fbpx

Comment garder ses employés : Les cinq bases

Le réseau Point S a mis à la disponibilité de ses détaillants une liste de bonnes pratiques à implanter pour fidéliser leurs employés. PHOTO Point S

La main-d’œuvre est rare. Comment la conserver ?

La pandémie a compliqué une situation qui était déjà problématique pour plusieurs centres de pneus. La main-d’œuvre qualifiée était difficile à dénicher et plusieurs travailleurs ont quitté le secteur, à cause des mises à pied découlant de la réduction de l’achalandage.

Garder ses employés tout en tentant d’attirer de nouveaux talents n’est pas une mince affaire. Mais de bonnes pratiques, faisant partie de la culture de l’entreprise, joueront en la faveur des employeurs qui tiennent à conserver leurs employés.

Comme le résume Darrin Bossence, vice-président au marketing chez Dynamic Tires, attirer et conserver des employés repose en premier lieu sur la culture de l’entreprise.

« L’industrie du pneu est un petit monde où votre réputation circule rapidement. La possibilité de faire progresser vos employés au sein de votre entreprise est aussi un élément attrayant.

« Évidemment, les conditions salariales, les vacances, les fonds de pension ou encore la possibilité de rabais aux employés pour les achats et un solide programme de formation vont appuyer la satisfaction des travailleurs, et en attirer de nouveaux. Ma devise à ce sujet est d’engager les meilleurs et les laisser faire leur travail tout en offrant le support dont ils ont besoin. »

Soigner sa réputation

Mélanie Turcot d’Auto-jobs va dans la même direction. « Ce qui est fait à l’intérieur de l’entreprise se reflète à l’extérieur. Avec les médias sociaux aujourd’hui un employeur qui se démarque va attirer des gens. On parle de plus en plus de la notion de marketing RH, englobant toutes les activités au sein de l’organisation qui visent à enrichir l’expérience de l’employé.

« Les entreprises mettent beaucoup d’argent pour attirer de nouveaux clients ou effectuer du recrutement, il faut qu’ils pensent aussi à investir dans leurs équipes. Il existe beaucoup d’outils, peu dispendieux, qui permettent d’améliorer cette expérience et faciliter la conservation de nos travailleurs. »

Mélanie Turcot, directrice des opérations chez Auto-jobs, considère important de consulter les employés pour bonifier leurs conditions. PHOTO Auto-jobs

Intégrer l’équipe

Selon elle, tout commence dès l’embauche. Le nouvel employé doit se sentir membre de l’équipe, avec un dîner d’accueil le premier jour ou encore une tournée détaillée de l’entreprise pour comprendre sa mission, mais aussi rencontrer les personnes-ressources.

« Il est important aussi de se démarquer en offrant des activités qui vont faciliter le développement de liens interpersonnels, explique Mme Turcot. Mais avant de mettre une activité en place, prenez le temps de consulter vos employés. Pourquoi ne pas créer des paires d’employés qui iraient marcher une demi-heure ensemble durant les heures de travail ?

« Ça peut être deux personnes de départements différents qui vont apprendre à mieux se connaître. Et c’est une bonne façon de faire la promotion de l’activité physique. Comme gestionnaire, on peut être créatifs et penser plus loin que l’organisation d’un party de Noël. »

Écouter les travailleurs ça peut aussi vouloir dire une réflexion sur les postes de travail. Le travail est ardu parfois dans les centres de pneus et de simples réaménagements peuvent non seulement contribuer à la santé et à la sécurité des travailleurs, mais aussi au fait qu’ils se sentent considérés et écoutés de leurs patrons.

Pour Danielle Le Chasseur, directrice générale du CSMO-Auto, une bonne façon de fidéliser la main-d’œuvre est de prévoir un plan de formation structuré, qui lui permettra de progresser dans l’entreprise.

« Mais au-delà de tout, la fidélisation de la main-d’œuvre demande une implication quotidienne, explique-t-elle. Ce n’est pas normal qu’un employé qui travaille pour une entreprise depuis cinq ans n’ait jamais été salué par son patron. Il faut multiplier les rencontres et être à l’écoute de nos travailleurs. » C’est une occasion d’accepter les suggestions d’amélioration et de tenir l’équipe informée de ce qui est important pour l’entreprise.

Marque employeur

Le réseau Point S a compris l’importance d’établir ce qu’il qualifie de « mesures antistress » pour les employés de ses détaillants. Tous les gestionnaires du réseau ont accès, sur leur portail privé, à une liste d’une centaine de points de bonnes pratiques en la matière. Certains d’entre eux y ont récolté de bonnes idées.

Si l’organisation ne s’attend pas à ce que ces centres de pneus et de services mécaniques appliquent toutes ces suggestions, elle se réjouit de l’intérêt suscité par cette Marque Employeur, lancée en septembre dernier.

« Ils pourront s’en servir ultérieurement pour étoffer leurs efforts de recrutement, explique Patrick Lavoie, vice-président marketing et communications chez Point S Canada. Mais l’important est de les inciter à penser autrement pour se rendre attrayants. »

Cette liste n’est pas le fruit du hasard. Les meilleures pratiques déployées par un florilège d’entreprises, grandes et petites, de tous les secteurs d’activité économique, ont été analysées. « Il faut oser une nouvelle approche pour conserver nos employés, mais aussi pour attirer de nouveaux talents », reprend M. Lavoie.

Dans ces propositions on retrouve des idées aussi variées que les classiques fonds de pension et programme d’assurance dentaire, mais aussi de petites attentions comme des soins personnels, un congé le jour de l’anniversaire de l’employé ou encore, la fourniture d’outils.

Catégories : Éditorial, Pneus
Étiquettes : ,

Calendrier

Nos partenaires

Menu
X