fbpx

Au revoir, et bon débarras par Brian Murphy

Canadian Black Book, Brian Murphy, vehicle values, projections, new and used, inventory management
Brian Murphy, vice-président, recherche et analyse, Canadian Black Book. PHOTO Canadian Black Book

Bien que beaucoup d’entre nous ne garderont probablement pas de bons souvenirs de 2020, elle a quand même présenté quelques scénarios intéressants pour les ventes de véhicules neufs et d’occasion.

Pour tous les Canadiens, et plus particulièrement pour cet article, pour tous les acteurs de l’industrie automobile, l’année 2020 ne s’effacera probablement pas de leur mémoire de sitôt. Dans un avenir prévisible, de nombreuses histoires de défis et de persévérance commenceront par « En 2020… » ou toute autre introduction similaire.

L’année s’est terminée par une baisse remarquable de 19,7 % des ventes de véhicules légers selon DesRosiers Automotive Consultants. Après un effrayant déclin de 45 % au deuxième trimestre, l’industrie a fait preuve d’une remarquable résilience et n’a enregistré qu’une baisse de 4 % au troisième trimestre et de 5 % au quatrième. Le rebond du second semestre, qui a certainement été soutenu par la demande refoulée de la fin du premier et du deuxième trimestre, a été une réalisation remarquable compte tenu de la longue liste de défis à relever.

Les plus fortes baisses

Géographiquement parlant, c’est l’Ontario qui a enregistré la plus forte baisse des ventes, soit 23,2 %.  La Nouvelle-Écosse a connu une baisse similaire de 22,5 %, tandis que Terre-Neuve s’est avérée la plus résistante avec une diminution de 10,5 %, ce qui n’est pas surprenant compte tenu du nombre de cas COVID-19 comparativement plus faible dans cette province.

Après avoir étudié les résultats des fabricants, il n’est pas surprenant que Ford ait revendiqué le titre de plus grand fabricant en volume avec 239 368 unités. La production totale de Ford a diminué de près de 50 000 unités par rapport à 2019. General Motors suivait de près avec 218 501 unités.  GM a gagné 0,8 % de part de marché pour l’année, un résultat vraiment impressionnant. Nissan a vu sa part de marché baisser de 1,1 %, la plus forte baisse de tous les équipementiers. Il convient également de noter que Subaru a dépassé Volkswagen au Canada pour la toute première fois.

Du côté haut de gamme, c’est Mercedes-Benz qui a remporté la palme, avec des ventes de 35 144 unités, ce qui représente une baisse d’environ 10 000 véhicules par rapport à 2019.  Il est intéressant de noter que BMW n’a été devancé par Audi que par 402 véhicules.

Les ventes de voitures d’occasion canadiennes ont connu une année remarquable et une histoire plus résistante par rapport à la demande de voitures neuves.  Selon les données les plus récentes de Statistique Canada (octobre 2020), les ventes de voitures d’occasion au Canada se sont complètement remises d’une forte baisse de 66 % au printemps. Les ventes ont ensuite connu une hausse remarquable de 220 %, à partir du point le plus bas de l’année. Les ventes de voitures d’occasion d’octobre sont en fait en hausse de 14,7 % par rapport à octobre 2019.  Ce qui est encore plus remarquable, c’est que l’industrie a connu une pénurie chronique de voitures d’occasion pendant une grande partie de l’année – une situation qui perdure aujourd’hui.

Une plus grande volatilité

Les fluctuations des prix de gros des véhicules, que le Canadian Black Book surveille et analyse quotidiennement, n’ont jamais connu une plus grande volatilité qu’en 2020.  L’indice de conservation des véhicules d’occasion de la CBB mesure la valeur conservée des véhicules de 2 à 8 ans, qui a chuté de 7 % de février à juin. Un changement de cette ampleur n’avait jamais été observé auparavant. Actuellement, l’indice est à un niveau record et les prix, corrigés des variations saisonnières, ont augmenté de 3 % par rapport à la même période l’année dernière.

Si l’on compare l’évolution des prix des différents segments à ce qu’elle était il y a 12 mois, c’est le segment des voitures de luxe qui affiche le gain le plus important, soit 14,9 points d’indice.  Malgré le passage massif aux VUS, ces véhicules se sont renforcés à un rythme étonnant.  Le segment des voitures de sport a enregistré un gain impressionnant de 12,9 points d’indice, suivi par les voitures de grande taille avec 9,6 points d’une année sur l’autre.

Tous les segments n’ont pas progressé au cours de l’année 2020. Les véhicules utilitaires sport de luxe ont chuté de 2,9 points d’indice, ce qui en fait le plus grand déclin de segment, dans un marché où la plupart des segments ont montré une certaine vigueur au cours de l’année.

Dans le même temps, les prix de gros ont connu des fluctuations importantes.  Lorsque l’on regarde le nombre de véhicules mis en vente sur les lots des concessionnaires, on constate une brève surabondance des stocks à la fin du mois de mai. Les véhicules tournaient depuis plus de 75 jours et ont terminé l’année à environ 48 jours, ce qui est bien en dessous des niveaux normaux.

Les prix de détail ont fortement chuté, passant d’un sommet en juin à un creux fin septembre, mais ils rebondissent maintenant lentement.

La situation sur le marché de gros aux États-Unis et le taux de change sont directement liés aux fluctuations des prix ici au Canada. Au départ, le dollar canadien a subi un coup massif de 6 cents au mois de mars.  Depuis lors, nous avons assisté à une montée constante jusqu’à un niveau élevé depuis deux ans, qui est le niveau actuel.

Cela pourrait faire augmenter le coût des véhicules en vente ici au Canada qui sont destinés au marché américain de l’occasion. Actuellement, il y a encore des bénéfices à réaliser, par exemple sur un camion de la série 2500, le CBB estime qu’il y a une différence de prix de plus de 8 000 $ CAN de l’autre côté de la frontière.  Si le dollar canadien continue à gagner, il pourrait commencer à faire baisser les prix ici en raison de la réduction de la demande d’exportation.

Offre de véhicules

Nous ne pouvons pas sous-estimer l’impact que l’offre de véhicules a sur le marché.  De nombreux consommateurs peuvent trouver surprenant qu’il y ait une pénurie de voitures neuves et d’occasion. Cependant, en raison des arrêts liés à la pandémie et des interruptions de la logistique, il est largement connu dans l’industrie qu’il n’y a pas assez de véhicules pour tout le monde.  Ces dernières semaines, une pénurie de puces à semi-conducteurs a touché une longue liste de marques et d’usines, dans presque tous les coins du monde. La forte demande de puces dans les produits de divertissement à domicile, ainsi que le fait que le gouvernement américain ait mis sur liste noire au moins un fabricant chinois de puces, ont créé une véritable tempête de pénurie de puces. Cette situation pourrait durer de nombreux mois et maintenir l’offre limitée.

La pénurie de véhicules neufs et d’occasion reste un problème permanent pour de nombreux détaillants. PHOTO: Shutterstock

La baisse des ventes de voitures neuves de près de 20 % l’an dernier signifie également qu’il y a un nombre similaire de reprises en moins sur le marché de l’occasion. Pour réduire davantage l’offre d’unités d’occasion, de nombreux clients ont choisi de racheter leur bail, et les concessionnaires qui s’occupent des fins de bail ont acheté de nombreux véhicules sur place. On a beaucoup écrit sur les difficultés financières de certains opérateurs de location de voitures pendant la crise. La réalité est cependant que si certains ont liquidé des voitures, la plupart ont ralenti la livraison de nouveaux véhicules et ont conservé plus longtemps ceux qu’ils possédaient déjà.  Si l’on considère qu’environ 200 000 voitures de location sont vendues sur le marché de l’occasion chaque année, ce ralentissement des ventes a encore réduit les ventes de voitures d’occasion.  Il y aurait eu plus de véhicules d’occasion vendus s’il y avait eu plus de stock.

La prévision de la valeur résiduelle, un domaine essentiel du CBB, était un défi en 2020. Au printemps, nous avons procédé à un ajustement extraordinaire unique de -4% à -1%, selon la durée du bail.  C’est une action que nous n’avons jamais eu à faire auparavant.  Depuis lors, les données et les tendances du marché ne nous ont pas permis de justifier d’autres ajustements extraordinaires. Notre perspective à plus long terme est que dans trois ans, il n’y aura plus d’impact significatif sur les véhicules de loisirs à ce moment-là.

Plonger et rebondir

En dehors du secteur automobile, nous avons vu le chômage et le produit intérieur brut s’effondrer à l’extrême, puis rebondir, tout en restant endommagés. En ce qui concerne la confiance des consommateurs, il existe plusieurs études sur le sujet au Canada, dont l’indice Bloomberg-Nanos. Cet indice a connu des baisses jamais vues auparavant, suivies d’un retour complet et total aux niveaux d’avant la COVID-19, à la fin de l’année.

L’année 2020 a constitué un défi de taille pour de nombreux Canadiens.  Mettre l’année dans le rétroviseur est en soi satisfaisant.  Nous espérons que l’année prochaine, à la même époque, nous pourrons réfléchir à la façon dont 2021 a été l’année du retour de notre industrie, et à la façon dont nos vies sont revenues à un état de stabilité.


Brian Murphy est vice-président de la recherche et de l’analyse pour Canadian Black Book. Vous pouvez le contacter à l’adresse suivante : bmurphy@canadianblackbook.com

 

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

mai, 2021

Nos partenaires

Menu
X