fbpx

Une pénurie de puces électroniques pèse sur les stocks

La production de véhicules neufs a été durement touchée par la pénurie actuelle de semi-conducteurs. PHOTO Ford Motor Company

Pour les concessionnaires, la pandémie de COVID-19 a créé un ensemble de circonstances presque extraordinaires.

La pénurie de véhicules neufs, due aux arrêts de production au début de la pandémie en 2020, a entraîné une rareté des véhicules neufs disponibles au cours des derniers mois.

Pratiquement tous les équipementiers ont été touchés, si bien que les concessionnaires ont eu du mal à écouler leurs stocks de véhicules neufs.

Lorsqu’ils y sont parvenus, ils ont souvent été happés par des acheteurs enthousiastes qui avaient de l’argent à dépenser en raison des taux d’intérêt très bas et de l’accumulation de liquidités résultant des commandes passées à la maison.

Une pression supplémentaire

La diminution du nombre de véhicules neufs disponibles a également entraîné une pression supplémentaire sur le marché des véhicules d’occasion.

Les acheteurs qui achetaient traditionnellement des véhicules neufs et qui ont constaté que les parcs des concessionnaires étaient vides, se sont tournés vers les voitures et les camions d’occasion certifiés (CPO).

Or, comme l’offre de véhicules neufs a ralenti, les véhicules d’occasion disponibles sont rapidement transformés, dans certains cas en quelques jours seulement.

Cela a exercé une pression supplémentaire sur l’offre existante de véhicules de qualité CPO à faible kilométrage, car il n’y en a tout simplement pas assez pour tout le monde.

En outre, les encans de toute l’Amérique du Nord font état de niveaux d’inventaire plus bas que jamais et, compte tenu de la pression considérable exercée sur l’envoi de véhicules d’occasion au sud de la frontière en raison de la faiblesse du dollar canadien, cela a poussé les prix à la hausse dans tous les secteurs du marché des véhicules d’occasion.

En fait, selon les données du Canadian Black Book (CBB), les valeurs de gros et de détail des véhicules d’occasion ont connu des augmentations importantes au cours des derniers mois.

En effet, en mars, les valeurs de gros des voitures de tourisme et des camions légers ont atteint des niveaux jamais vus depuis août 2020 (augmentations de plus de 0,25 % et 0,5 % respectivement).

En termes de segments individuels, CBB rapporte que les gains les plus importants ont été enregistrés dans les camions légers, les crossovers compacts ayant vu leurs prix augmenter de 1,12 % entre le 14 et le 19 mars seulement, suivis par les crossovers de taille moyenne à 1 %, les crossovers sous-compacts à 0,75 % et les petits pick-up à 0,72 %.

Au cours de la même période, les prix des voitures particulières ont également connu de fortes augmentations, les voitures sous-compactes enregistrant une hausse de 0,88 %, suivies des voitures de sport (0,86 %) et des voitures de grande taille (0,72 %).

Des prix au détail plus élevés

Du côté des détaillants, les prix moyens ont continué de grimper, CBB ayant enregistré que le prix moyen des transactions au 19 mars était maintenant supérieur à 24 860 $. Le CBB prévoit que les prix continueront de grimper, surtout avec le début de la traditionnelle saison de vente du printemps.

Pour essayer de contourner ce problème, les concessionnaires sont obligés de réévaluer le processus d’échange et de garder dans leur inventaire des véhicules qui seraient normalement vendus en gros ou à titre privé, en choisissant de les faire reconditionner et de les vendre au détail comme voitures d’occasion.

D’autres se sont tournés vers l’approvisionnement en véhicules à partir de leur base de données existante de clients du service après-vente, en choisissant les véhicules les moins kilométrés et les mieux entretenus pour les revendre lorsqu’ils passent par le service après-vente.

Pourtant, alors que les tendances indiquent une augmentation de la demande des consommateurs au cours des prochains mois, et que les stocks devraient rester serrés du côté des voitures neuves et d’occasion, les concessionnaires devraient être confrontés à des difficultés encore plus grandes pour accéder aux stocks

Le revers de la médaille est que lorsqu’ils y parviennent, la récompense est une marge brute plus élevée sur les voitures qu’ils acquièrent.

Ces dernières semaines, le marché des voitures neuves a encore été perturbé par des conditions météorologiques extrêmes dans des États du sud des États-Unis, comme le Texas, où sont basés un certain nombre de fournisseurs de produits tels que les puces électroniques, les plastiques automobiles et les composants intérieurs.

Cette situation a eu pour effet net d’aggraver la pénurie déjà grave de puces électroniques et de limiter la capacité des équipementiers à assembler des véhicules, tant en Amérique du Nord qu’à l’étranger.

Des pertes importantes

Selon un article récent du Wall Street Journal, la pénurie de semi-conducteurs est devenue si criante que des équipementiers tels que General Motors pourraient voir leurs bénéfices avant impôts réduits à néant cette année, à hauteur de 2 milliards de dollars, tandis que Ford Motor Company devrait subir des pertes similaires d’environ 2,5 milliards de dollars.

Toyota et Honda ont également été contraints de réduire leur capacité de production en raison de la pénurie constante de composants.

D’après les données de la société de conseil Alix Partners, la pénurie mondiale de micropuces pourrait conduire les constructeurs automobiles à produire entre 1,5 et 5 millions de véhicules en moins en 2021.

Cela pourrait augmenter considérablement le coût de l’automobile pour les consommateurs et menacer des emplois vitaux pour l’économie nord-américaine.

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

Nos partenaires

Menu
X