fbpx

Former la prochaine génération de peintres

Autosphere » Carrosserie » Former la prochaine génération de peintres
John Turner est directeur général de SATA Canada. Vous pouvez le joindre à [email protected] Photo Huw Evans

Les doter des bonnes compétences pour une réussite à long terme.

Si vous avez suivi les tendances dans notre secteur, vous avez probablement entendu parler des graves pénuries auxquelles nous sommes confrontés pour recruter des personnes talentueuses, notamment des techniciens et des peintres. En ce qui concerne ce dernier point, il est non seulement important d’attirer les bonnes personnes, mais aussi de les former correctement, afin qu’elles puissent avoir une carrière longue et fructueuse. Cela est bénéfique pour eux comme pour nous.

Des résultats encourageants

Chez SATA Canada, nous avons travaillé à la mise en place d’initiatives de formation qui vont des programmes d’introduction pour les élèves du secondaire au programme de peintre du 410N Automotive College – un cours complet de huit semaines en partenariat avec le ministère du Travail de l’Ontario. En juin dernier, nous avons organisé un programme pour les étudiants locaux du programme de préapprentissage de réparation de carrosserie automobile offert par Tropicana Community Services à Scarborough, en Ontario. Le programme a été extrêmement bien accueilli par les participants, et nous avons été très encouragés de voir les étudiants si positifs à l’égard d’une carrière dans les métiers et en tant que peintres automobiles. Certains ont fait preuve d’une promesse et d’une aptitude extraordinaires et, avec un bon encadrement, ils deviendront d’excellents peintres et auront probablement une carrière longue et enrichissante.

Remarquez que j’ai utilisé le mot « encadrement. » Dans notre secteur aujourd’hui, il est plus impératif que jamais de prendre ces jeunes qui sont novices dans le secteur et de leur apprendre la bonne méthode, afin qu’ils acquièrent de bonnes habitudes. Si nous leur enseignons correctement, les résultats parleront d’eux-mêmes. C’est un peu comme être agent ou entraîneur d’un athlète professionnel. Nous devons les guider et les soutenir pour qu’ils puissent réaliser leur potentiel et s’épanouir. En tant que propriétaires/gestionnaires d’ateliers et acteurs du secteur de la collision, nous devons également veiller à leur verser un salaire équitable et à leur offrir un plan de carrière.

De manière réaliste, je pense que le problème numéro un de notre industrie aujourd’hui est que nous ne faisons pas cela et que nous embauchons plutôt quelqu’un qui a eu 10 emplois au cours des cinq dernières années. À première vue, il est facile de se dire que la formation et le développement de ce jeune pour qu’il devienne un grand peintre vont coûter X, ou que nous pouvons choisir Y, qui a travaillé dans plusieurs ateliers et qui est satisfait de ce qu’il fait. Si la personne Y peut sembler moins chère et meilleure, à long terme, il y a de fortes chances que vous vous retrouviez avec quelqu’un qui a pris de mauvaises habitudes et qui sera plus difficile à former. La personne Y pourrait également quitter votre entreprise après quelques mois seulement, ou son travail finit par coûter plus cher que prévu à l’atelier en raison de ses mauvaises habitudes et de son manque de connaissances dans des domaines tels que l’entretien des équipements et la sécurité. Dans tous les cas, il s’agit de coûts à long terme qui pourraient être évités en faisant appel à un jeune sans expérience préalable.

Considérations en matière de sécurité

En plus de les former au travail, nous devons également leur apprendre à prendre soin d’eux-mêmes. Cela signifie qu’il faut veiller à ce que les protocoles de sécurité appropriés soient respectés afin qu’ils puissent mener une carrière longue et productive. Aujourd’hui, les peintures à l’eau sont répandues dans les centres de collision du Canada. Les matériaux en suspension dans l’eau peuvent s’infiltrer par la peau, les yeux, les cheveux et les oreilles, c’est pourquoi il est essentiel que les peintres qui les utilisent disposent de l’équipement de sécurité approprié, notamment d’une couverture intégrale du corps et d’un équipement respiratoire adéquat. Aujourd’hui, nous voyons encore des peintres professionnels utiliser des demi-masques pour pulvériser des véhicules dans une cabine et, ce faisant, ils s’exposent à des matières dangereuses qui peuvent causer toutes sortes de problèmes de santé.

En fin de compte, si nous voulons continuer à réussir en tant qu’industrie et attirer des personnes de qualité, nous devons veiller à ce qu’elles soient correctement formées et encadrées pour faire le travail correctement et en toute sécurité. L’avenir de la peinture automobile et de la réparation des collisions en dépend.

 

Catégories : Carrosserie, Chronique
Étiquettes : ,

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

X