aux conducteurs un meilleur accès à la localisation lorsqu’ils planifient leurs itinéraires.

En ce qui concerne les fonctionnalités telles que les applications, M. Williams a noté à quel point les avis des clients sur ces fonctionnalités sont susceptibles de jouer un rôle important dans la confiance des consommateurs et l’adoption des VÉ, de la même manière que les avis en ligne aident aujourd’hui de nombreux consommateurs à déterminer s’ils veulent utiliser un service particulier ou acheter auprès d’une entreprise particulière.

Éducation sur les VÉ

Ron Groves, de Plug’n Drive, a ensuite présenté une séance intitulée : Éviter les erreurs dans la transition vers l’électrification des parcs. M. Groves a parlé du rôle de Plug’n Drive et de sa création en tant qu’entité à but non lucratif, dirigée par Cara Clairman, pour fournir une éducation sur les véhicules électriques. Plug’n Drive offre aux consommateurs la possibilité de visiter le siège social, la salle d’exposition et le centre de formation de son Centre de découverte des véhicules électriques à North York (Toronto) ou, s’ils se trouvent dans d’autres régions du Canada, de visiter une remorque mobile de formation aux véhicules électriques (MEET) – en fait, une version mobile miniature du Centre de découverte qui peut être transportée à travers le pays et exposée pendant quelques jours dans différentes villes.

M. Groves a discuté non seulement de l’importance des nouvelles mesures d’incitation en faveur des VÉ, mais aussi de celles concernant les véhicules d’occasion, qui, selon lui, sont essentielles pour que les véhicules électriques puissent séduire un secteur aussi large que possible de la population.

Il a également fait remarquer que même si aujourd’hui, plus de 50 nouveaux VÉ sont disponibles sur le marché et que certains peuvent couvrir une distance de plus de 300 km en une seule charge, les consommateurs doivent encore réfléchir au VÉ qui convient le mieux à leur situation particulière. Cela dépend non seulement des préférences personnelles, de l’autonomie et des facteurs utilitaires, mais aussi de l’infrastructure de recharge.

Tesla, par exemple, possède ses propres adaptateurs pour les chargeurs de niveau 1, 2 et 3. Ceux qui conduisent des VÉ d’autres marques ne peuvent pas utiliser les superchargeurs de niveau 3 de Tesla en raison des différents adaptateurs.

Un autre avantage pour les propriétaires de Tesla est que le véhicule sait où se trouvent les chargeurs Tesla, ce qui facilite la planification de l’itinéraire par les opérateurs, bien que d’autres solutions telles que Chargehub et Plugshare puissent indiquer aux conducteurs d’autres VÉ où se trouvent les chargeurs.

M. Groves a également évoqué l’évolution de la technologie « plug and charge », qui permettra aux chargeurs de VÉ d’identifier le véhicule à la station de recharge et d’envoyer la facture directement au propriétaire. Bien que les immatriculations de VÉ soient en hausse, M. Groves a expliqué que nous pouvons encore, en tant que société, faire beaucoup plus pour éduquer les consommateurs sur les avantages de l’adoption des VÉ. Les exemples cités comprennent non seulement des incitations à l’achat de véhicules neufs et d’occasion, mais aussi des options de financement nouvelles et innovantes, ainsi qu’une mise à jour des codes de construction pour faciliter le chargement des VÉ. M. Groves a déclaré que si tous les véhicules de la région du Grand Toronto étaient électrifiés, nous pourrions constater une réduction de 68,5 % des émissions annuelles de gaz à effet de serre. En Ontario et au Québec, et en fait dans tout le Canada, les avantages supplémentaires comprennent une énergie relativement propre qui alimente le réseau, notamment les centrales nucléaires et hydroélectriques.

En ce qui concerne l’entretien et la maintenance, Darryl Croft, propriétaire et exploitant de OK Tire Etobicoke, qui entretient depuis longtemps des VÉ, a expliqué que la hausse du prix du carburant et l’inflation risquent d’avoir un impact sur le portefeuille de nombreux consommateurs, ce qui donne l’occasion aux fournisseurs de services de les informer sur les VÉ et les économies potentielles à long terme, notamment en ce qui concerne les réparations mécaniques en raison du nombre réduit de pièces mobiles.

Proposition de valeur

Xavier Gordon, président de Xergy Energy, a insisté sur la proposition de valeur de l’entretien des VÉ qui, en théorie, peut se traduire par une réduction de 50 % des pièces et des services par rapport à un véhicule traditionnel à moteur à combustion interne.

En ce qui concerne les parcs, malgré la gamme de chargeurs et d’adaptateurs actuellement sur le marché et les nombreuses questions entourant la meilleure approche de la recharge, au dépôt, sur la route, à la maison ou une combinaison des deux, Gordon a expliqué que l’adoption des VÉ ne doit pas être compliquée. Il a expliqué que, dans l’idéal, un bon programme de recharge maximisera l’utilité des véhicules, minimisera les coûts d’infrastructure et d’électricité et fournira des informations permettant d’obtenir un retour d’information en vue de modifier les coûts liés au parc automobile et à l’énergie.

Il a fait remarquer que l’une des plus grandes erreurs que peuvent commettre les gestionnaires de parc est d’acheter ou de louer des véhicules les plus utiles, ce qui signifie qu’ils peuvent se retrouver avec un véhicule qui n’est pas nécessairement adapté au travail à accomplir. M. Gordon a même expliqué qu’en rendant votre parc plus écologique, vous devez également envisager des véhicules hybrides ou purement électriques et vous assurer que des programmes d’essai sont menés pour permettre aux employés de faire l’expérience de ces véhicules et de prouver leur utilité dans le monde réel.

Bien qu’une grande partie de la journée du parc automobile de l’AARO ait porté sur les véhicules électriques, de nombreux parcs automobiles utilisent encore des véhicules à moteur diesel et le feront probablement pendant de nombreuses années encore. Et sur de nombreux véhicules diesel modernes, l’entretien correct comprend l’attention portée aux systèmes de post-traitement des gaz d’échappement.

Ces systèmes sont conçus pour réduire les émissions des moteurs diesel et sont obligatoires sur pratiquement tous les véhicules légers et moyens vendus au Canada et aux États-Unis.

Pourtant, ils posent des problèmes, comme l’a souligné Mark Henry de DPF. Les temps de ralenti élevés réduisent la capacité à réduire l’accumulation de suie, tandis que la cristallisation du fluide d’échappement diesel se produit à basse température. En outre, si les filtres à particules ne sont pas remplacés et si les réservoirs de fluide ne sont pas réapprovisionnés, il peut en résulter des réparations très coûteuses, ce que les gestionnaires de parc veulent éviter à tout prix.

Pour les aider, des entreprises comme DPF proposent des services d’entretien pour les parcs, avec des délais d’exécution rapides garantissant que les véhicules sont entretenus correctement et remis sur la route. En activité depuis 2009, DPF dispose de sept sites au Canada et est reconnu comme un spécialiste de premier plan en matière de systèmes de post-traitement des moteurs diesel.

La dernière session de la journée a été présentée par Victor Moreira, de Mevotech, et était intitulée « Pourquoi vous avez besoin de solutions du marché secondaire pour les véhicules hybrides et électriques ».

Un rôle important

Une grande partie de l’actualité et du battage médiatique autour des VÉ tend à se concentrer sur le secteur des équipementiers et des concessionnaires de voitures neuves, mais le marché secondaire a un rôle très important à jouer dans l’exploitation des VÉ. De nombreux véhicules hybrides et un nombre croissant de véhicules électriques à batterie entrent dans les baies d’entretien du marché des pièces de rechange et, à mesure que ces véhicules vieillissent, ils nécessitent davantage d’entretien.

Les centres d’entretien indépendants doivent comprendre que, premièrement, les acheteurs de véhicules d’occasion n’aiment généralement pas emmener leur voiture ou leur camion chez un concessionnaire pour des travaux d’entretien. Deuxièmement, lorsqu’il s’agit de véhicules hybrides et électriques à batterie (en particulier ces derniers), les exigences en matière de service sont sensiblement différentes de celles des véhicules traditionnels. M. Moreira a souligné le poids des packs de batteries et le centre de gravité bas, qui exerce une pression supplémentaire sur les pneus et les composants de la suspension.

Par conséquent, les composants tels que les barres d’accouplement, les bagues, les joints à rotule, les amortisseurs et les ressorts ont tendance à s’user plus rapidement, tout comme les pneus. Les entreprises du marché des pièces de rechange comme Mevotech n’étant pas limitées par les mêmes paramètres que les équipementiers, elles peuvent proposer des composants de remplacement plus résistants et plus durables. En outre, M. Moreira a déclaré que non seulement ces solutions durables de remplacement des pièces d’origine peuvent contribuer à améliorer les performances et la fiabilité globales des véhicules, mais qu’elles permettent également de réduire les temps d’attente pour les pièces d’origine touchées par les pénuries d’approvisionnement mondiales, ce qui permet aux parcs de réduire leurs coûts et d’améliorer leur efficacité opérationnelle.

 

Catégories : Éditorial, Mécanique
Étiquettes : , ,

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

X