fbpx

Adopter le véhicule connecté par Steve Leal

Steve leal fix network portrait
Steve Leal est président et chef de la direction du Réseau Fix Auto World. PHOTO Réseau Fix Auto World

La technologie transforme rapidement le monde automobile, et à mesure que le marché secondaire s’adapte au rythme, les gens qui réussissent le mieux sont ceux qui n’ont pas peur de se réinventer.

Dans le film classique Retour vers le futur, une scène en particulier a toujours attiré mon attention, celle où le personnage de Michael J. Fox, Marty McFly, est propulsé dans le passé avec sa voiture, une DMC DeLorean mal en point qui fait office de machine à voyager dans le temps.

La tonne de gadgets installés dans cette voiture était fascinante et témoignaient de ce qui était possible.

De la fiction à la réalité

Trente-cinq ans plus tard, cette technologie automobile ne relève plus de la science-fiction, et semble même dépassée aujourd’hui. En effet, ce qui semblait impossible à l’époque est devenu monnaie courante dans les voitures contemporaines.

Retour vers le futur. PHOTO Oto Godfrey & Justin Morton

Les constructeurs automobiles évoluent à un rythme sans précédent pour intégrer les technologies les plus récentes et sophistiquées afin de rendre leurs véhicules « plus intelligents », « connectés » et capables d’accomplir des tâches sans intervention humaine.

On y retrouve, tout, sauf la capacité de voyager dans le temps.

Tout comme la technologie évolue dans le secteur automobile, une autre révolution a lieu dans un secteur parallèle et connexe : l’industrie des ateliers de carrosserie automobile.

À mesure que les nouvelles technologies perturbent le marché automobile, l’industrie de la réparation et de la mécanique augmente la cadence pour adopter ces nouveautés et s’y adapter.

Changer le modèle

L’IA est en train de redéfinir l’atelier de carrosserie traditionnel. Des algorithmes d’IA de pointe et des processus d’apprentissage machine peuvent gérer la plupart des activités des ateliers de réparation à la vitesse de l’éclair, de l’informatique à l’estimation photo rapide en passant par l’inspection complète des véhicules ainsi que l’offre aux clients d’informations en temps réel sur l’étendue des dommages.

En même temps, elle accélère la transmission de renseignements sur les réparations.

La formation représente un autre facteur. Le seul fait d’avoir le bon équipement et des techniciens compétents n’est plus une option.

Si on regarde les procédures de réparation de la plupart des marques et modèles, les processus et les exigences changent d’une année à l’autre en raison de la complexité du nouvel équipement ou des matières premières utilisées pour fabriquer les différents composants de la structure des véhicules.

Les ateliers doivent donc considérer la formation comme une priorité permanente.

Dans nos trois centres de formation Réseau Fix au Canada, les techniciens travaillant pour nos partenaires franchisés reçoivent une formation continue sur les dernières procédures de réparation pour s’assurer qu’ils peuvent traiter les véhicules les plus sophistiqués.

Grâce au mentorat continu et à la formation pratique, nous préparons avec succès des centaines de techniciens de la prochaine génération qui peuvent travailler en toute confiance sur ces machines de pointe.

Un autre facteur de progression important pour la technologie de l’IA, c’est la certification des ateliers et des techniciens.

Les méthodes de certification comme celles d’I-CAR témoignent aux clients et aux assureurs partenaires que l’équipe a été formée pour gérer les exigences de réparation mécanique et de carrosserie les plus complexes, et que l’atelier dispose de l’équipement le plus récent pour s’assurer que toutes les réparations et tous les services respectent les spécifications du constructeur.

Considérations financières

Bien que l’intégration de l’IA aux ateliers offre de nombreux avantages, son coût représente évidemment le plus grand défi. Les propriétaires d’ateliers craignent que leur investissement dans la technologie et le temps consacré à la maîtriser ne se traduisent pas rapidement par des rendements importants.

La peur est un autre facteur qui décourage les réparateurs d’automobiles à adopter l’IA nombreux sont ceux qui croient que la technologie est très compliquée et exige beaucoup de formation et d’investissements.

N’oubliez pas que les ordinateurs étaient accueillis avec le même scepticisme lorsqu’on les a présentés au monde pour la première fois. Or, nous ne pouvons plus nous en passer.

Le rythme d’évolution de cette technologie s’accélère, et les ateliers de carrosserie ne peuvent pas risquer de manquer le bateau ; ils devront évoluer rapidement et apprendre les derniers processus de diagnostic pour réparer nos véhicules incroyablement modernes.

Que les réparateurs de carrosserie adoptent ou non la technologie, une chose est certaine : les véhicules connectés et l’IA sont là pour rester.


Steve Leal est président et chef de la direction du Réseau Fix Auto World.

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

mai, 2021

Nos partenaires

Menu
X