fbpx

La deuxième vague par Brian Murphy

Brian Murphy, vice-président, recherche et analyse, Canadian Black Book PHOTO Canadian Black Book

Le nombre de cas COVID-19 augmente à nouveau. Qu’est-ce que cela signifie pour les voitures neuves et d’occasion ?

Cette année, de nombreuses familles canadiennes ont vécu une fête de Thanksgiving particulière et inconfortable. Je pense que la plupart d’entre elles ne l’oublieront pas. Dans une grande partie du pays, on nous a demandé de réduire nos activités de vacances au strict minimum, tout cela au nom de la lutte contre le COVID-19.

La raison est évidente, compte tenu du nombre croissant de COVID-19 au Canada. Au cours de la semaine précédant l’Action de grâces, nous avons enregistré une moyenne de plus de 2 200 cas par jour à l’échelle nationale. Ce chiffre est bien supérieur à celui du début du mois d’août, où nous avions une moyenne d’un peu plus de 400 cas. Nous avons pris la deuxième vague ou, pour être plus exact, elle nous a pris.

Alerte collective

Collectivement, les experts de la santé ont averti qu’une deuxième vague allait arriver. Je me souviens d’avoir regardé une interview particulièrement perspicace sur CBC News en juin dernier, avec le Dr Gabriel Leung, doyen de la faculté de médecine de l’université de Hong Kong. Le Dr Leung a grandi au Canada et est l’un des plus grands experts mondiaux en matière de maladies infectieuses. Dans cette interview, le Dr Leung a déclaré qu’une deuxième vague était « probablement une certitude statistique » pour l’avenir. Il avait raison. Après que le nombre de cas ait baissé pendant l’été (il y a eu quelques jours en dessous de 200 cas), il semble que beaucoup d’entre nous soient devenus moins prudents les uns envers les autres, beaucoup plus sociables, et que le virus ait saisi l’occasion.

Cas de COVID-19 par date d’apparition de la maladie. PHOTO Santé Canada

Cette situation n’est pas exclusive au Canada. L’Espagne, qui a été l’un des premiers points chauds, semble avoir bien maîtrisé la COVID-19 en juin, avec de nombreux jours en dessous de 300 nouveaux cas. La mi-septembre a vu une journée avec plus de 14 000 nouveaux cas espagnols. Qu’est-il arrivé à leur marché automobile pendant cette période ? Comme on pouvait s’y attendre, les ventes ont réagi en conséquence, selon les rapports de l’ANFAC, l’association professionnelle espagnole. Après avoir connu un bon mois de juillet avec une augmentation de 1,1 %, les ventes ont chuté de 10 % en août et de 14 % en septembre. À quoi peut-on donc s’attendre pour le secteur automobile canadien ?

D’un point de vue purement économique, la deuxième vague (ou d’autres vagues ultérieures), en fonction de notre succès dans la lutte, entraînera une contraction de l’économie, ce qui aura des répercussions sur les ventes d’automobiles. La production de l’économie a eu du mal à se remettre sur les rails, et le récent boom dans certains cas sera un revers.

Plus de chômage

Les fermetures d’entreprises en Ontario et au Québec, dues à de nouvelles restrictions en octobre, vont créer davantage de chômage au moins pour le mois prochain, jusqu’à ce que (espérons-le) les mesures soient assouplies. L’impact de tout cela n’est pas seulement sur le portefeuille des Canadiens, mais aussi sur leur mentalité. En lisant les nouvelles, nous avons tous l’impression que le ciel nous tombe sur la tête. Il n’est pas surprenant que cette semaine, l’indice Bloomberg Nanos de la confiance des consommateurs canadiens ait chuté pour la première fois depuis le mois d’avril, ce qui nous ramène à la situation de la mi-août, où le nombre de cas était beaucoup plus faible. En général, la confiance des consommateurs est l’un des principaux moteurs des dépenses de consommation. Si vous pensez que votre ménage est en danger financier, vous allez très probablement reporter l’achat de ce véhicule, à moins que cela ne soit absolument indispensable.

La montée en flèche du virus pousse la courbe de la demande de véhicules, neufs et d’occasion, vers le bas. Plus la pandémie semble incontrôlable, plus le désir d’achat des consommateurs diminuera. Une mentalité de troupeau, cependant, c’est ce que pensent beaucoup de théories et de réalités économiques. Un nombre élevé de virus équivaut à une baisse des ventes de nombreux produits, et pas seulement des voitures.

La deuxième vague aura d’autres impacts. Comme moins de personnes échangent leur voiture contre une neuve, cela réduit l’offre de véhicules d’occasion sur le marché. Le manque d’offre de véhicules d’occasion contribue actuellement à maintenir les prix à la hausse sur le marché. Nous continuons également à assister à des interruptions de la production de véhicules neufs. Cette semaine, nous avons appris dans les médias que la très populaire Corvette C8 Chevrolet interrompra la production pendant une semaine en raison d’une pénurie de pièces. Ce problème touche de nombreux autres constructeurs. Les consommateurs qui envisagent de prendre livraison d’une voiture au premier trimestre de 2021 devraient commander dès maintenant. La pénurie de voitures neuves pourrait également favoriser les ventes de voitures d’occasion, certains consommateurs passant à une conduite plus douce.

Tendances du marché américain

Le Canadian Black Book s’inquiète des tendances et de l’actualité au sud de la frontière. Les exportations de véhicules vers les États-Unis sont essentielles à la stabilité des prix ici, au Canada. Si les exportations chutent de manière drastique, il en va de même pour les prix de gros. Au cours des six dernières semaines, les prix des voitures aux États-Unis ont baissé, de même que ceux des camions pendant cinq semaines. La baisse des prix aux États-Unis rend moins souhaitable l’importation de produits en provenance du Canada. Si cela continue, la demande d’exportation pourrait chuter et les prix se refroidiront.

Les États-Unis ont signalé plus de 351 000 nouveaux cas en une semaine (selon le COVID Data Tracker du CDC), d’après les données les plus récentes auxquelles j’ai accès. C’est une source de grande consternation quant à l’impact sur l’économie américaine et la demande de véhicules sur leur marché. Le ralentissement de la demande et la chute des prix sur le marché américain pourraient facilement se répercuter sur le Canada. Ce qui est mauvais pour l’économie américaine est souvent mauvais pour le Canada.

La deuxième vague n’est peut-être pas la seule, car Hong Kong, par exemple, qui avait initialement réussi à maîtriser le virus, en connaît maintenant une troisième. Si le virus est déclaré sous contrôle, les gens pourraient se détendre à nouveau dans leurs protocoles de sécurité, ce qui ferait à nouveau grimper les chiffres. Le mieux que l’on peut faire est de porter un masque, de se laver les mains et de se tenir à deux mètres des autres. Votre santé et celle de l’économie ont besoin de votre soutien. Espérons que les fêtes de fin d’année pourront être célébrées en toute sécurité avec beaucoup plus de monde et que l’économie, y compris le secteur automobile, sera mieux protégée. D’ici là, les vagues vont faire des vagues.


Brian Murphy est vice-président de la recherche et de l’analyse du Canadian Black Book. Vous pouvez le contacter à l’adresse suivante : bmurphy@canadianblackbook.com

Articles populaires

Autosphere Mag

AM-Banner.gif

Calendrier

novembre

02novToute la journée06SEMA360Virtual

02nov(nov 2)8:00 am06(nov 6)8:00 amDrivingSales Executive SummitVirtual Edition!

03novToute la journée052020 AAPEX

Nos partenaires

Menu
X