fbpx

Un parc de véhicules en mission

Maxim Lortie estime qu'en 2020, Délivro aura manipulé près d'un million de colis. PHOTO Délivro

Nous vivons dans une ère où le fruit de notre acquisition se trouve à portée de main en vertu des multiples possibilités offertes par la Toile.

Pour rehausser son expérience d’achat, chaque consommateur souhaite compter sur un réseau de livraison rapide, efficace et professionnel.

Une expédition… expéditive

Dans le but de satisfaire les besoins d’une clientèle sans cesse grandissante, l’entreprise Délivro, fondée par François Dorval, président et coactionnaire, déploie chaque jour depuis plus de quinze ans des éléments de son parc automobile. En vertu d’un arsenal de soixante-six véhicules, allant de la fourgonnette cargo de type Ram ProMaster – modèle privilégié par Délivro – jusqu’aux camions de vingt et vingt-six pieds sans oublier le fameux camion cube, la compagnie occupe une place de choix dans l’industrie de la livraison rapide de messagerie et de colis partout au Québec et ailleurs au pays. Maxim Lortie, vice-président et coactionnaire responsable du développement et des ressources humaines, parle d’une flexibilité accrue pour seoir aux exigences de plus en plus poussées du marché.

Le parc de Délivro compte une soixantaine de véhicules. PHOTO Délivro

« Nous livrons de la marchandise de tous genres, de la simple pièce d’auto jusqu’aux palettes et aux colis dits hors normes. À cet effet, une des missions de l’entreprise consiste à rendre l’article à destination selon la demande de chaque client, aussi spécifique soit-elle. »

Pour se mouler à des requêtes aussi singulières que diversifiées, l’entreprise, dont les bureaux et les entrepôts ont pignon sur rue à Québec, compte sur une quatre-vingtaine d’employés. De ceux-ci, plus de soixante chauffeurs sillonnent les routes de la province, de même que celles du Nouveau-Brunswick et de l’Ontario, stimulés par un but collectif axé sur la diligence.

« Plus de 90 % de nos contrats concernent des livraisons express, exigées pour la journée même ou le lendemain. Ce qui demande une logistique réglée au quart de tour dans le but d’obtenir un taux d’efficacité satisfaisant pour nous et nos multiples clients », image M. Lortie.

Cohérente dans sa démarche, l’entreprise transmet à sa main-d’oeuvre, par des séances de formation d’entraînement ou continue, l’essence même de la rigueur qui forge la réputation de Délivro.

Nous embauchons!

Évidemment, on ne saurait parler de parc automobile sans mentionner le terme « main-d’oeuvre », une notion à la fois si précieuse et énigmatique. À l’instar des autres flottes de véhicules, celle de Délivro nécessite une dynamo humaine et le contexte engendré par la pandémie complexifie la tâche des employeurs à ce chapitre. À propos de ce paysage québécois orné de banderoles mentionnant « Nous embauchons », M. Lortie reconnaît qu’il s’agit d’un obstacle quotidien pour toute compagnie qui aspire à la pérennité.

« Pour bon nombre d’entreprises, le recrutement représentait déjà une source de préoccupation avant la crise de la COVID-19, et la situation entraînée par les invitantes prestations d’urgence gouvernementales a augmenté le taux d’inactivité professionnelle de façon substantielle. »

En réponse à ce constat qui porte à réflexion, Maxim Lortie soulève les qualités recherchées chez un gestionnaire de parc automobile afin de subvenir à la demande de sa clientèle. Après tout, dit-il, l’idée de se démarquer de la concurrence persiste et inviter la main-d’oeuvre à embrasser un autre segment de l’industrie peut rapporter.

« Dans ce contexte, un employeur se doit d’être imaginatif, de développer sa faculté d’adaptation. Par exemple, nous avons sollicité des employés mis à pied dans un secteur autre que le nôtre en leur proposant un poste temporaire chez nous avec l’alternative d’y rester ou non après la reprise des activités économiques. Une démarche basée sur le donnant-donnant. »

Informer les acteurs du marché

En dépit de cette conjoncture, mais aussi grâce à elle, Délivro poursuit sur sa lancée et son développement. En effet, avec le confinement, les habitudes de consommation des Canadiens en général ont convergé vers l’achat de produits en ligne, augmentant de façon significative le travail des compagnies de livraison. Une tangente que M. Lortie accueille d’emblée en souhaitant qu’elle perdurera.

« Pour nous, à savoir si la tendance se maintiendra, c’est la question à cent dollars. Mais oui, une entreprise comme la nôtre a bénéficié du confinement. Les effets de la crise ont eu un impact au-delà de nos attentes sur l’exploitation de notre parc automobile. Après évaluation, nous manipulerons près d’un million de colis en 2020. »

Par ailleurs, que l’industrie de la messagerie et de la livraison express fleurisse davantage ou non, M. Lortie souhaite communiquer aux divers intervenants du marché le savoir-faire développé par Délivro au fil de sa réalité. Parce que les frais de livraison restent directement reliés à une masse critique de volume de marchandise avant de lancer les véhicules du parc, le vice-président de la compagnie souhaite mettre de l’avant une vague d’informations pertinentes pour le bénéfice de sa clientèle.

« Nous sommes intéressés à lancer un volet informatif sur les pratiques idéales à emprunter. Tout cela dans le but d’augmenter le niveau de connaissances de certains entrepreneurs qui utilisent nos services, par exemple la couturière qui travaille à son compte en fabriquant des masques. Il s’agit de développer une proximité avec notre clientèle pour instaurer une collaboration logistique qui rapporte. »

À propos de demain…

Aux dires de Maxim Lortie, le parc de véhicules de Délivro n’a pas fini de se consolider. Désireuse d’élargir le territoire qu’elle dessert et l’éventail de ses sous-traitants, l’entreprise aspire à obtenir un statut encore plus enviable au sein du marché. Au gré de sa conversation avec le magazine CamAuto, le vice-président cerne les résultats d’une démarche quinquennale.

Délivro est situé à Québec, au 456 avenue Marconi . PHOTO Délivro

« D’ici cinq ans, nous espérons doubler les effectifs de la compagnie. Ultimement, notre vision consiste à demeurer indépendant tout en développant un rôle encore plus important à l’échelle nationale. »

Catégories : Éditorial, Parc
Étiquettes : , , ,

Articles populaires

Autosphere Mag

AM-Banner.gif

Calendrier

septembre

31aoûToute la journée09octNAPA / XPO MontréalVirtuel

octobre

31aoûToute la journée09octNAPA / XPO MontréalVirtuel

05oct(oct 5)10:00 am07(oct 7)1:30 pmAFLA 2020 Corporate Fleet Conference

07oct(oct 7)11:00 am08(oct 8)6:00 pmExpérience virtuelle CCIF 2020

Nos partenaires

Menu
X