fbpx

Michaël Paul, AIA Canada : un avenir pour les spécialistes

Autosphere » Mécanique » Michaël Paul, AIA Canada : un avenir pour les spécialistes
Michaël Paul (Photo : AIA Canada)

Entré en fonction en août dernier au poste de directeur exécutif de la division du Québec et de l’Atlantique de l’AIA Canada, Michaël Paul sait que le secteur de la mécanique passe par une période lourde en défis.

Né à Sudbury en Ontario, M. Paul a obtenu un diplôme en Administration et Marketing de l’Université Bishop. Il a travaillé dans divers secteurs avant un passage de dix ans chez Petro Canada puis une carrière de 22 ans chez Valvoline. À cette époque, il était impliqué dans la SOGHU et savait déjà l’importance de regrouper des entrepreneurs autour d’une cause commune.

« L’accès à la main-d’oeuvre demeure une préoccupation, souligne M. Paul. C’est pour ça que notre organisation, inspirée notamment par le travail effectué par Patrick St-Pierre, travaille de concert avec tous ses membres pour se rapprocher des centres de formation professionnelle et de ses étudiants pour mousser les carrières dans notre domaine. » Des ambassadeurs du marché secondaire seront identifiés et poursuivront ce travail de rapprochement.

Regroupement des services

À savoir quel avenir attend les ateliers et magasins de pièces, Michaël Paul démontre un optimisme mesuré. « En général, on sait que l’entretien automobile est de plus en plus complexe. Nous travaillons constamment ici comme à Ottawa pour nous assurer que nos garagistes aient accès aux données dont ils ont besoin. D’autre part, il y a une tendance au regroupement des services sous une même adresse ; que ce soit la mécanique, les pneus, la carrosserie et la vitre d’auto. C’est une évolution des attentes des consommateurs qui veulent des solutions simples, rapides et efficaces pour l’entretien de leurs véhicules. Ceci étant dit, je crois que les mécaniciens qui vont briller au cours des prochaines années seront ceux qui afficheront leur expertise. Cela met beaucoup de pression sur la formation. »

Inspection à fond

Intéressant aussi d’entendre M. Paul expliquer que la pérennité des ateliers repose aussi sur une chose aussi simple qu’une solide inspection de tous les véhicules qui leur sont confiés. « Il y a des millions de dollars qui nous échappent parce que les problèmes ne sont pas identifiés à la base. Nous vivons traditionnellement des périodes de pointe où l’on ne prend pas le temps de faire des inspections rigoureuses. La personne la plus importante est celle qui se trouve au comptoir. Il faut savoir aussi que c’est la base de la relation avec le client. C’est notre rôle de l’informer et de le rassurer sur l’état de sa voiture. »

Dans un contexte où les concessionnaires se font plus agressifs pour attirer des clients à leur service d’entretien, le directeur de la division du Québec insiste sur l’importance de tisser des liens de confiance axés sur l’expertise. « Il faut être sensibles aux besoins des consommateurs, il faut que l’atelier ait un plan stratégique qui gravite toujours sur la qualité du service. »

Catégories : Mécanique

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

octobre, 2021

Nos partenaires

Menu
X