fbpx

Tendances en matière de produits consommables

Autosphere » Mécanique » Tendances en matière de produits consommables
Les balais d'essuie-glace sont des produits consommables en demande. Photo Shirley Brown

Autosphere souhaitait savoir ce que les grossistes pensaient aujourd’hui des tendances en matière de produits consommables. Nous avons donc demandé à trois grosssistes ce qu’ils pensaient de ce sujet.

Nous nous sommes entretenus avec Rob Hollinger, Ideal Supply, Alex Parker, Carquest et John Boudreau de Part Stop.

Nous avons d’abord demandé aux grossistes quelles étaient les tendances observées pour les produits consommables au cours des deux dernières années.

« C’est une question intéressante, car je ne suis pas sûr à 100 % qu’il y ait eu une augmentation significative de la demande de consommables (comme les filtres, l’huile, les balais d’essuie-glace, etc., entame Rob. Je sais qu’au début de la pandémis de COVID-19, l’incertitude de l’emploi et la rareté des véhicules neufs ont incité les gens à réparer leurs véhicules existants, et nous avons donc constaté une légère augmentation des réparations de type « entretien », mais les consommables sont nécessaires quel que soit l’âge du véhicule. Toutefois, compte tenu des problèmes liés à la chaîne d’approvisionnement, nous avons l’impression de devoir faire des pieds et des mains pour trouver un produit. Si vous trouvez le produit, davantage de clients chercheront à vous acheter, ce qui donnera l’impression que la demande est plus importante. En fait, on a l’impression que c’est celui qui a le produit qui obtient la vente. »

« Je dirais qu’au cours des 6 à 8 derniers mois, les tendances sont revenues à la normale ou à ce qu’elles étaient avant le début de la pandémie. L’année précédente, il y a eu une forte augmentation des gants en nitrile, des nettoyants, des produits d’essuyage en papier, des lunettes de sécurité, des écrans faciaux, des masques anti-poussière, mais il ne s’agissait pas d’une augmentation normale dans l’industrie automobile », raconte John.

Qu’est-ce qui est en forte demande ?

Autosphere : Nous nous sommes ensuite demandé quels étaient les produits les plus demandés : dégraissants, sprays, etc.

Alex a déclaré : « Une tendance que j’ai remarquée dans l’industrie au cours des dernières années est qu’il y a beaucoup plus de produits de nettoyage de moteurs disponibles sur le marché. Avec l’arrivée sur le marché de plus en plus de véhicules à injection directe, les constructeurs suggèrent l’utilisation d’un produit de nettoyage. Le fluide d’échappement diesel est un autre produit dont la demande a augmenté au cours des dernières années, car de plus en plus de véhicules sur la route en ont besoin. Nous constatons également une augmentation de la demande de nettoyants d’intérieur et d’EPI, mais celle-ci s’est ralentie au cours des derniers mois. »

M. Boudreau a fait remarquer que les nettoyeurs Spray Nine étaient très demandés, mais il ajoute que tout est rentré dans l’ordre.

Rob a déclaré que la demande de nettoyants, de désinfectants, etc., a fortement augmenté en raison de la COVID-19, mais qu’elle s’est quelque peu ralentie, tout en restant bien plus élevée qu’à l’époque de la COVID-19.

AS : Nous avons demandé si les chaînes d’approvisionnement avaient eu un impact sur la disponibilité des produits consommables pour votre/vos propre(s) site(s).

John nous a expliqué qu’au cours des deux dernières années, il avait été difficile de se procurer des produits en papier, des gants en nitrile et des produits de sécurité, et qu’il avait dû fournir à ses clients différentes marques afin de répondre à leurs besoins. Selon lui, la situation est revenue à la normale.

Rob a déclaré : « Absolument, mais nous devrions laisser un peu de mou aux fabricants, car personne ne savait ce que les conditions de la pandémie allaient apporter. La plupart d’entre eux s’efforçaient de rester à flot et peu d’entre eux s’attendaient à ce que le marché secondaire de l’automobile ne connaisse qu’un bref ralentissement. Puis, lorsque les choses sont revenues à un niveau plus ou moins normal, ils n’ont pas été en mesure de reprendre une production normale, ce qui a entraîné une pénurie importante de certains consommables. »

Et Alex d’ajouter : « Les changements d’approvisionnement ont eu un impact considérable sur les activités quotidiennes du magasin. Cela a également entraîné une augmentation du prix de nombreux articles courants que nous vendons. Au cours des derniers mois, nous avons constaté que de plus en plus de produits commençaient à redevenir disponibles ; nous espérons donc que les pénuries ne resteront pas un problème courant. »

AS : Ceci étant dit, nous nous demandons si cela a eu un impact sur leurs clients.

M. Boudreau a déclaré qu’il n’y avait pas d’impact réel sur leurs clients. La plupart d’entre eux ont compris ce qui se passait ou se sont approvisionnés auprès d’autres marques pour répondre à leurs besoins. Hollinger a ajouté : « Au début, la plupart de nos clients étaient très compréhensifs et appréciaient les produits et les informations que nous pouvions leur fournir. Cependant, lorsque les choses ont commencé à se débloquer et qu’ils ont cherché à rattraper le temps perdu, leur niveau de frustration a commencé à augmenter en raison des problèmes d’approvisionnement persistants. Cette situation a de nouveau ouvert les portes aux fournisseurs disposant de stocks ou de produits disponibles pour élargir la base de clients ». Et Alex d’ajouter : « Ces pénuries ont modifié les habitudes d’achat de certains clients. Ils commencent à conserver des consommables supplémentaires, comme le lubrifiant pour freins, dans leurs magasins, au cas où ils ne seraient pas disponibles localement dans un magasin de bricolage. Les clients profitent des soldes et s’approvisionnent lorsque les prix sont plus intéressants. »

Rob Hollinger ajoute ceci à cette situation : « Je pense que si la pandémie nous a appris quelque chose, c’est essentiellement la fragilité de notre chaîne d’approvisionnement. Nous dépendions beaucoup de matières premières, ou de produits « étrangers » pour fabriquer nos produits de consommation courante. En outre, les usines de fabrication semblaient travailler à plein régime, si bien que lorsqu’elles ont redémarré, elles n’ont jamais été en mesure de répondre à la demande et, honnêtement, dans certains cas, elles ne l’ont toujours pas fait. »

 

Catégories : Éditorial, Mécanique
Étiquettes : Produit et service

EMPLOIS

 
Autolounge
Technicien.ne
 
  LAVAL
  Temps plein
 
 
Confidentiel
Comptable sénior.e
 
  LONGUEUIL
  Permanent
 
 
Seray Hyundai Chambly
Secrétaire aux ventes
 
  CHAMBLY
  Temps plein
 
 
Subaru Sainte-Julie
Contrôleur.e administratif.ve
 
  SAINTE-JULIE
  Temps plein
 
 
ACURA BROSSARD
Conseiller.ère technique
 
  BROSSARD
  Temps plein
 

ARTICLES POPULAIRES