fbpx

Normalisation des ventes mondiales d’automobiles en septembre

Les ventes d’automobiles sont généralement des achats discrétionnaires qui peuvent être programmés en fonction des circonstances économiques et des niveaux de confiance. PHOTO Shutterstock

Dans leur dernier rapport Scotiabank Economics, Rebekah Young et Raffi Ghazarian expliquent que les ventes mondiales d’automobiles jusqu’à présent cette année ont défié les capacités traditionnelles de prévision avec des rebonds exceptionnellement forts (graphique 1).

Ventes globales de véhicules par région. CRÉDIT Scotiabank Economics, associations nationales de l’automobile.

D’une part, la performance du PIB a été un bon indicateur (mais à la traîne) de la profondeur et de l’orientation générales des ventes d’automobiles. D’autre part, le PIB a été fortement influencé par la rigueur et la durée des mesures d’austérité imposées par les pouvoirs publics, par opposition aux fondamentaux économiques purs.

En outre, les fermetures sévères ont souvent été associées à des transferts publics substantiels qui, autrement, auraient compensé les effets de contraction des indicateurs traditionnels tels que le chômage qui, normalement, freineraient les achats d’automobiles. Des conditions financières favorables et des reports de prêts et d’impôts ont également joué un rôle à cet égard.

Reprise des ventes

Les ventes d’automobiles sont généralement des achats discrétionnaires qui peuvent être programmés en fonction des circonstances économiques et des niveaux de confiance. À la suite de la crise financière mondiale, la reprise des ventes d’automobiles a été pluriannuelle dans la plupart des économies avancées. Le Canada est revenu aux niveaux de ventes d’avant la crise seulement 5 ans plus tard, 7 ans aux États-Unis. L’activité mensuelle des ventes n’est devenue légèrement positive d’une année sur l’autre qu’après le premier anniversaire de la crise, lorsque les effets de base sont entrés en jeu.

Aujourd’hui, les ventes de voitures sur ces deux marchés sont devenues positives en septembre, cinq mois seulement après le pic des fermetures. Cela témoigne à la fois de la nature non économique du ralentissement et du fait que les gouvernements ont jusqu’à présent fait les frais des conséquences sur leurs propres bilans.

Alors que les marchés sont aux prises avec une seconde vague, l’expérience du printemps peut éclairer l’activité des prochains mois. En particulier, les ventes seront probablement confrontées à des vents contraires, car la confiance s’effrite en raison de l’augmentation des risques sanitaires, même si les gouvernements n’imposent pas de fermetures. Dans une analyse transnationale, le FMI a récemment conclu que près de la moitié des tendances à la mobilité réduite provenaient de comportements volontaires par opposition à des contraintes imposées, et cet effet était encore plus prononcé dans les pays où la prévalence du virus était plus élevée.

Cela correspond aux résultats des ventes d’automobiles dans des pays comme la Suède, où les ventes ont diminué de 21 % depuis le début de l’année, même si les concessionnaires n’ont jamais fermé leurs portes.

Ventes au Canada

Au Canada, les données préliminaires des ventes de septembre suggèrent que les ventes d’automobiles ont baissé en Ontario malgré une impression nationale positive dans les ventes d’automobiles, car les cas de COVID-19 avaient commencé à augmenter dans cette province. Sinon, l’Ontario a enregistré une forte hausse de l’emploi ce mois-là. Il est clair qu’un point de données n’établit pas une tendance, mais signale quelque chose à surveiller.

Dans l’ensemble, toutes provinces confondues, les ventes automobiles de l’Ontario affichent les plus fortes baisses à la fin du troisième trimestre (graphique 5), ce qui reflète davantage le durcissement et l’allongement des mesures de verrouillage, en particulier pour les grandes villes, alors que les baisses dans les provinces productrices de pétrole ont été plus modérées jusqu’à présent, malgré l’impact économique plus grave des chocs pétroliers.

Ventes d’automobiles au Canada – cumul annuel. CRÉDIT Scotiabank Economics, Global Automakers of Canada, Desrosiers Automotive Consultants Inc.

Le ralentissement des flux d’immigration pourrait également peser sur les ventes de l’Ontario, qui est de loin le plus grand bénéficiaire de nouveaux Canadiens. Du côté positif, les préoccupations des consommateurs liées aux risques sanitaires par rapport à l’incertitude économique sont plus susceptibles de déplacer la demande plutôt que de la détruire.

La poursuite des aides fiscales pourrait jouer un rôle important pour garantir que la première se maintienne lors des deuxièmes vagues. Ce sera aussi probablement un facteur de différenciation des ventes entre les pays, car certains ont épuisé leur marge de manœuvre budgétaire ou sont dans une impasse politique pour fournir des aides supplémentaires.

Comme souligné dans le numéro du mois dernier, la pandémie pourrait également avoir créé une nouvelle demande en raison des craintes liées aux transports publics et au covoiturage, qui pourraient encore persister au moins jusqu’au début de 2021. L’année prochaine, les ventes de voitures d’occasion, qui ont tendance à fonctionner de manière anticyclique, pourraient également être plus importantes. En plus des problèmes d’accessibilité en période de ralentissement économique, les baisses de prix alimentent généralement cette tendance. Exceptionnellement, en période de ralentissement, les prix des véhicules d’occasion au Canada (et sur d’autres marchés) ont rebondi de manière substantielle après une première baisse au printemps, probablement en raison de contraintes d’approvisionnement dues à des prolongations de bail et à des reports de prêts, ainsi qu’à la faiblesse du dollar canadien qui a détourné une offre limitée vers les États-Unis.

Les soutiens politiques du gouvernement ont également probablement soutenu la forte demande de véhicules neufs et d’occasion, ce qui a favorisé une hausse des prix. En conséquence, le volume des ventes au détail (en dollars) de véhicules d’occasion a légèrement dépassé celui des ventes de véhicules neufs jusqu’en août. Les prix des véhicules d’occasion devant diminuer au cours des prochains trimestres en raison de l’augmentation de l’offre, les ventes unitaires de véhicules d’occasion devraient s’accélérer au cours de la reprise.

Globalement

D’une manière générale, l’environnement politique mondial devrait être très favorable au cours des deux prochaines années. Alors que 2021 devrait annoncer de solides rebonds économiques pour la plupart des marchés, il est probable que des capacités inutilisées subsisteront dans toutes les grandes économies jusqu’en 2021 et jusqu’en 2022 — y compris un taux de chômage élevé — qui justifieraient la poursuite de l’adaptation par le biais de la politique monétaire et budgétaire.

Perspectives mondiales des ventes automobiles. CRÉDIT Scotiabank Economics

Les ventes d’automobiles devraient continuer à se renforcer à mesure que les économies progresseront dans cette reprise, bénéficiant de faibles coûts de financement et de l’amélioration des perspectives d’emploi. Alors que les voyages reprennent lentement dans la dernière partie de 2021, une reprise de la demande du parc automobile devrait également soutenir un environnement plus favorable aux ventes d’automobiles. Un environnement de l’offre plus équilibré devrait également alléger certaines contraintes de vente. Les ventes mondiales de voitures pourraient rebondir d’environ 10 % en 2021, même si les ventes resteraient inférieures de 9 % aux niveaux d’avant la pandémie de 2019.

Les différences entre les pays et les régions comprennent l’ampleur de la baisse des ventes en 2020, ainsi que la trajectoire prévue de la reprise économique en 2021. Par exemple, un rebond des ventes d’automobiles en Chine d’environ 7 % est prévisible en 2021, compte tenu d’un repli moins important en 2020 (actuellement estimé à -8 % en glissement annuel). Cela ramènera les ventes à seulement 2 % de leur niveau d’avant la pandémie. De même, le Japon devrait enregistrer une baisse des ventes relativement moins importante en 2020 (-15 %), avec un rebond prévu d’environ 9 % en 2021, mais laisserait les ventes encore en baisse de 8 % par rapport à 2019, compte tenu de son marché plus mature et de la diminution des aides ciblées pour l’achat de voitures.

Perspectives des ventes de véhicules automobiles par provinces. CRÉDIT Statistique Canada

Les prévisions des grands titres nord-américains masquent des différences au sein de la région. Le Canada est confronté à un rebond des ventes d’automobiles potentiellement plus fort en 2021 (15 %) par rapport aux prévisions de rebond des États-Unis (12 %) en raison de baisses plus importantes en 2020. Une reprise économique relativement similaire ramènerait les ventes d’automobiles à 7 % des niveaux d’avant la pandémie en 2021 dans les deux pays. Les ventes de voitures au Mexique, en revanche, devraient connaître des baisses beaucoup plus importantes en 2020 (-29 %), mais une reprise plus longue des ventes de voitures reflétant la reprise économique. Une reprise de 13 % des ventes de voitures en 2021 ne ramènerait les ventes qu’à 80 % des achats effectués avant la pandémie.

Articles populaires

Bottin 2020

Bottin 2020 Button

Calendrier

Nos partenaires

Menu
X