fbpx

Une Leaf qui ne veut pas démarrer par Steve Oborne

Ici, on voit le couvercle du PDM enlevé. PHOTO Steve Oborne

Il y a quelques mois, une Nissan Leaf 2015 arrivait dans notre cour sur une remorqueuse. Impossible d’avancer avec le véhicule.  

Avant la fin de la journée, une vérification rapide des codes d’anomalie nous permet de découvrir le code P0AA6.

Le code P0AA6 est un des codes d’anomalie partagés entre les véhicules hybrides et électriques. Un code avec un descriptif vague, qui nous informe d’un problème d’isolation sur le circuit haut voltage et qui par conséquent, annonce une chasse sans fin pour trouver la cause du problème. 

À moins que le technicien responsable ait les formations, l’équipement de sécurité, et SURTOUT les connaissances requises pour trouver le problème. 

Gants d’électricien aux mains, charte de diagnostic et outil de vérifications d’isolation sur la table, plongeons ensemble dans la charte !

La présence du code

La première étape consiste à confirmer que le code est présent lors d’un essai au démarrage avec différentes composantes activées. Oui, il est là, juste avec un simple démarrage.

 Ensuite, on nous encourage à faire une vérification visuelle des composantes Haut Voltage, afin d’éliminer un bris physique évident, ce qui n’est pas le cas ici.

Étape trois, comme selon l’étape 1 le code est présent, on nous dirige vers la vérification des composantes spécifiques. 

À ce point, il faut désactiver et débrancher la batterie HV en suivant une procédure sécuritaire. 

Une fois le véhicule désamorcé, on nous demande de prendre un vérificateur d’isolation, et vérifier si le fil sortant de la batterie HV allant au power delivery module passe le test.  

Il ne le passe pas. Pour éliminer un problème au niveau du compresseur AC, on nous demande de le débrancher et de vérifier le compresseur lui-même s’il n’est pas en faute. Celui-ci passe le test.

Retirer des pièces

On enchaîne avec la vérification d’isolation du Power Delivery Module. Cette étape qui exige d’enlever le PDM du véhicule peut prendre quatre heures. Une fois le PDM sur la table, il passe le test d’isolation. Le moteur est le prochain à être vérifié, il doit lui aussi, selon la procédure, être retiré du véhicule. Il passe également le test. 

Lors de la dernière étape, il s’agit de vérifier l’isolation de l’inverter qui lui aussi est opérationnel.

Conclusion de la charte : remplacer le câble haut voltage entre la batterie et le PDM, qui lui-même coûte au-delà de 1000 dollars.  Une fois le câble changé, le VÉ a pu retourner sur la route, et un autre client satisfait ? Non.  

Mauvaise piste

J’aimerais bien dire que cette charte est parfaite, mais il y a une erreur qui nous dirigeait dans la mauvaise direction, sans compter plusieurs heures passées à démonter des pièces qui en réalité fonctionnaient bien. 

Revenons en arrière pour comprendre l’étape omise par Nissan. Au tout début, on nous demande de faire un test d’isolation sur le fil qui sort de la batterie pour savoir si le problème est dans le caisson de la batterie, ou vers l’avant du véhicule. Notre première vérification nous dirige vers l’avant. 

Ensuite, on nous demande de débrancher la seule composante que l’on peut débranchern sur le PDM, le compresseur AC, qui était bon. 

C’est lors de la prochaine étape que ça se gâte. On nous demande de vérifier le PDM en le retirant du véhicule. Mais si c’est un des quatre câbles haute tension qui se branche sur le PDM qui est en faute ?  C’est certain que le PDM va passer le test une fois retiré du véhicule ! 

Avant de me lancer dans l’aventure et retirer le PDM du véhicule, j’ai opté pour une dernière vérification, histoire de satisfaire ma curiosité. 

Le fil du compresseur AC avait un problème d’isolation à la sortie du PDM. La charte ne nous fait jamais vérifier les câbles se branchant sur le PDM avant de nous le faire démonter.  

Le coupable, le fil du compresseur AC. PHOTO Steve Oborne

Grosse erreur au niveau de Nissan, qui peut résulter en beaucoup de temps perdu.

Une curiosité payante

Souvent j’affirme que prendre 15 minutes pour satisfaire notre curiosité de technicien ne fait jamais de mal à personne, et cette petite vérification cette fois a permis de trouver le vrai problème en plus de faire économiser énormément d’argent au propriétaire du véhicule.  

Mettez vos gants, lisez vos chartes attentivement, et continuez à nourrir votre curiosité, car elle pourrait bien vous donner raison !

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

mai, 2021

Nos partenaires

Menu
X