fbpx

Parc du mois, leprohon, Maître ès Celsius

Le siège social de leprohon se situe à Sherbrooke. PHOTO Ieprohon

Dans l’univers des affaires, les concepts de dépassement de soi et de pérennité vont souvent de pair. Après plus de neuf décennies au service de sa clientèle, l’entreprise québécoise leprohon peut certes en témoigner.

Active depuis 1930…

Le langage matrimonial précise qu’une période de quatre-vingt-dix ans de vie commune correspond aux noces de granite. En termes de relation durable, c’est exactement ce qui vit leprohon avec ses clients et après tout ce temps, l’entreprise demeure aussi solide que le matériau en question. Fondée en 1930 à Sherbrooke, leprohon, spécialisée en chauffage, ventilation, climatisation, réfrigération et géothermie (CVACR), en est à la troisième génération de gestionnaires issus de la famille du fondateur. Au fil des ans, la compagnie a élargi ses horizons, établissant des succursales à Granby et à Saint-Hyacinthe, en plus de greffer d’autres entités à son palmarès.

Véronique LeProhon, directrice générale de la compagnie PHOTO leprohon

« Nous avons aussi acquis deux entreprises établies dans le même domaine ailleurs au Québec. Il s’agit de muller, à Ville Saint-Laurent, et de ventilex à Saint-Eustache », précise Karine Gosselin, directrice, communication marketing chez leprohon.

Ces acquisitions permettent à leprohon de desservir un territoire plus vaste, ailleurs qu’en Montérégie et dans les Cantons-de-l’Est. La route professionnelle s’étire parfois même jusqu’en Ontario pour la mise en branle de projets. Entreprise de services, leprohon œuvre dans les secteurs résidentiel, commercial et industriel.

Ressources humaines et mécaniques

En lançant son petit commerce de réfrigération dans les années 30, qui sait si Paul Le Prohon se doutait qu’aujourd’hui, ils seraient plus de 250 passionnés à perpétuer sa mission. D’ailleurs, pour ce faire, le personnel dispose d’un parc automobile de plus de 150 unités, dont des voitures de courtoisie pour les employés qui occupent les bureaux.

« De cette flotte, mentionnons quatre véhicules électriques, ajoute Mme Gosselin. Avec le covoiturage comme priorité, nous nous servons des voitures de courtoisie pour voyager d’une succursale à l’autre ou pour nous rendre sur des chantiers ou chez des clients. »

Quant à la centaine de camions, cubes ou fourgonnettes essentiellement de marques Chevrolet ou Nissan, elle est remise entre les mains des techniciens, plus précisément les ferblantiers et les frigoristes. La majorité d’entre eux conduisent un véhicule personnalisé, aménagé par l’entreprise selon le travail à effectuer, qu’il s’agisse de service, d’installation ou de maintenance. Chaque conducteur ramène le véhicule à son domicile pour faciliter la transition entre les appels de service. Découlant de cette approche, l’entretien mécanique relève d’une étroite communication entre les différents intervenants.

« En collaboration avec les répartiteurs et le gestionnaire du parc automobile, les informations pour les rendez-vous sont acheminées par téléphone et chaque chauffeur est responsable du suivi mécanique de son véhicule », souligne Karine Gosselin, qui mentionne aussi que chaque succursale possède son atelier d’entretien et de réparation attitré pour permettre une meilleure logistique des dossiers.

leprohon compte sur un parc de plus de 150 véhicules. PHOTO leprohon

De plus, chez leprohon, lorsqu’un véhicule se trouve en fin de vie utile, Camions SV, une compagnie locale, le rachète sans garantie légale. Elle retire le lettrage du véhicule et en effectue une remise à neuf ou le démantèle pour revendre ses pièces. Selon un processus normal d’usure, leprohon change ses véhicules tous les huit ans et la dernière année d’utilisation s’écoule au sein du service d’installation, où les camions restent plus sédentaires.

Conscience environnementale

Évidemment, tout entrepreneur soucieux de traverser les époques doit se maintenir à l’affût des dernières technologies. Évolution oblige, particulièrement quand la relation avec l’environnement devient une préoccupation de tous les instants.

« En tant qu’entreprise certifiée écoresponsable, notre empreinte écologique nous importe. Parce que nous souhaitons des véhicules adaptés à la réalité et qui consomment peu, nous envisageons l’acquisition de camions électriques, mais pour le moment, ce que le marché offre ne correspond pas tout à fait aux critères que nous avons établis », explique la porte-parole de leprohon.

En poursuivant dans la même optique, l’entreprise s’en remet à une firme experte en communications pour s’assurer de bien équiper les éléments de son parc automobile. Chez leprohon, la télémétrie occupe une place importante, ce qui favorise les comportements de conduite adéquats.

« Avec l’aide technique de Focus Optimisation, qui appartient à Telus, nous avons installé un GPS dans chaque véhicule, y compris ceux de la flotte de courtoisie. Le système préconisé identifie entre autres les excès de vitesse et les freinages brusques, deux éléments de conduite qui influencent la consommation d’essence. »

À l’aide de toutes les informations recueillies, l’entreprise dresse un dossier personnel de chaque chauffeur. Une démarche servant à sensibiliser tout un chacun.

Il est où, le travailleur?

« Il est où? », se demandent plusieurs acteurs de l’industrie. Toutefois, les entrepreneurs qui persistent et signent pour pérenniser leur bannière sur près d’un siècle savent qu’il s’agit d’un phénomène social récurrent. Toujours en quête de solutions, leprohon s’engage dans un processus d’action pour pallier l’absence de main-d’oeuvre, soutient la directrice des communications.

« Nous sommes très présents dans les écoles pour voir grandir la nouvelle mouture et lui démontrer notre intérêt. En plus, leprohon offre plusieurs possibilités de stages en entreprise afin de procurer du concret aux apprentis. »

Enfin, lorsque le classique encadrement professionnel vétéran-recrue peine à tenir la route, parce que justement, cette route appelle doublement les spécialistes plus expérimentés en période de pénurie d’employés, quelles sont les solutions à portée de main pour transmettre le savoir-faire? Apparemment, l’une des options consiste à lancer sa propre académie…

« Chez leprohon, nous fonctionnons selon le système d’une matrice de compétences. Pour partager les connaissances et les trucs du métier, nous avons fondé l’Académie Maître Celsius. C’est une forme de parrainage basée sur l’apprentissage pratique et théorique afin de favoriser le développement des nouveaux employés, un objectif primordial pour l’entreprise », conclut Karine Gosselin.

Articles populaires

Bottin 2020

Bottin 2020 Button

Calendrier

Nos partenaires

Menu
X