fbpx

Les jobbers d’aujourd’hui

Les affaires ont quelque peu changé pour le jobber. PHOTO Shutterstock

Même si la pandémie du COVID-19 a durement frappé le pays, les entreprises automobiles ont été jugées importantes et sont donc restés ouvertes aux affaires et aux services.

Nous avons communiqué avec quelques employés pour voir comment leurs entreprises étaient affectées.

Dans une petite ville, Kevin a fait l’expérience d’un commerce de détail plus important. Et ce n’est pas que les gens viennent en plus grand nombre dans le magasin, mais ceux qui entrent, achètent quelque chose ! Son personnel a également changé… il a engagé trois nouvelles personnes qui ont « changé de carrière » à cause du virus et qui s’en sortent très bien !

Kevin a également fait remarquer qu’il faut maintenant plus de temps pour « faire des choses »… il faut deux fois plus de temps pour obtenir une réponse, plus de temps pour trouver des stocks, des pièces spéciales. Si vous avez besoin d’une pièce spéciale, il n’y a généralement pas de stock et si vous téléphonez à la personne responsable de cette ligne, vous découvrez qu’elle travaille à domicile et qu’elle n’a aucune idée si la pièce est en stock ! Il est plus difficile de se procurer des pièces maintenant… elles sont en quantité limitée.

Le bon côté des choses, nous dit Kevin, c’est que les ventes sont en hausse, tout comme les bénéfices !

A l’Est

À Terre-Neuve-et-Labrador, Doug explique que ses clients installateurs lui disent que leurs clients sont désormais plus conscients des travaux préparatoires à effectuer sur le véhicule avant l’entretien – c’est un grand changement. De plus, les masques et les barrières rendent les communications et les interactions plus difficiles.

De plus en plus de gens viennent dans nos magasins plutôt que de se faire livrer des produits pour une raison étrange – nous avons constaté une augmentation significative des ventes au détail ! Je ne me plains pas, mais cela nous a aussi amenés à changer et à nous adapter ; à faire beaucoup de modifications dans les magasins pour assurer une distance physique et une protection interpersonnelle.

Les affaires sont en hausse, mais les individus ne sont toujours pas prêts à revenir travailler parce qu’ils sont payés par le gouvernement. J’ai du mal à embaucher les personnes dont j’ai vraiment besoin en ce moment à cause de cela ! Les personnes qui postulent s’attendent à recevoir un salaire supérieur d’environ 25 % à ce que nous pouvons payer, ce qui constitue un grand défi pour notre secteur. De plus, les vendeurs font moins d’appels de vente en magasin.

Les réglementations gouvernementales n’aident pas – leurs règles font qu’il est difficile pour les entreprises de suivre le rythme. En regardant par la fenêtre de mon bureau, je ne vois plus que des murs et des fenêtres… avant c’était une aire ouverte. Aujourd’hui, tous les bureaux coûtent des milliers de dollars pour assurer la sécurité du personnel et des clients dans toutes nos succursales. Et puis il y a les inspections ! Les entreprises essaient de survivre, de fonctionner et de se conformer aux nouvelles réglementations et mesures de protection ! C’est très difficile à gérer pour la direction, le personnel et les clients.

Du point de vue des vendeurs – en raison des restrictions sur les voyages d’affaires – il n’y a pas de formation, pas d’appels de vente, pas de promotions sur les produits, donc tout le monde passe à côté de tout cela. C’est très difficile pour quiconque essaie de faire des affaires dans plusieurs juridictions.

Dans un centre régional

Allan, dans un centre régional, a déclaré que certains aspects de notre activité sont différents, comme la façon dont nous faisons des affaires. Cela peut se résumer au fait que notre entreprise accueille son premier salon virtuel pour assurer la sécurité du personnel, des clients et des partenaires fournisseurs tout en respectant les restrictions imposées par le gouvernement. Nous avons également connu une augmentation spectaculaire des commandes en ligne via le site web de notre distributeur national ou notre propre outil de commande. L’utilisation de ces outils est essentielle pour permettre à nos succursales d’offrir en toute sécurité les services essentiels de ramassage en bordure de trottoir. Le commerce électronique a définitivement augmenté !

Nous avons également eu la chance de maintenir un bon niveau d’activité et de continuer à offrir un bon service tout en fournissant des solutions à nos partenaires clients. Lorsque nous avons rouvert, le trafic est heureusement revenu et nous sommes restés très occupés. Je pense que de nouveaux clients, ceux qui n’étaient peut-être pas aussi familiers avec nous et nos emplacements, sont revenus.

Notre rôle unique en tant que magasin de marque nationale et distributeur d’une gamme complète de produits électriques nous permet de proposer différents produits et solutions aux nouveaux clients et aux clients de longue date.

Nous effectuons le même nombre de livraisons dans les magasins, avec des modifications de dépôt pour assurer la sécurité de tous et nous avons continué à soutenir tous nos clients ASP.

La sécurité de nos employés, de leurs familles, de nos clients et du public est notre principale préoccupation. Nous continuons à surveiller le défi COVID/19 et nous nous ajusterons si nécessaire pour être le meilleur fournisseur pour nos clients et l’employeur pour nos associés.

D’après ces quelques employés, il semble que le commerce de détail joue un rôle important dans leurs activités actuelles en raison de la pandémie… et personne ne semble pouvoir comprendre pourquoi… est-ce parce que les gens ne veulent pas se faire livrer de pièces – ils peuvent les obtenir plus rapidement s’ils vont dans le magasin… ou veulent-ils aller dans un magasin pour pouvoir parler à quelqu’un ? Ces deux raisons ont été évoquées par nos collaborateurs. Le virus a certainement laissé beaucoup de gens sans moyens de communication ou de voir d’autres êtres humains ! D’un autre côté, c’est bon pour l’employé… plus de ventes et plus de profits.

Et comme nous l’avons vu, avec les restrictions et les règles du gouvernement, les magasins ont quelque peu changé d’agencement pour assurer la sécurité des clients et du personnel en ce qui concerne les distances physiques désormais requises. Les livraisons aussi ont changé… ramassage en bordure de trottoir, dépôts… encore une fois, la distance est une exigence du gouvernement.

Pour résumer

En examinant les déclarations de ces employés, on a constaté de nombreux problèmes liés à l’éloignement physique et à la nécessité de « réorganiser » l’agencement des magasins et des allées, de construire à grands frais des bureaux pour le personnel, au coût supplémentaire des livraisons et de la manutention des pièces détachées, au temps plus long pour obtenir les pièces nécessaires dans de nombreux cas, et au très gros problème du manque de personnel nécessaire pour assurer un déroulement plus fluide des affaires, principalement en raison des paiements du gouvernement et du manque de volonté des gens de travailler !

Mais si nous regardons toute cette négativité et que nous regardons ensuite ce que disent les employés… ce n’est pas si mal et dans certains cas… comme le commerce de détail ajouté… c’est bien !

Catégories : Éditorial, Mécanique
Étiquettes :

Calendrier

Nos partenaires

Menu
X