fbpx

Les bienfaits d’un programme d’entretien efficace

Un étroit suivi mécanique rentabilise le parc automobile. PHOTO Pexels, Midia

Pour qu’un parc automobile soit rentable et performant, il doit déployer ses éléments au quotidien dans des conditions sécuritaires.

Par conséquent, heureux le gestionnaire qui adhère à un rigoureux programme d’entretien visant à maximiser la longévité de son matériel roulant.

D’une pierre deux coups

La pérennité d’un parc automobile est bien souvent tributaire du travail effectué en amont. Chaque étape de la maintenance entraîne des bénéfices en temps réel, mais également à long terme. Kamran Ansari, superviseur de la flotte commerciale pour Kia Canada, avance d’abord qu’un système de gestion efficace procure une vue d’ensemble de l’évolution et du rendement du parc, puis il parle d’économies substantielles.

« Le suivi mécanique entraîne la réduction de la dépréciation des véhicules et augmente leur valeur de revente. Des véhicules de flotte correctement entretenus réduisent le coût du cycle de vie au fil du temps. »

Les activités régulières d’entretien servent aussi à inspecter les véhicules pour s’assurer que les campagnes de suivi mécanique sont effectuées en temps utile. En réduisant les pannes et les imprévus, l’entreprise évite des visites supplémentaires à l’atelier de réparation et procure une tranquillité d’esprit à ses troupes.

« Les politiques mises en œuvre peuvent améliorer le moral des conducteurs, leur sécurité au quotidien et atténuer le risque global d’accidents », soutient M. Ansari.

Passer le mot

Une fois le programme d’entretien adopté et instauré, tous les intervenants doivent travailler en étroite collaboration. Pour M. Ansari, la communication à l’interne demeure essentielle afin de diffuser l’information concernant l’état de santé général du parc automobile et l’évolution du dossier.

« Sur le terrain, il faut aussi sensibiliser les conducteurs à la politique en matière de véhicules de société et définir leurs responsabilités à cet effet. »

En outre, en ces temps de pandémie, des mesures particulières seront préconisées.

« Avec les véhicules du parc, l’entreprise doit fixer des attentes en ce qui a trait à l’assainissement et à la propreté pour éviter la propagation de la COVID-19. »

Enfin, M. Ansari conseille aux entreprises qui souhaitent déléguer à un tiers le mandat du suivi mécanique « d’établir un partenariat avec des prestataires de maintenance de confiance situés à proximité de leurs installations et de bien négocier les attentes au préalable ».

Suivre l’évolution

Dans le même ordre d’idées, Luc Grenier, directeur du parc automobile et des véhicules électriques chez Mitsubishi du Canada, mentionne que la complexité reliée à l’évolution des véhicules constitue un défi de taille pour l’entreprise qui aspire à prolonger la vie de son investissement.

« Avec la technologie plus poussée qui équipe maintenant les véhicules, il est primordial que l’entretien préventif prescrit par le manufacturier soit respecté. Cette démarche, qui comprend des inspections régulières, augmente l’efficacité du véhicule et réduit le risque de panne non planifiée. »

Encore ici, il est question d’utiliser son bien matériel dans le but d’obtenir un maximum de rendement; un produit de consommation dont le coût d’acquisition ne cesse de grimper.

« Un élément de la flotte retenu au service n’est pas profitable pour l’entreprise. Si le véhicule ne travaille pas, il ne rapporte pas », rappelle M. Grenier, qui termine en soulignant l’importance de la relation de travail entre le manufacturier et le service technique du parc automobile.

« L’entreprise qui utilise nos véhicules nous est grandement utile pour identifier des problèmes qui pourraient survenir. Elle a un autre point de vue en raison de tout le kilométrage qu’elle parcourt avec nos produits. Quand un problème est porté à notre attention, notre service technique s’en occupe rapidement pour en cibler la source et le rectifier. »

L’image véhiculée

Questionné quant aux répercussions engendrées par la négligence du suivi préventif sur la réputation de l’entreprise, Jean-François Dumas, vice-président aux ventes chez Element Fleet Management, soulève une tout autre perspective.

« L’entretien, autant esthétique que mécanique, est essentiel pour l’image d’une entreprise. Souvent, les départements de marketing dépensent des sommes importantes pour l’image de marque d’une entreprise. Si, sur la route, les véhicules ne sont pas en bon état, particulièrement les véhicules lettrés, ça envoie un message contradictoire à la clientèle. »

Enfin, selon M. Dumas, un entretien mécanique minutieux entraîne un réconfort au sein du personnel, démontrant que l’entreprise se soucie du bien-être et de la sécurité de ses salariés. Un aspect à ne pas omettre en ces temps de pénurie de main-d’œuvre.

« N’oublions pas les employés sur la route. Un véhicule mal entretenu ou en mauvais état affectera assurément la satisfaction du conducteur. Nous pouvons parler dans certains cas d’un élément de rétention des employés. »

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

Nos partenaires

Menu
X