fbpx

Changez vos tactiques pour embaucher et encadrer les techniciens de la prochaine génération

Autosphere » Mécanique » Changez vos tactiques pour embaucher et encadrer les techniciens de la prochaine génération
devin purcell
Devin Purcell, professeur, École de technologie des transports et d'apprentissage, Collège Fanshawe, London, Ont. PHOTO Devin Purcell

Nous devons changer la façon dont nous embauchons et encadrons la prochaine génération de techniciens — l’avenir de notre secteur en dépend.

Si nous revenons 20 ans en arrière et que nous trouvons une jeune personne enthousiaste, dotée d’un appétit insatiable pour tout apprendre sur la réparation des voitures et qui vient d’être engagée par un atelier de réparation, le scénario semble être un rêve devenu réalité.

Un résultat différent

Si nous avançons à nouveau rapidement, nous découvrons que la même personne a passé des années à balayer et à laver les sols, à laver les voitures et à faire la navette avec les clients.

Leur esprit enthousiaste et leur enthousiasme débridé d’autrefois se sont lentement éteints, les laissant souvent blasés et peut-être un peu rancuniers. Si ce genre de scénario vous semble familier, il l’est aussi pour moi.

Vous voyez, c’est quelque chose dont j’ai été témoin pendant mon propre apprentissage.

À une époque où les apprentis mécaniciens sont censés être encadrés par des techniciens chevronnés afin qu’ils puissent suivre leurs traces, comment se fait-il que tant de ces jeunes gens se retrouvent à faire les petits travaux que personne d’autre dans l’atelier ne veut faire ?

Ne vous méprenez pas.

Je crois fermement à l’importance pour chacun de payer son dû dans notre métier, mais j’entends certains futurs apprentis dire que lorsqu’ils commenceront, ce sera des années et des années de travail ingrat et mal payé.

C’est peut-être en partie la raison pour laquelle il peut être si difficile de trouver de nouvelles personnes pour venir dans notre métier. Et qui peut les blâmer ?

jeunes techniciens
De nombreux apprentis se retrouvent coincés dans des tâches subalternes, privant le magasin de nouveaux talents et eux-mêmes d’une solide opportunité de carrière. PHOTO Shutterstock

Rêves écrasés

J’ai entendu tellement d’histoires de « futurs techniciens » qui ont vu leurs espoirs anéantis en restant bloqués au rayon lubrification ou en changeant des pneus dans l’espoir d’être les prochains à bénéficier d’un apprentissage.

Si l’on ajoute à cela le fait qu’aucun d’entre nous ne rajeunit, le tableau est très décourageant pour l’avenir de l’industrie.

Alors, que pouvons-nous faire ? L’une des façons de le faire est d’examiner notre propre parcours professionnel et notre expérience d’apprenti.

Avons-nous reçu une formation formelle, comme le mentorat d’un technicien du Sceau rouge, ou avons-nous bénéficié d’un apprentissage plus informel, peut-être en suivant un conseiller principal au comptoir ?

En repensant à vos propres expériences, qu’est-ce qui aurait pu être mieux fait et qu’est-ce qui, selon vous, doit être changé ou amélioré ?

Sortir des sentiers battus

Au cours des prochains mois, ce sont des sujets que nous allons aborder en détail.

Nous allons examiner les moyens d’améliorer l’expérience de la prochaine génération de techniciens automobiles afin de garantir l’avenir de nos entreprises et de notre industrie.

Nous nous tournerons également vers l’extérieur de notre secteur pour découvrir les pratiques réussies mises en œuvre dans d’autres métiers — peut-être pouvons-nous en tirer des enseignements qui peuvent être appliqués à notre secteur également.

Enfin, le nombre de jeunes qui s’inscrivent pour devenir apprentis et qui choisissent de travailler dans le secteur de l’entretien et de la réparation des véhicules n’a cessé de diminuer. Il n’a donc jamais été aussi important de se demander ce que nous pouvons faire de mieux pour attirer et retenir ces jeunes talents.

Les futurs gens de métier doivent se rappeler qu’il n’y a pas de stage non rémunéré dans notre secteur et que nous avons besoin de sang neuf pour remplacer les techniciens supérieurs qui prennent leur retraite chaque jour.


Devin Purcell est un technicien automobile Sceau rouge avec plus de 20 ans d’expérience et professeur au Fanshawe College, à London (Ontario), à l’école de technologie des transports et d’apprentissage. Vous pouvez le joindre à l’adresse suivante : [email protected]

Électrification des transports : Montréal dévoile un plan triennal de 885 M$
Un vrai problème par Kate Vigneau

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

octobre, 2021

Nos partenaires

Menu
X