fbpx

AIA Québec : Discussion avec Élisabeth Lambert

Autosphere » Mécanique » AIA Québec : Discussion avec Élisabeth Lambert
Élisabeth Lambert, vice-présidente de Pièces d’auto Joliette, était l’invitée de Jean-François Champagne dans le cadre de la série de causeries de l’AIA Canada. PHOTO AIA Canada

Dans le cadre de sa série de webdiffusions, Jean-François Champagne animait une causerie avec Élisabeth Lambert de Pièces d’auto Joliette.

La dernière édition de cette formule pour 2021 aura permis à Mme Lambert d’expliquer son parcours dans le marché secondaire automobile et d’adresser les divers enjeux auxquels ce secteur est confronté.

Mme Lambert a grimpé les échelons chez Pièces d’auto Joliette depuis son arrivée, pour un simple remplacement de personnel, il y a maintenant 11 ans. Elle est maintenant dans un poste de vice-présidente qui lui permet d’embrasser l’ensemble des activités de l’entreprise et est présentement en démarche d’acquisition de ce commerce.

« J’adore mon travail et j’adore l’industrie », explique-t-elle, en précisant la grande variété des défis auxquels un gestionnaire d’un magasin de pièces automobiles est confronté en ce moment.

« Le changement constant fait partie de nos vies. Toutefois les choses vont encore plus vite aujourd’hui. S’il fallait s’ajuster aux technologies numériques à mon arrivée, nous voyons aujourd’hui les problèmes d’approvisionnement ou encore de pénurie de main-d’œuvre affecter notre secteur. »

Attirer la relève

D’ailleurs, la rareté de la relève dans le secteur l’a rapidement poussé à s’impliquer dans la division du Québec de l’AIA, pour travailler avec Patrick St-Pierre aux opérations charme dans les centres de formation, après avoir découvert cette association par le truchement de Nadine Colette d’Uni-Sélect.

Ceci étant dit, elle se réjouit de pouvoir compter sur une bonne équipe à son magasin qui lui permet de trouver des solutions pour ses clients en cette période où certaines pièces peuvent être plus difficiles à dénicher. Elle considère que l’industrie doit poursuivre ses efforts de communication envers la relève, notamment auprès des femmes. « Plus ils vont nous voir et plus ils vont nous entendre et plus nous aurons de bons résultats. »

Jean-François Champagne a demandé à Mme Lambert comment elle entrevoyait l’arrivée de véhicules électriques de plus en plus nombreux, notamment sur le marché québécois. « Nous avons une industrie qui sait s’adapter, répond-elle. Je crois qu’il faut s’informer, se former et se préparer. Je suis certaine qu’on va bien faire face à ce nouveau défi. »

L’importance des données

Même chose pour la campagne « ma voiture, mes données, mon choix » menée par l’AIA Canada, mais pour laquelle la division québécoise s’est engagée à fond. Des rencontres ont ainsi eu lieu avec neuf grands réseaux du marché secondaire pour témoigner de l’importance de laisser au consommateur le droit de choisir avec quel atelier il veut partager les données nécessaires à l’entretien de son véhicule.

« Avec l’AIA, nous pouvons parler à tous nos partenaires de l’industrie dans un cadre non partisan, explique-t-elle. Nous parlons d’une même voix et défendons les intérêts de tous. L’accès aux données, c’est protéger notre avenir et nos emplois. »

Rappelons que nous avions eu le privilège d’avoir Mme Lambert en entrevue, sur la plateforme autosphere.ca, en mai dernier.

 

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

X