fbpx

Maîtriser l’analyseur de données

Autel présente plusieurs solutions pour aborder les diagnostics électroniques pour les carrossiers. PHOTO Autel

Analyser les données électroniques sur les véhicules avant et après leur réparation devient pratique courante. Voyons quels analyseurs sont proposés pour effectuer cette tâche.

Michel Julien est une référence en la matière, il travaille étroitement avec les ateliers de carrosserie pour les aider à assimiler cette nouvelle technologie de diagnostic. Pour lui, plusieurs analyseurs (ou communément appelés scanneurs) font bien le travail, mais l’important est d’avoir en main un appareil récent et mis à jour.

Il recommande aussi d’avoir en atelier un ordinateur PC dédié aux analyses. Cet ordinateur sera la porte d’entrée vers l’interprétation des codes d’anomalie décelés durant l’analyse et vers les processus de réparation des constructeurs automobiles.

Selon lui, l’atelier devrait investir environ 3000 dollars pour l’achat d’un bon analyseur et des mensualités de 150 dollars pour la plateforme d’interprétation des codes par les bases de données. Comme l’explique M. Julien, l’objectif de l’opération est de voir la condition de tous les systèmes sur le véhicule avant la soumission de l’estimation auprès de l’assureur.

Il a d’ailleurs mis sur pied une formation spécifique à ce sujet pour aider les carrossiers à monter un dossier complet à partir de l’analyse. De retour aux équipements nécessaires, il fait remarquer que puisque toutes les opérations sont numériques, il est inutile d’investir dans une imprimante pour ces opérations.

Quelques solutions

Du côté des fournisseurs, plusieurs solutions sont proposées.

« Pour ce qui est des recommandations sur l’équipement, ALLDATA offre une solution complète dans ce domaine », nous répond François Latendresse, directeur des solutions d’affaires chez ce fournisseur.

« C’est-à-dire : un scanneur performant en ce qui a trait à la quantité des véhicules couverts (mise à jour plusieurs fois par année pour couvrir les véhicules les plus récents), la vitesse d’exécution et la facilité d’utilisation. En un clic, le scanneur identifie le véhicule, analyse tous les modules et produit le rapport en moins d’une minute, dans la majorité des cas. »

« Il ne reste plus qu’à identifier si c’est le « pre » ou « post » scan, et l’envoi par courriel se fait à travers le scanneur. Pas besoin de sauvegarder et d’envoyer avec une autre application courriel. On peut même le faire à partir d’un téléphone intelligent Android (bientôt sur Apple aussi) », ajoute-t-il.

 

Le fournisseur ALLDATA propose des analyseurs, mais aussi l’assistance technique pour aider les techniciens à les maîtriser. PHOTO ALLDATA

Accompagnement technique

Ce scanneur offre aussi plusieurs fonctionnalités de calibration pour les différents systèmes électroniques. S’il y a des codes d’anomalies, ALLDATA collision est intégré à même l’analyseur. On peut voir les « freeze frames » et l’information additionnelle au code afin de déterminer si le problème était présent avant la collision ou pas.

Le technicien voit la définition des codes et la procédure de diagnostic. Pour les techniciens moins expérimentés, ALLDATA offre un support de diagnostic par des techniciens certifiés, et ce, même en français.

Chez Autel, qui propose l’analyseur Autel MaxiSYS MS906TS, Daniel Bemiss, directeur du marketing nous explique que les capacités de cet appareil le font se démarquer sur le marché.

« Ce scanneur est recommandé comme une solution abordable, mais très polyvalente pour les pré et post-scan en atelier. Pour pousser davantage et identifier les calibrations nécessaires sur les systèmes ADAS, je recommande les plus puissantes tablettes MS908 ou MS909 / MS919. »

Comme le mentionne M. Bemiss, il était pratique courante par le passé, pour un carrossier de présenter à son client ou à l’assureur un rapport de diagnostic indiquant que les réparations avaient été effectuées. Depuis six ans, il constate que ces besoins de documenter les travaux ont complètement changé les processus dans le secteur.

Le fournisseur Autel a donc mis à jour tous ses analyseurs MaxiSYS pour y inclure les applications de pré et post-scan. L’interface a aussi été développée pour transférer les données sur une tablette ou dans le système de gestion informatique de l’atelier pour faciliter la création des dossiers.

Identifier les systèmes ADAS

Pour M. Bemiss, il est important que l’analyseur accède à un logiciel qui va identifier tous les modules liés aux systèmes d’aide à la conduite, comme le propose Autel.

« Il faut que le technicien sache quels systèmes se retrouvent dans tel ou tel modèle de véhicule ce qui lui donne un portrait global des réparations et calibrations à faire, sans oubli. »

L’étape suivante est évidemment de remettre ces capteurs en condition avant de redonner les clés au client. Comme il l’indique, ces calibrations sont rendues plus simples puisque l’analyseur aura déjà décelé la nature des modules impliqués et présentera les processus de calibration.

Jean-Luc Sauriol, vice-président principal au développement des affaires chez asTech, a toujours gravité dans le monde du diagnostic électronique. Il confirme que les analyseurs comme ceux offerts par Autel, Launch et Snap-On sont présentement très populaires sur le marché de la carrosserie.

Il constate toutefois qu’avec les voitures de moins de trois ans qui entrent dans les ateliers, il faut souvent recourir à un scanneur d’origine pour faire le travail.

« J’ai constaté que depuis 2018 plusieurs constructeurs ont mis en place des portes de sécurité pour empêcher les outils d’après marché d’accéder à certains modules. En 2021, cela devient une pratique de plus en plus répandue. »

Le resserrement des accès

Selon lui, l’accès à un service complémentaire d’accompagnement devient parfois indispensable.

« L’utilisation de scanneur d’après marché n’indique pas si l’analyseur a effectué une couverture complète de tous les modules. Les services asTech deviennent de plus en plus indispensables avec les nouvelles technologies. Cela permet de scanneur tous les modules pour avoir une estimation complète et effectuer les tâches de calibrations, initiations, codages et programmation de modules, selon les besoins. »

« Le logiciel adasThink est aussi intéressant, car il donne toute opération nécessaire en fonction de l’estimation, calibration, réapprentissages, alignement en fonction des pièces à remplacer sur l’estimation » précise-t-il.

L’entreprise asTech offre un service à distance clef en main de scan, calibration, initialisation et dans certains cas de programmation de modules à l’aide de scanneurs d’origine et de techniciens spécialisés.

Bref, peu importe le choix de l’outil, l’opération demande encore aujourd’hui de solides connaissances techniques, de la rigueur et au besoin, un service technique offrant un coup de main.

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

mai, 2021

Nos partenaires

Menu
X