fbpx

Derek Suen remporte le prix 2020 de Jeune Leader par l’AIA Canada

Autosphere » Mécanique » Éditorial » Derek Suen remporte le prix 2020 de Jeune Leader par l’AIA Canada
Derek Suen, Manager R&D/New Product Development at Dorman Products, wins the 2020 AIA Canada Young Leader Award.
Derek Suen, directeur de la R&D/développement de nouveaux produits chez Dorman Products, remporte le prix 2020 du jeune leader de l'AIA Canada. PHOTO AIA Canada (Photo : Michel Beaunoyer)

Derek Suen a été reconnu à juste titre pour sa contribution au marché des pièces de rechange automobiles.

Le 29 avril, l’Association des industries de l’automobile du Canada (AIA Canada) a tenu son assemblée générale annuelle (AGA). Parmi les annonces, le prix du jeune leader de l’année du marché secondaire au nom des jeunes professionnels du marché secondaire (YPA) a été décerné à Derek Suen, directeur de la R&D/développement de nouveaux produits chez Dorman Products.

Dans une interview exclusive accordée à CarCare Business, Derek a fait part de ses réflexions sur la reconnaissance de ses pairs et de l’industrie, et a fourni quelques informations sur son parcours professionnel. Il a également partagé quelques conseils pour aider et inspirer les jeunes qui envisagent une carrière dans l’industrie, ainsi que son propre point de vue sur la pandémie COVID-19 qui nous touche tous actuellement.

Derek, félicitations pour avoir reçu le prix du jeune leader de l’année. Que ressentez-vous à l’idée d’être reconnu pour vos réalisations ?

C’est un grand honneur d’être reconnu comme cela et je suis très reconnaissant d’avoir été nommé Jeune Leader de l’année. Le marché des pièces de rechange automobiles est ce que certains appellent une « grande/petite » industrie.

Ce que je veux dire par là, c’est qu’aussi grande que soit cette industrie en termes de ce que nous faisons et des opportunités disponibles, elle est aussi une famille, où beaucoup d’entre nous se connaissent, que nous soyons impliqués en tant que fabricants, distributeurs ou clients.

Je suis vraiment honoré d’être reconnu par mes pairs et par les gens de l’industrie, et je suis incroyablement reconnaissant de pouvoir travailler et contribuer à un secteur florissant de l’économie canadienne.

Pour revenir un peu en arrière, pouvez-vous nous dire comment vous avez débuté dans le marché des pièces de rechange automobiles ?

Avant de me lancer dans le marché des pièces de rechange, j’ai travaillé pour plusieurs entreprises de biens de consommation, mais avec une certaine capacité de production. Je travaillais notamment dans la chaîne d’approvisionnement, la finance ou la comptabilité.

D’après l’expérience que j’ai acquise, le marché des pièces de rechange n’était pas très éloigné de cette situation en ce qui concerne la manière dont les produits étaient commercialisés et vendus.

La transition a été un défi au début, mais j’ai beaucoup aimé apprendre les aspects techniques de cette industrie et être mieux informé et éduqué, d’abord en tant que consommateur, puis en tant que professionnel de l’industrie.

D’après ce que nous comprenons, vous avez d’abord étudié l’économie à l’université, est-ce exact ?

J’ai obtenu un diplôme d’économie à l’université Wilfrid Laurier de Waterloo, en Ontario, en 2006. J’ai rejoint Dorman Products en 2010 et en 2016, je suis retourné à Wilfrid Laurier pour obtenir un Master of Business Administration, tout en travaillant à plein temps.

Je suis extrêmement reconnaissante que Dorman m’ait accordé une bourse complète pour y parvenir, je ne pense pas que j’aurais pu me le permettre autrement ! L’un des meilleurs cours que j’ai également suivi était celui de l’Automotive Business School of Canada au Georgian College de Barrie, en Ontario.

Ce programme d’introduction au marché des pièces de rechange s’est avéré extrêmement utile pour enseigner la mécanique de divers systèmes et plates-formes afin de mieux me familiariser avec les acteurs du secteur et les clients.

Pouvez-vous nous parler de certains des rôles que vous avez joués en travaillant dans le secteur des pièces de rechange ?

Les rôles d’analyste de la chaîne d’approvisionnement, d’analyste financier des opérations et de planification des besoins en matériaux avant de rejoindre Dorman m’ont donné une bonne base sur laquelle construire.

Depuis mon arrivée dans l’entreprise, j’ai occupé plusieurs postes au sein de mon service au fil des ans. Si le développement de nouveaux produits et la recherche et le développement ont constitué l’essentiel de mes activités, j’ai passé du temps à faire des achats de base, des formations techniques à la vente de produits, des études de marché et diverses initiatives de marketing de marque.

Pouvez-vous nous parler de votre rôle et de vos responsabilités actuels ?

J’occupe un poste unique dans lequel je suis responsable de la conversion des commentaires des clients et des canaux de distribution en initiatives de développement et de vente de nouveaux produits.

Dans notre bâtiment, nous appelons simplement cela l’idéation – la capacité à trouver de « NOUVELLES » idées dans lesquelles l’entreprise peut investir et qu’elle peut mettre en œuvre.

Au fil des années, j’ai eu la chance d’avoir un patron (et un mentor) très compréhensif qui m’a appris à être un gestionnaire de personnel efficace. Depuis mon arrivée, nous avons aussi considérablement élargi notre équipe, tant au Canada qu’aux États-Unis.

D’après votre propre expérience, quels conseils donneriez-vous aux jeunes sur les carrières de l’après-vente ?

Si je pouvais remonter le temps, je me dirais probablement que le premier emploi que vous occupez n’est probablement pas celui dont vous rêvez, mais il vous permet de mettre le pied dans la porte, pour ainsi dire.

Apprenez-en le plus possible et essayez de trouver des domaines qui vous intéressent et qui sont en rapport avec ce que vous faites.En me souvenant d’un ancien poste dans la comptabilité, je peux encore me rappeler de la relation amour-haine que j’avais à l’époque avec les tableurs (amplifiée par de nombreuses nuits tardives).

Aujourd’hui, alors que c’était une corvée à l’époque, cette expérience s’est depuis révélée incroyablement utile pour développer une solide base de sens des affaires.

Selon vous, quelle est la clé qui vous permettra d’atteindre réellement le succès et de maximiser votre potentiel dans ce secteur ?

Je pense qu’il est très important de trouver un mentor/représentant ou un coach pour vous aider à donner des conseils dans des domaines que vous ne connaissez peut-être pas. Ces personnes peuvent être à l’intérieur ou à l’extérieur de l’entreprise dans laquelle vous travaillez.

L’industrie de l’après-vente automobile compte tellement de personnes talentueuses qui pourraient bientôt prendre leur retraite et qui ont tant de connaissances institutionnelles ! Il est beaucoup plus facile d’apprendre des expériences et des enseignements des autres que de vos propres erreurs !

Soyez ouvert d’esprit et prêt à essayer différentes choses, même si vous risquez d’échouer. Cela vous aidera à mettre en contexte les choses que vous aimez ou n’aimez pas, ou même à découvrir vos points forts. Dans mon cas, l’une d’entre elles consistait à parler en public, ce que je ne savais pas que j’aimerais faire avant d’avoir essayé.

Aujourd’hui, une bonne partie de mon rôle consiste à faire des présentations et des discours, souvent devant de grands groupes de personnes.

Pouvez-vous nous parler de la pandémie actuelle de COVID-19 et de certaines des mesures que nous pouvons prendre en tant qu’individus et industrie pour nous y retrouver ?

Je pense que l’un des éléments clés est de pouvoir tirer le meilleur parti possible de la technologie pour rester « connecté ». En interne, nous avons fait beaucoup de vidéoconférences via Microsoft Teams, Skype ou Zoom pour socialiser autant que possible.

En ce qui concerne l’interaction avec les clients, la capacité à tirer parti des webinaires pour continuer à apprendre, à former et à vendre des produits/services à vos clients est cruciale. Nous constatons également que le fait de travailler à distance et de tirer parti de la technologie disponible nous permet de nous connecter avec un plus grand nombre de nos clients et sur une base plus régulière.

Avez-vous des idées sur ce qui pourrait se passer une fois les restrictions levées ?

Il ne fait aucun doute que la COVID-19 a changé notre mode de fonctionnement. Je pense qu’une grande question est de savoir comment les choses vont évoluer ? Retournerons-nous à l’ancienne façon de faire des affaires, ou continuerons-nous à utiliser au maximum des technologies telles que Microsoft Team, Skype et Zoom pour atteindre nos clients ?

Sur la base de ce qui s’est passé dans le passé, cette nouvelle technologie viendra probablement compléter nos compétences et procédures traditionnelles, nous donnant plus d’outils pour être encore plus efficaces, tant en tant qu’entreprises qu’en tant que secteur.

 

Catégories : Éditorial, Mécanique

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

octobre, 2021

Nos partenaires

Menu
X