fbpx

Les perspectives de ventes de l’automobile

La pandémie de la COVID-19 a décimé les ventes mondiales de voitures en avril, mais les marchés automobiles nord-américains sont confrontés à une timide reprise alors que les économies commencent à se rouvrir. PHOTO Banque Scotia

Les ventes ont été décimées en avril, mais une reprise timide est attendue.

La pandémie de COVID-19 a décimé les ventes mondiales d’automobiles en avril, mais les marchés automobiles nord-américains sont confrontés à une reprise timide alors que les économies commencent à rouvrir. Malgré cela, nous prévoyons une baisse d’environ 25 % des ventes de véhicules neufs en 2020 au Canada, aux États-Unis et au Mexique en général.

À l’échelle mondiale, les ventes de véhicules neufs ont chuté de 46 % d’une année sur l’autre, le Canada affichant une baisse de 75 % par rapport à avril 2019. La plupart des régions du monde ont signalé des baisses importantes, mais la Chine a étonnamment bien fait avec seulement 2,5 % en glissement annuel.

Cela semble être le résultat de la maîtrise de la pandémie, ainsi que de la demande refoulée, des mesures d’incitation accrues et de la baisse du taux de pénétration des véhicules, ce qui donne aux constructeurs automobiles un vaste marché à exploiter.

Les États-Unis ont enregistré une baisse de 47 %, relativement modérée par rapport à la plupart des autres régions. Il est probable qu’une approche disparate des fermetures dans les différents États a contribué à atténuer le déclin.

Le Canada est le pays d’Amérique du Nord le plus touché

Parmi les trois pays d’Amérique du Nord, le Canada a enregistré la plus forte baisse au premier trimestre (37 % en glissement annuel), car les gouvernements à tous les niveaux ont gelé les entreprises de manière beaucoup plus agressive qu’au Mexique ou aux États-Unis. Le seul point positif pour les concessionnaires est que les départements de service ont été jugés essentiels par pratiquement toutes les juridictions.

Cela a entraîné une augmentation des commandes de travail, et comme les restrictions sur les salles d’exposition se lèvent, les ventes de véhicules neufs devraient également augmenter avec la demande refoulée à mesure que la reprise économique s’installe. Il est également possible que la nouvelle demande soit modeste, car les consommateurs hésitent à utiliser les transports en commun par crainte de la transmission du virus.

Nous pensons que le mois d’avril sera le creux de la vague pour les ventes mondiales, mais ce ne sera pas encore facile. Selon un sondage canadien réalisé par CarGurus en avril, seuls 6 % des consommateurs qui avaient prévu d’acheter un véhicule en 2020 ont repoussé leur décision indéfiniment, et 16 % de ceux qui n’avaient pas prévu d’acheter en 2020 le feront.

Les solides transferts gouvernementaux mettent un plancher à la baisse, comme la prestation d’intervention d’urgence canadienne (PCU) de 2 000 dollars par mois, qui est actuellement versée à deux personnes sur cinq au sein de la population active. Mais le service économique de la Banque Scotia prévoit que nous n’atteindrons pas les niveaux de PIB d’avant la crise avant la fin 2021 aux États-Unis et au début 2022 au Canada.

Les niveaux de chômage vont baisser par rapport à ce que nous avons vu en avril, mais ils seront encore relativement élevés pendant cette période, ce qui affectera la demande de véhicules neufs.

Les véhicules d’occasion joueront un rôle

Les véhicules d’occasion devraient combler une partie du retard, car des problèmes financiers réels ou perçus poussent certains acheteurs potentiels de voitures neuves à se tourner vers le concessionnaire, d’autant plus que les prix des véhicules d’occasion sont en baisse. Grâce à l’amélioration de la longévité, les véhicules d’occasion représentent généralement environ 60 % de toutes les ventes canadiennes.

Bien que nous prévoyions une baisse de 10 % par an des véhicules d’occasion pour 2020, nous nous attendons à une accélération des ventes à mesure que l’année avancera, puis à une reprise vigoureuse en 2021. De nombreux véhicules arriveront sur le marché de l’occasion dans les prochains temps.

Le leasing a gagné en popularité au cours des dernières années et ces voitures sortent de leurs plans, tandis que les sociétés de location, durement touchées par les restrictions de voyage liées au COVID, vont retirer des voitures de leur parc à un rythme accéléré.

Les ventes de véhicules neufs seront également affectées par l’offre, les constructeurs automobiles ayant arrêté leur production sur le continent pour la sécurité de leurs employés, ou en raison de perturbations dans la chaîne d’approvisionnement. Wards Automotive a fait état d’une baisse de 89 % par an de la production nord-américaine en avril.

Cela devrait conduire à un meilleur équilibre entre l’offre et la demande, avec moins de véhicules sur les lots des concessionnaires, bien qu’il puisse encore y avoir des problèmes avec les concessionnaires qui se procurent suffisamment de certains modèles.

Les prix seront modérés

Sans une surabondance de stocks, les consommateurs ne doivent pas s’attendre à des incitations substantielles en matière de prix. Mais les prix des véhicules devraient être globalement modérés, même si une certaine volatilité est prévue dans les mois à venir.

Nous prévoyons que ces prix plus bas persisteront pendant un certain temps, bien que les coûts de production puissent éventuellement exercer une pression à la hausse, en particulier si l’on assiste à une réorientation agressive des chaînes d’approvisionnement vers l’Amérique du Nord et les coûts qui y sont associés.

Tout a un effet sur le marché, et il y a beaucoup de variables à prendre en compte. Les véhicules d’occasion affichent une baisse d’environ 3 % par rapport aux niveaux d’avant la crise aux États-Unis et au Canada, et les prix de gros devraient chuter de 17 % en 2020 dans l’ensemble.

Les valeurs résiduelles sont en baisse, ce qui rendra les options de remplacement moins abordables, en particulier dans les segments du marché où les fonds propres négatifs sont en augmentation.

D’autre part, le financement à faible coût devrait de plus en plus favoriser les ventes. La faiblesse des prix du carburant rend également les véhicules plus abordables, même si cela pourrait favoriser le passage à des véhicules plus grands, plutôt que de stimuler les ventes de véhicules.

En 2020, la demande de véhicules neufs en Amérique du Nord pourrait se situer autour de 14,8 millions d’unités, soit 5,2 millions de moins qu’en 2019. La demande de véhicules d’occasion aux États-Unis et au Canada pourrait être de 36 millions, soit une baisse de 7,5 millions par rapport à 2019.

Dans l’ensemble, le marché automobile nord-américain sera en grande partie déterminé par la demande. L’offre influencera le prix, ce qui pourrait modifier le choix des véhicules achetés, mais ce sont les clients qui, en fin de compte, guideront le marché.

 

Catégories : Chronique, Concessionnaires
Étiquettes :

Articles populaires

Autosphere Mag

AM-Banner.gif

Calendrier

septembre

31aoûToute la journée09octNAPA / XPO MontréalVirtuel

octobre

31aoûToute la journée09octNAPA / XPO MontréalVirtuel

05oct(oct 5)10:00 am07(oct 7)1:30 pmAFLA 2020 Corporate Fleet Conference

07oct(oct 7)11:00 am08(oct 8)6:00 pmExpérience virtuelle CCIF 2020

Nos partenaires

Menu
X