fbpx

Savoir s’adapter aux nouvelles réalités avec Jasna Smiljcic

Autosphere » Mécanique » Savoir s’adapter aux nouvelles réalités avec Jasna Smiljcic
Bob Jaworski de l’AIA Canada, en discussion avec Jasna Smiljcic, directrice des ventes pour le Canada chez Gates Corporation. PHOTO AIA Canada

Dans le cadre de sa série de discussions, l’AIA Canada recevait le 8 mars Jasna Smiljcic, directrice des ventes pour le Canada chez Gates.

C’est Bob Jaworski, président du CA de l’AIA Canada, qui a mené la conversation avec Mme Smiljcic. Le premier sujet abordé était celui des véhicules électriques, qui comptent moins de pièces mobiles. Est-ce que cette réalité inquiète Gates, une entreprise spécialisée dans la fourniture de courroies ?

« En fait nous sommes très excités par le développement de cette technologie, répond Mme Smiljcic. Tout comme nous l’avons fait face à la pandémie de COVID-19, nous allons nous adapter. Ces véhicules comportent des courroies et tensionneurs qui tournent souvent même quand le VÉ est en recharge. L’important pour nous est d’être prêts pour l’arrivée de ces véhicules sur le marché secondaire. »

Elle mentionne aussi que le parc automobile canadien est encore composé en grande partie de véhicules à combustion et que ces derniers sont dotés d’une grande variété d’accessoires, dont le fonctionnement demande souvent des courroies.

Disant travailler avec les constructeurs pour le développement de ses produits, la directrice a souligné l’importance pour les ateliers du marché secondaire d’avoir accès aux données leur permettant d’entretenir tous les véhicules. « Ces données appartiennent au consommateur et il a le droit de choisir où il souhaite faire entretenir son véhicule », a-t-elle résumé au grand plaisir du président de l’AIA Canada, dont le droit à la réparation est un cheval de bataille de longue date.

Se préparer pour l’avenir

Mme Smiljcic a ensuite enchaîné en mentionnant qu’il existe plusieurs sources aujourd’hui pour prévoir la demande de pièces de remplacement dans l’avenir. Elle a souligné l’importance, autant pour les ateliers que pour les distributeurs de pièces, de rester bien informés pour être en mesure de suivre les courbes du marché.

Puisque la rencontre se déroulait au lendemain de la Journée internationale des droits des femmes, Mme Smiljcic a été invitée à commenter sur leur présence et leur rôle dans l’industrie automobile. « Elles sont encore sous-représentées dans notre secteur. Toutefois, la présence des femmes dans ce domaine traditionnellement masculin a fait de grands pas au cours des dernières années. Les femmes ont des forces dont elles peuvent faire bénéficier nos entreprises. Il faut savoir rendre notre secteur attrayant. Je vois ça comme un défi important. La diversité doit être une priorité pour nos dirigeants d’entreprises. »

S’intégrer au Canada

Mme Smiljcic a quitté la Yougoslavie déchirée par la guerre en 1994. Elle a appris la langue et s’est imprégnée de notre culture. Pour elle, la possibilité de s’intégrer à notre société, malgré le déchirement familial que cela représentait, a été l’équivalent, selon son image, de gagner à la loterie. Le conflit entre la Russie et l’Ukraine ravive de tristes souvenirs pour elle.

Alors que les effets de la pandémie s’estompent, la directrice mentionne en conclusion que les relations d’affaires ont été transformées. « Nous avons dû changer notre approche, explique-t-elle, notamment en réduisant notre présence sur la route. Ceci étant dit, nous avons fait évoluer notre support à nos clients afin de devenir de meilleurs partenaires. Cela a vraiment mis de l’avant l’importance des relations humaines et de la communication. »

 

Catégories : Éditorial, Mécanique
Étiquettes : ,

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

Menu
X