fbpx

Réattribuer les véhicules à monsieur et madame Tout-le-Monde

Autosphere » Parc » Réattribuer les véhicules à monsieur et madame Tout-le-Monde
« Les véhicules de parc héritent d'une autre vie grâce au remarketing ». PHOTO Stockvault

Pour assurer la durabilité du parc automobile, l’agenda des véhicules en fin de vie professionnelle suggère notamment de les relayer aux grands utilisateurs.

Pleins feux sur les signes qui initient cette démarche et sur les options de remise en marché qui s’offrent au gestionnaire de parc.

Cibler les critères

Après avoir rendu de précieux services au parc de l’entreprise, les véhicules dits « en fin de vie » feront les frais d’une substitution. Sur le plan de la gestion interne, un consensus doit d’abord s’établir afin de déterminer les indices qui poussent les décideurs à aller de l’avant. Pour les épauler dans le développement des points de repères, ils peuvent compter sur des experts qu’ils connaissent bien, avance Glenn Provan, analyste, rapports & conseils chez Foss National Leasing.

« Ils peuvent demander des analyses et des recommandations à leurs fournisseurs-partenaires. Une fois les points de référence déterminés, il faut généralement obtenir le soutien et l’approbation de la direction et des cadres supérieurs de l’organisation. À ce stade, les repères peuvent être officiellement adoptés. »

Dans tout ce processus, l’enjeu consiste à étiqueter les véhicules qui ont rempli leur mandat avec l’entreprise mais qui demeurent toujours accessibles à la remise en marché. Parmi les détails à observer avant de suggérer une seconde vie à ce matériel roulant encore en bon état, quelques signaux ne trompent pas.

« Les preuves qu’un véhicule a dépassé son utilité sont des éléments tels que l’âge, le kilométrage, l’augmentation des coûts d’entretien et des temps d’arrêt, ainsi que l’état général et la sécurité du fonctionnement du véhicule », énumère M. Provan, en martelant qu’une saine gestion implique aussi d’adopter une politique de remplacement adéquate.

Glenn Provan, analyste, rapports & conseils, Foss National Leasing. PHOTO Foss National Leasing

Par ici la sortie…

Ultimement, vers quelle option pencher afin d’écouler des véhicules qui, en principe, ont fait l’objet d’un entretien rigoureux et professionnel au fil des ans? Relativement à cette question, le marché offre plusieurs avenues, mais notre intervenant tend à décrire quelques avantages stratégiques des encans automobiles.

« Les ventes aux enchères permettent de rencontrer le plus grand groupe d’acheteurs potentiels sur le marché de gros au Canada et aux États-Unis, que ce soit en personne ou en ligne. Elles réunissent les bons acheteurs et vendeurs et offrent un environnement d’enchères équitable, concurrentiel et transparent pour maximiser la valeur de revente », souligne Glenn Provan.

Éviter l’atermoiement

En ce qui a trait au mode opératoire, à savoir s’il s’avère profitable de changer plusieurs véhicules à la fois, Matt Stevens, membre du conseil d’administration chez Geotab, précise d’abord que la politique de remplacement diffère d’un parc à l’autre. Toutefois, selon ses dires, disposer d’un petit groupe chaque fois créerait une dynamique au cœur de l’entreprise.

« En général, il est préférable de changer les véhicules par petits lots. Cela permet de déplacer les rôles à forte et à faible utilisation et de regrouper les activités de formation et de soutien du personnel en place, le cas échéant. »

Interrogé cette fois au sujet de l’importance de statuer au bon moment sur l’avenir d’un véhicule à la feuille de route avancée, le principal intéressé rappelle que la procrastination peut entraîner des répercussions.

« Bien qu’un véhicule à usage intensif puisse paraître encore « utile » au sein de la compagnie, il est souvent judicieux d’amoindrir sa tâche ou de lui réserver un usage plus personnel et de le remplacer par un autre véhicule à haut rendement. Les avantages économiques et environnementaux de cette stratégie peuvent être considérables. »

Enfin, M. Stevens énonce qu’en matière de remise en marché des véhicules en fin de vie professionnelle, les services sont fournis par toutes les sociétés de gestion de flotte (FMC) aux clients qui font appel à leur savoir-faire. Puis, il termine en nuançant.

« Les clients qui n’ont pas recours à un FMC utilisent généralement les ventes aux enchères ou leurs relations avec les concessionnaires locaux, en fonction du nombre de véhicules qu’ils ont à traiter. »

Matt Stevens, membre du conseil d’administration, Geotab. PHOTO Geotab

Tirer le maximum de la revente

Parmi les facteurs aidant à déterminer que le véhicule sera éventuellement réorienté vers le marché en général, Don Wallace, directeur régional des ventes chez Jim Pattison Lease, soulève le volet valeur de revente.

« C’est un aspect important et parfois négligé du cycle de vie total d’un véhicule. En moyenne, la dépréciation d’un véhicule représente environ 40 % de son coût total. Il est donc essentiel de s’assurer que les véhicules seront remplacés au moment optimal et par des canaux de vente appropriés. »

Wallace pousse la réflexion plus loin, stipulant que le fait de voir à ce que le véhicule soit bien équipé au moment d’en disposer intéressera une plus vaste portion d’acheteurs potentiels.

« Par exemple, les dispositifs de sécurité tels que l’alerte de franchissement de ligne et le régulateur de vitesse adaptatif peuvent rendre les véhicules plus attrayants pour un marché de consommateurs plus large au moment de la revente. »

Don Wallace, directeur régional des ventes, Jim Pattison Lease. PHOTO Jim Pattison Lease

Une palette de solutions

Enchaînant sur les propos de son collègue, Gerry Corcoran, directeur national, services de remarketing commercial, avance que les opérateurs de parc qui font appel à des entreprises de gestion de flotte doivent s’assurer qu’elles ont accès à divers canaux de vente, y compris la capacité de vendre des véhicules aux enchères, à un tiers choisi par le gestionnaire de flotte ou directement à un conducteur ou à un employé.

« La flexibilité, en particulier sur le marché actuel, est extrêmement importante lors de la remise en marché des véhicules. Donc, les sociétés de gestion de flotte devraient offrir de multiples possibilités en ce sens à la fin du terme, y compris la fourniture de conseils sur la valeur marchande et la gestion du processus pour les ventes directes aux clients. »

Justement, M. Corcoran conclut en parlant de l’importance de l’implication des équipes de remarketing.

« Elles doivent être impliquées d’emblée dans le processus décisionnel global de la flotte, car la valeur du véhicule et sa revente ont une incidence significative sur le coût total d’exploitation d’une flotte. »

Gerry Corcoran, directeur national, services de remarketing commercial, Jim Pattison Lease. PHOTO Jim Pattison Lease

 

Catégories : Éditorial, Parc
Étiquettes :

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

Menu
X