fbpx

État du marché secondaire de l’automobile

Autosphere » Mécanique » État du marché secondaire de l’automobile
Jean-François Champagne est le président de l'Association des industries de l'automobile du Canada, qui représente les intérêts du secteur de l'entretien automobile dans tout le pays. Photo AIA Canada

À l’aube de l’année 2023, l’industrie est confrontée à certains défis, mais aussi à de solides opportunités.

Lorsque nous examinons l’industrie de l’entretien automobile au Canada aujourd’hui, trois problèmes préoccupent bon nombre d’entre nous.

La première est la pénurie actuelle de main-d’œuvre. Nos membres et les entreprises du marché secondaire à travers le pays continuent de lutter pour trouver du personnel qualifié. La capacité à recruter des personnes reste un défi, et le restera probablement dans un avenir prévisible, certainement jusqu’en 2023 et probablement au-delà. La deuxième question concerne l’avenir du service après-vente lui-même, en l’occurrence l’infrastructure, les outils et les équipements dont les entreprises auront besoin pour faire leur travail.

Et cela nous amène au troisième aspect, à savoir les données et l’accès à l’information. Les véhicules sont de plus en plus connectés et, comme nous l’avons déjà vu, la question de savoir qui possède les données et qui peut y accéder est devenue très controversée. La législation sur le droit à la réparation, tant au Canada qu’aux États-Unis, a fait le tour de la question au cours des dernières années.

Aller de l’avant

Au Canada, nous avons vu le projet de loi C231, déposé par le député Brian Massie. Il est toujours en lice et, bien que nous ne sachions pas encore s’il sera adopté par la Chambre des communes, l’AIA Canada continue de le surveiller de près et il fera toujours partie des discussions en 2023. Le projet de loi C244, la Loi sur le droit d’auteur, a passé sa deuxième lecture et nous devrions être appelés à témoigner pour ce projet devant le comité de la Chambre. Même s’il s’agit d’un projet de loi de portée générale, il reste très important pour le marché des pièces de rechange, car il a un impact direct sur la législation relative au droit à la réparation dont le gouvernement continue de discuter. L’accent est également mis sur ce qui se passe aux États-Unis, car l’industrie du marché secondaire est très étroitement liée des deux côtés de la frontière. La législation sur le droit à la réparation dans le Massachusetts suscite actuellement beaucoup d’intérêt, car elle est toujours en cours d’examen devant les tribunaux. Le résultat final de ce projet de loi influencera probablement la façon dont les équipementiers réagiront au partage des données et il s’agira d’un élément essentiel pour le marché secondaire dans les deux pays. Lorsque l’on pense au partage de l’information et à l’accès aux données, l’objectif primordial est de disposer d’une législation qui soit pratique, applicable et qui tienne compte de la télématique, ce que ne faisait pas l’accord volontaire CASIS. En fin de compte, comme nous l’avons dit précédemment, nous voulons nous assurer que les règles du jeu sont les mêmes pour tous lorsqu’il s’agit d’accéder aux informations sur les réparations, tant pour le marché des pièces de rechange que pour les concessionnaires OEM.

Des perspectives positives

Nous avons récemment publié notre rapport d’étude sur les perspectives 2022, et les conclusions de ce rapport indiquent des perspectives positives pour le marché secondaire en 2023. L’inflation restera relativement élevée au cours des prochaines années et, bien que nous ayons constaté des pressions sur les salaires, dues à la fois à cette situation et à un marché du travail très tendu, certains facteurs positifs l’emportent sur les aspects négatifs. Les stocks de véhicules neufs devraient rester limités au moins jusqu’en 2024, ce qui, combiné au fait que de nombreux consommateurs réduisent leurs achats importants en raison de la hausse des taux d’intérêt et du coût de la vie, offre de nouvelles possibilités au marché secondaire. De plus en plus de consommateurs choisissent de conserver leur véhicule existant et prennent la décision d’effectuer des réparations. De plus, nous avons également constaté une tendance à retarder les travaux d’entretien au cours des 18 derniers mois et, comme l’économie continue de se redresser et que les gens conduisent davantage, nous allons probablement voir une plus grande partie de ces travaux d’entretien passer sur le marché des pièces de rechange. En outre, bien que les perturbations de la chaîne d’approvisionnement continuent de représenter un défi, nous avons également constaté une tendance à ce que de plus en plus de fabricants de pièces produisent à nouveau des biens en Amérique du Nord, ce qui est également de bon augure pour notre industrie à long terme.

Si les trois dernières années ont été extrêmement difficiles, elles ont également démontré l’incroyable résilience du marché secondaire de l’automobile. En tant qu’industrie, nous sommes extrêmement engagés à répondre aux besoins des Canadiens en matière de services automobiles. Nous sommes présents dans toutes les circonscriptions de ce pays, nous employons un demi-million de personnes et nous générons 30 milliards de dollars par an pour l’économie. Nous sommes une ressource immense pour ce pays, et nous devons nous lever et en être fiers, en particulier à l’approche de 2023 et au-delà.

 

Catégories : Chronique, Mécanique
Étiquettes : ,
AAPEX 2021 Button FR

SEMA 2021 Button FR

GTE 2022 Button FR

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

février

31julToute la journée06PROGRAMME DE LEADERSHIP CCAMUn programme exclusif pour les gestionnaires de concessions

01sep9:00 am30mar(mar 30)1:00 pmCSMO-Auto: ESTIMATION DE DOMMAGES AUTOMOBILES