fbpx

Le marché des véhicules d’occasion : Des hauts et des bas

Au Canada et aux États-Unis, l'augmentation du nombre de véhicules d'occasion dans les mois à venir représente à la fois un défi et une opportunité pour les parcs. PHOTO ShutterStock

L’une des plus grandes questions que se posent aujourd’hui les exploitants de parcs est l’état des marchés des véhicules neufs et d’occasion.

La pandémie de COVID-19 a complètement bouleversé l’économie à la fin du mois de mars. Plusieurs entreprises font face à un printemps radicalement différent de celui qu’elles connaissent habituellement.

Avec la fermeture des salles d’exposition des concessionnaires et des usines d’assemblage des équipementiers, les ventes de véhicules ont rapidement chuté. Beaucoup d’acheteurs sont également restés à l’écart en raison de l’incertitude économique qui a causé des pertes d’emplois et des fermetures d’entreprises dues aux nombreuses fermetures de succursale et à la popularité grandissante des commandes de véhicules à domicile.

Depuis, nous avons assisté à une augmentation progressive de la demande de véhicules neufs et d’occasion, mais pour les parcs de véhicules, l’incertitude qui persiste rend difficile la décision d’envisager le retrait et la cession d’actifs existants et la commande de nouveaux véhicules, ainsi que le montant d’argent qu’ils peuvent gagner en se débarrassant de leurs anciennes unités.

Comprendre le marché

Pour essayer de donner un sens à la situation et de fournir un aperçu de l’avenir, l’ARI a organisé un webinaire intitulé — Le marché des véhicules d’occasion : Ce que nous savons aujourd’hui.

Animé par Peter Nogalo, directeur du marketing d’ARI, et avec comme intervenants Tom Kontos, économiste en chef de KAR Auctions, Brian Murphy, vice-président de l’analyse et de la recherche du Canadian Black Book (CBB) et Chris Clarke, directeur des solutions de remarketing d’ARI, le webinaire se concentre sur les données actuelles des États-Unis et du Canada en termes de marchés des véhicules neufs et d’occasion et sur la façon dont les parcs de véhicules et les entreprises peuvent se positionner pour se préparer aux mois à venir.

Tom Kontos a commencé par examiner les données macroéconomiques des États-Unis. Avec 1,2 million de demandes d’allocations de chômage et un total cumulé de 16 millions de demandeurs pour 2020, il ne fait aucun doute que la demande de détail a été durement touchée au sud de la frontière.

Pourtant, comme l’a noté M. Kontos, du côté des véhicules d’occasion, la demande n’a pas été aussi durement touchée comparativement au secteur des véhicules neufs. M. Kontos a déclaré que si beaucoup ont souligné une reprise économique prometteuse de V ou d’U, les données révèlent un modèle qui ressemble au logo de la marque Nike, une courbe plus « swoosh », avec une forte baisse de la demande en mars et avril, mais avec une augmentation progressive depuis.

Au départ, la chute rapide de la demande dans le secteur de l’occasion a été alimentée par une vague de reprises de véhicules lors des ventes aux enchères. À mesure que la nouvelle réalité qu’a créée la pandémie s’est installée, un nombre croissant d’équipementiers et leurs filiales de financement ont commencé à se familiariser avec les conditions du marché et à envoyer des véhicules aux enchères. « Nous avons en quelque sorte atteint un pic à la fin du mois de juin », a déclaré M. Kontos. « Depuis lors, nous avons constaté un certain ralentissement de l’activité, car une partie du volume des reprises de possession s’est épuisée. »

Ventes en amont

En examinant les ventes en amont, M. Kontos a également fait remarquer que les concessionnaires transmettaient initialement de nombreux véhicules dans cet espace, ce qui entraînait une augmentation des listes de stock, mais que lorsque les conditions ont commencé à s’améliorer, ils ont saisi l’occasion de faire passer ces voitures en amont. M. Kontos a observé que dans l’ensemble, jusqu’en juillet au moins, les inscriptions et les ventes dans le secteur des voitures d’occasion ont été relativement bonnes, et que même les véhicules qui étaient transférés en amont sont passés en aval, dans les ventes aux enchères, où presque toute l’activité s’est déplacée en ligne.

« Dans l’ensemble, je dirais que l’industrie des ventes aux enchères a fait un travail vraiment superbe pour amener les concessionnaires à migrer vers un environnement uniquement en ligne », a déclaré M. Kontos. « Je pense que cela a porté ses fruits dans tous les domaines et que c’est en partie ce qui a conduit à un marché aussi fort. »

Cependant, lorsque la pandémie s’est installée, les chèques du gouvernement ont commencé à circuler et les sociétés de financement ont commencé à offrir des reports de paiement ; le nombre de reprises de possession a chuté et l’activité de location a été réduite. Et bien que le marché se soit redressé, M. Kontos a déclaré qu’il est important de noter que l’activité est toujours bien inférieure aux niveaux prépandémiques.

Ce qu’il a observé, c’est qu’à mesure que les équipementiers et leurs filiales de financement captif se sont habitués à vendre des voitures par le biais de canaux de vente en gros, en particulier en mai et juin, il y a eu ce qu’il appelle un « mélange plus riche » de véhicules, avec des voitures et des camions plus jeunes, avec des modèles récents et à faible kilométrage qui ont été mis en vente, en particulier par des concessionnaires commerciaux.

L’effet « W »

M. Kontos a toutefois averti que, bien que le marché se soit redressé et qu’un certain nombre de locations, de relocations et de reprises de possession se soient succédé, il existe une réelle possibilité d’observer un effet « W », le marché connaissant à la fois des hauts et des bas, et ce dans un avenir prévisible.

Certains facteurs décisifs pourraient créer une nouvelle surabondance de véhicules en location et une nouvelle réduction de la flotte dans les semaines et les mois à venir, ce qui exercerait une pression à la baisse sur les prix au moins jusqu’en 2021, surtout si le chômage reste élevé.

S’installant au Canada, Brian Murphy a observé que les choses évoluent de la même manière qu’aux États-Unis.

En particulier en ce qui concerne les ventes aux enchères, le passage au numérique a vraiment été adopté. Avant COVID-19, il y avait peut-être 40 personnes qui enchérissaient, aujourd’hui ce nombre est environ 10 fois plus élevé. « Je pense que l’un des effets durables de cette crise pourrait bien être la poursuite de l’utilisation de ces plateformes d’enchères en ligne », a déclaré M. Murphy.

Comme les États-Unis, le Canada a connu une forte baisse de la demande de véhicules en fin mars et tout au long du mois d’avril, avec une augmentation progressive à partir du mois de mai, qui a commencé à diminuer jusqu’en juillet.

« Quelle que soit la manière dont vous regardez les choses, nous sommes confrontés à une récession », a déclaré M. Murphy. Il a noté que le chômage au Canada est passé d’environ 5 % au début de l’année à 14 % au printemps et, bien qu’il ait diminué depuis, on s’attend toujours à ce qu’il atteigne environ 10 % à la fin de l’année.

De fortes baisses

En ce qui concerne les ventes de véhicules neufs, M. Murphy a noté qu’en juillet, la demande avait diminué de 34,3 % par rapport à l’année précédente, bien qu’il ait déclaré que du côté des grossistes, cela pourrait finalement se révéler être un point positif, avec moins de véhicules de 2 à 3 ans disponibles vers 2022-23, ce qui signifiera probablement une forte demande et des prix plus élevés pour ces types de voitures et de camions.

Au Canada, le volume des nouvelles ventes est généralement d’environ 1,9 million d’unités sur une base annuelle, donc avec 354 000 unités de moins disponible cette année, il y aura des défis pour les concessionnaires de voitures neuves franchisées et les parcs qui cherchent à acquérir un tout nouveau stock.

Le Canadian Black Book prévoit deux prévisions pour le reste de l’année, dans le cadre de son processus de prévision résiduel. La première, selon M. Murphy, est la prévision d’une légère récession avec une baisse globale de 25 % de la demande de voitures neuves, ce qui se traduirait par des ventes annuelles d’environ 1 436 millions d’unités.

Le second scénario, plus radical, tient compte de la possibilité d’une deuxième ou d’une troisième vague du virus et de fermetures supplémentaires, ce qui pourrait entraîner une baisse de la demande pouvant atteindre 40 %.

Toutefois, sur la base de l’analyse actuelle du marché, il semble que la tendance soit plutôt au scénario de baisse de 25 %.

Plus robuste

Du côté de l’usagé, les choses ont été plus robustes. Les Canadiens étant plus nombreux à vouloir économiser de l’argent, les acheteurs de voitures neuves sont plus susceptibles d’envisager l’achat d’un véhicule d’occasion, tandis que la demande de voitures d’occasion canadiennes aux États-Unis reste forte, en raison du dollar canadien qui rend nos véhicules d’occasion plus compétitifs au sud de la frontière.

Cela étant dit, on a constaté une forte baisse des prix des véhicules d’occasion à partir de mars au Canada. « Nous avons connu une période de 13 semaines où les valeurs ont baissé, puis le mois de juin a été très calme », a déclaré M. Murphy.

Pour des raisons similaires à celles du marché américain, telles que le report des retours de location et des reprises de possession, ainsi que la contraction des parcs de location et autres, le Canada s’attend à voir une surabondance de véhicules d’occasion de premier choix entrer sur le marché au cours des prochaines semaines et des prochains mois.

« Nous nous attendons à une offre beaucoup plus importante à un moment où la demande sur le marché est discutable », a déclaré M. Murphy. Il a ajouté que les analystes internes de la CBB ont signalé des fluctuations importantes des valeurs de certains véhicules, un phénomène qui devrait se poursuivre, au moins pour les prochains mois.

Il y a aussi la question de savoir ce qui se passera une fois que les programmes de relance du gouvernement prendront fin. M. Murphy a noté que dans les conversations avec les entreprises de reprise de possession, alors que nous n’avons pas encore vu une forte augmentation des reprises de possession, beaucoup se préparent maintenant en embauchant du personnel pour faire face à une éventuelle augmentation en cours.

En ce qui concerne les valeurs de gros dans leur ensemble, M. Murphy a déclaré que la CBB prévoit une baisse de 17 % jusqu’à la fin de l’année, dont une grande partie au cours des troisième et quatrième trimestres de 2020, en raison de la hausse attendue du nombre de véhicules d’occasion mis sur le marché.

Le meilleur et le pire

Chris Clarke a déclaré que d’un point vu « bottes sur le terrain », plusieurs choses se sont passées si vite à l’époque de COVID-19 que nous avons vue à la fois le meilleure et le pire dans l’industrie.

ARI, qui exploite différents modèles de vente en gros aux États-Unis et au Canada, a fait remarquer qu’aux États-Unis, bien qu’il y ait eu quelques perturbations au départ, l’entreprise était bien placée pour tirer parti du fait que le personnel travaille à distance et fait traiter les voitures, les fait mettre aux enchères et les fait vendre.

Au Canada, où ARI exploite trois centres de recommercialisation — un à Calgary, un à Montréal et un à Toronto —, ces installations ont pu rester ouvertes pendant la pandémie. « Cela nous a vraiment aidés à faire entrer des stocks, à les traiter et à continuer à les vendre pour le compte de nos clients, dans les limites du raisonnable, tant que nous connaissions le bon modèle de tarification. »

En ce qui concerne les tendances spécifiques, M. Clarke a déclaré que d’un point de vue interne, l’ARI a en fait constaté une augmentation substantielle du volume de vente en gros.

Il a noté que l’entreprise a investi beaucoup de temps et de ressources dans la technologie et les plates-formes de vente virtuelles et, dans le cas de la plate-forme Equipment Direct d’ARI, il y a eu une énorme poussée de la demande au cours des trois derniers mois. « C’est un moyen de travailler avec nos clients pour obtenir les photos et vendre les actifs », a-t-il déclaré. « Nous avons constaté un taux de réponse et d’adoption énorme des acheteurs qui viennent en ligne et cherchent des stocks. »

En outre, M. Clarke a noté que le programme d’achat direct d’ARI a également été bien accueilli, puisqu’il permet aux clients de s’adresser directement à ARI, qui achètera alors leurs biens directement et leur fournira l’argent dans les 48-72 heures.

M. Clarke a déclaré qu’à bien des égards, la période de mars à juillet a probablement été un grand test de stress, même s’il estime que la combinaison des outils, des ressources, des parties prenantes et de l’engagement du personnel d’ARI s’est révélée très efficace. « Je ne peux pas en dire assez sur ce que nos équipes et nos partenaires ont pu faire pour maintenir l’inventaire en mouvement. »

 

Catégories : Éditorial, Parc
Étiquettes :

Articles populaires

Autosphere Mag

AM-Banner.gif

Calendrier

septembre

31aoûToute la journée09octNAPA / XPO MontréalVirtuel

octobre

31aoûToute la journée09octNAPA / XPO MontréalVirtuel

05oct(oct 5)10:00 am07(oct 7)1:30 pmAFLA 2020 Corporate Fleet Conference

07oct(oct 7)11:00 am08(oct 8)6:00 pmExpérience virtuelle CCIF 2020

Nos partenaires

Menu
X