fbpx

Déterminer le volume du parc grâce à la télémétrie

Grâce à l'émission d'une foule de données télémétriques, Geothentic facilite le travail du gestionnaire de parc. PHOTO Geothentic

Une foule d’entreprises soucieuses de maximiser le rendement de leur flotte de véhicules optent pour la télémétrie.

Pour le gestionnaire qui aspire à disposer du matériel adéquat, il s’agit d’un précieux outil d’évaluation.

Ça roule ou pas?

La télémétrie s’avère un fidèle allié dans la saine gestion d’un parc de véhicules et d’équipements. Parmi les avantages qu’elle procure dans son utilisation avancée, notons les données servant à identifier les unités inactives et les moins sollicitées en termes d’heures-moteur ou de kilométrage.

« Le gestionnaire peut alors, de concert avec les secteurs concernés de l’entreprise, reconsidérer la pertinence de l’utilité de ces véhicules ou équipements », explique Jean-François Dumas, vice-président, ventes, chez Element Fleet Management.

Jean-François Dumas, Vice-président, ventes, Element Fleet Management. PHOTO Element Fleet Management

En outre, M. Dumas avance que quelques systèmes télémétriques établissent des diagnostics relativement à certains problèmes mécaniques. Donc, en mesurant ces données et en comparant les effectifs, le gestionnaire peut cibler proactivement les unités à entretenir et identifier les moins performantes, puis agir en conséquence.

« Parmi les actions qui s’imposent, on parle souvent de remplacement ou de retrait de matériel. Peu importe les informations, le gestionnaire doit s’assurer de partager les résultats avec les responsables des départements, qui agiront auprès des utilisateurs. »

Le jeu et la chandelle

Sans surprise, chaque entrepreneur souhaite que son investissement rattaché à la technologie soit rentable. Par l’entremise des chiffres qu’ils délivrent, les logiciels de télémétrie facilitent une telle démarche.

« Selon le type de parc, les économies réalisées grâce à une baisse de la consommation d’essence, à un entretien préventif accru et à l’augmentation de la sécurité des utilisateurs peuvent rapidement dépasser les sommes investies. »

Pour ce faire, une étroite connexion doit relier à la fois la haute direction, le gestionnaire de parc et les responsables des différents secteurs de l’entreprise.

« Tous doivent avoir une vision commune des objectifs fixés par la mise en place d’un système de télémétrie. Sinon, on peut dire adieu au retour sur l’investissement », précise M. Dumas.

Numérisation conviviale

Éric Labrie, vice-président, ventes, développement marketing chez Geothentic, relève un autre volet avantageux des systèmes télémétriques : leur évolution rapide. Grâce à cet aspect, les informations statistiques à jour sont retransmises instantanément, aidant le gestionnaire dans le processus de rotation ou de renouvellement du matériel roulant.

Éric Labrie, Vice-président, ventes, développement marketing, Geothentic. PHOTO Geothentic

« Désormais, fini les SMS et les prises de courriels pour puiser les informations, les analyser et ensuite décider. Toutes les données sont livrées en temps réel », mentionne-t-il, ajoutant qu’incessamment, l’industrie rebaptisera  »télémétrie » par  »numérisation de la flotte de véhicules ».

En dépit de ces constants développements technologiques, M. Labrie rappelle que le matériel de numérisation se fait de plus en plus abordable financièrement.

« Autrefois, numériser un seul véhicule coûtait entre 25 et 35 000 dollars. Maintenant, on parle d’une somme oscillant entre 500 et 1500 dollars. Le retour sur l’investissement se fait donc rapidement. »

Répar…action

Quant à la maintenance des véhicules, la nouvelle mouture de la numérisation permet une alerte incitant à la prise d’action. Elle se veut un lien de communication étroit entre le conducteur, le gestionnaire et l’atelier chargé des diverses étapes de l’entretien mécanique. Donc, aucune procrastination en vue…

« Pour assurer un suivi plus rigoureux favorisant une démarche rentable, nous recommandons une intégration du système à 100 %, soit la connexion complète du véhicule, incluant le code moteur. »

Certes, des solutions numériques comme celles offertes par Geothentic ne s’assimilent pas du jour au lendemain, mais M. Labrie souligne que des ressources demeurent accessibles.

« Pour épauler nos clients dans leur démarche, nous offrons des formations en vertu desquelles ils deviendront autonomes dans la gestion de cet aspect. »

Identifier ses repères

Il n’y a pas que sur une longue échelle de temps qu’il est possible de statuer sur le volume adéquat d’un parc automobile grâce à la télémétrie. Elle permet aussi de rectifier l’ampleur des forces déployées sur le terrain en temps réel, relate Véronique Gatien, technicienne de la planification de la flotte chez Énergir.

Véronique Gatien, Technicienne de la planification de la flotte, Énergir. PHOTO Énergir

« Dans le cas d’une urgence, d’un revirement de situation ou d’une unité manquant à l’appel, la télémétrie nous permet de trouver nos repères. Nous pouvons ainsi localiser les éléments de la flotte et redéfinir le nombre de véhicules nécessaire pour accomplir les tâches de réparation ou d’entretien. »

Par l’entremise de ses multiples rôles, la télémétrie aide également Énergir à gérer judicieusement les rappels de service associés à l’entretien mécanique. La compagnie compile aussi une foule de précieuses statistiques servant à prendre une décision éclairée quant à l’avenir d’un véhicule dont la fin s’annonce imminente.

« À l’interne, les responsables en arrivent à un consensus à savoir si le véhicule doit simplement changer de vocation, dans le but d’atténuer son emploi, ou si nous devons le remplacer. Dans ce cas, nous attendons le nouveau véhicule qui prendra la relève, car bien souvent, la démarche implique un transfert d’équipement », conclut Madame Gatien.

Catégories : Éditorial, Parc
Étiquettes :

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

Nos partenaires

Menu
X