fbpx

Les VÉ auront-ils un impact sur la demande en pièces de freins ?

Autosphere » Mécanique » Les VÉ auront-ils un impact sur la demande en pièces de freins ?
Les produits d'esthétique seront toujours nécessaires pour les VÉ. Photo Shirley Brown

Nous nous sommes renseignés sur la demande de pièces de frein pour les VÉ auprès de nos grossistes (Kevin McBride et Douglas Squires) en leur demandant : « Avec l’augmentation des ventes de VÉ, comment vous préparez-vous à d’éventuels changements dans la demande de produits de freinage ? »

Kevin : Je pense que nous nous en sortirons, mais cela risque d’être coûteux. Dans cette région, il faudra beaucoup de temps avant que nous ayons suffisamment de véhicules électriques – nous sommes dans une zone à faible revenu et la plupart des gens ici ne pourront pas s’offrir des VÉ. Et n’oubliez pas toute la formation que les techniciens devront suivre. La demande de pièces comme les freins ne sera pas élevée avant un certain temps.

Ce que nous vendons n’a pas vraiment d’importance, tant que nous vendons quelque chose – les VÉ auront besoin d’autres produits. Les articles que nous vendons ont beaucoup changé. Nous vendons toujours des cires pour voitures et tous les produits chimiques qui les accompagnent – des produits d’esthétique, sans parler des filtres, des batteries, des interrupteurs électriques, de la peinture, etc.

Douglas : Les freins des VÉ n’ont pas besoin d’être remplacés aussi fréquemment – certains freins des VÉ peuvent durer plus de 150 000 km. Cela signifie que les revendeurs devront stocker moins de produits de freinage, mais des produits différents pour les VÉ.

Les VÉ ont un liquide de frein qui se dégrade lorsqu’il n’est pas utilisé. Si le manque d’utilisation et d’entretien est suffisamment long, le véhicule électrique peut ne pas s’arrêter du tout à cause d’étriers grippés. Il est encore trop tôt pour dire s’il y aura une augmentation de la demande d’étriers à cause de ce fait, mais c’est une probabilité.

Autosphere : Quelle est la tendance en ce qui concerne les véhicules hybrides, qui offrent également le freinage par récupération ?

Douglas : Jusqu’à présent, la tendance des fabricants et des fournisseurs a été de conserver le freinage conventionnel. Bien que les freins soient restés essentiellement inchangés sur les VE, il existe un système de freinage par récupération supplémentaire pour aider à arrêter le véhicule en utilisant les moteurs électriques du VE pour arrêter le véhicule et transférer l’énergie produite par l’arrêt pour recharger la batterie. Selon les habitudes de conduite et les lieux, cette énergie peut varier considérablement.

Certains fournisseurs ont introduit des plaquettes de frein et des rotors spécifiques aux VE qui fonctionnent avec le système de freinage par récupération. Ces plaquettes sont plus silencieuses, plus résistantes à la rouille, produisent moins de poussière et sont plus respectueuses de l’environnement.

Autosphere : Pensez-vous que nous pourrions assister à une diminution de la fréquence des commandes de pièces mais à une augmentation des marges, en raison de la nécessité de répondre aux besoins de ces véhicules et comment pensez-vous que cela pourrait avoir un impact sur les activités des jobbers ?

Kevin : Il y a des besoins à risque sur ces véhicules et cela a un impact sur les affaires. La transition se fera, mais pas du jour au lendemain. Nous avons vu ce qui s’est passé auparavant… et c’est reparti ! Nous allons survivre comme avant. Tout le monde va s’y habituer ! La peur disparaîtra. La formation sera une nécessité absolue ! Oui, je pense qu’il y aura une diminution du nombre de pièces commandées, mais vous augmenterez quand même vos marges en raison du coût plus élevé des pièces.

Douglas : Il y aura une réduction de la fréquence des commandes car il y aura moins de pièces de rechange autres que les pièces d’accident. Cependant, le coût par pièce va augmenter et la marge en conséquence. Comme il y aura moins de ces pièces disponibles, la marge gagnée par pièce pourrait augmenter. Pour les sous-traitants, cela signifiera un contrôle plus strict des commandes afin de s’assurer que les pièces nécessaires sont commandées, (probablement) un inventaire plus coûteux, mais un nombre inférieur de pièces stockés.

 

Catégories : Éditorial, Mécanique
Étiquettes : ,
AAPEX 2021 Button FR

SEMA 2021 Button FR

GTE 2022 Button FR

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

décembre

31julToute la journée06PROGRAMME DE LEADERSHIP CCAMUn programme exclusif pour les gestionnaires de concessions

01sep9:00 am30mar(mar 30)1:00 pmCSMO-Auto: ESTIMATION DE DOMMAGES AUTOMOBILES

13décToute la journée14Programme CCAM-NADA, Gestion et comptabilité des ventes de véhiculesUn programme exclusif pour les gestionnaires de concessions

14déc8:30 am12:01 pmProgramme CCAM-NADA, La gestion efficace de la discipline!Un programme exclusif pour les gestionnaires de concessions

14décToute la journéeConseillers techniques: Augmentez la vente de vos heures par bon de travailUn programme exclusif pour les gestionnaires de concessions

15déc12:30 pm9:00 pmGrand Forum AIA du QuébecPresented by AIA Quebec

janvier

05jan(jan 5)7:00 am08(jan 8)11:59 pmCES 2023

X