fbpx

Sécurité des freins : Inspection des pièces du système de freinage

Tom Stapor de NAPA Autotech discute des principes fondamentaux des inspections de freins dans le cadre d'un tutoriel visuel. PHOTO NAPA

La deuxième partie de ce dossier s’attarde à l’analyse des pièces du système de freinage.

La dernière fois, Tom Stapor de NAPA Autotech nous a guidé à travers certaines considérations préliminaires lors de l’inspection des systèmes de freinage des véhicules.

Suite à l’inspection préliminaire et à un essai routier du véhicule pour déterminer ce qui pourrait nécessiter une attention particulière, nous avons commencé le processus d’inspection des freins en examinant le niveau et l’état du liquide de frein.

Une chose que M. Stapor mentionne est qu’outre l’état du liquide lui-même et la possibilité de contamination par de l’huile ou des liquides à base de pétrole, il y a le niveau d’humidité dans le système. L’humidité entraîne la corrosion et compromet la capacité du système de freinage à fonctionner correctement, mais elle peut être très difficile à détecter.

Contamination par le cuivre

En outre, la plupart des composants des systèmes de freinage sont normalement fabriqués en fer ou en acier, qui contient une certaine quantité de cuivre. Avec le temps, ce cuivre est absorbé par le liquide de frein, ce qui a également un impact sur la capacité du système de freinage à fonctionner correctement. Un excès de cuivre peut entraîner une corrosion galvanique, qui provoque des piqûres dans les composants en aluminium, ce qui peut être très difficile à détecter.

C’est l’une des principales raisons pour lesquelles les constructeurs recommandent des intervalles d’entretien du liquide de frein et pour cette raison, lorsqu’un véhicule entre dans un atelier, le liquide doit être examiné et le calendrier d’entretien recommandé par le constructeur doit être respecté.

De plus, comme les véhicules modernes sont équipés de systèmes de freinage antiblocage, de contrôle de stabilité et de contrôle de traction, leur performance peut être compromise si le système de freinage ne fonctionne pas correctement, ce qui entraîne une augmentation des distances d’arrêt et des codes d’erreur (DTC) qui doivent être diagnostiqués, localisés et résolus.

M. Stapor note que les changements de liquide de frein peuvent être très rentables pour les ateliers de réparation, tout en étant un bon outil pour développer un programme d’entretien préventif avec les clients. Ainsi, lors de l’inspection, outre les recommandations sur l’état du liquide et les intervalles d’entretien, le technicien doit également vérifier l’absence de fuites, car cela signifiera également que de l’air et de l’humidité se sont infiltrés dans le système de freinage, compromettant ainsi ses performances.

Si des fuites sont présentes, il est probable qu’il y aura de la corrosion et que les pièces devront être remplacées. Par exemple, note M. Stapor, si le maître-cylindre de frein fuit et qu’il y a des signes de corrosion sur la face du servofrein, il est probable que le servofrein devra également être remplacé.

Conduites de frein corrodées

Sur les véhicules qui sont conduits dans des conditions hivernales salées et boueuses, comme dans une grande partie du Canada, les conduites et les raccords de freins sont beaucoup plus sensibles à la corrosion, et il devrait donc être primordial de les inspecter soigneusement. Les conduites peuvent se corroder et devenir poreuses, ce qui provoque l’infiltration de liquide et l’entrée d’humidité dans le système de freinage.

Si une conduite de frein corrodée est trouvée, il faudra les remplacer toutes ; car si l’une d’entre elles est défectueuse, ce n’est qu’une question de temps avant que les autres ne tombent en panne. C’est pourquoi, selon M. Stapor, si le technicien trouve une conduite de frein corrodée, le client doit recevoir une estimation pour les remplacer toutes en même temps. Et cela pourrait signifier que toutes les conduites de frein, du maître-cylindre à l’unité de commande hydraulique, au module ABS et aux quatre roues, sont à remplacer.

Sur les véhicules à propulsion, tels que les camionnettes et les VUS de style traditionnel, ainsi que sur certaines voitures particulières, les fuites de joints d’essieu peuvent également poser un problème. Dans certains cas, les fuites de liquide des joints d’essieu peuvent contaminer l’ensemble du tambour de frein arrière, ce qui ruine la friction et les composants en caoutchouc et entraîne une réparation coûteuse pour le client.

L’inspection des tuyaux en caoutchouc doit également être une priorité absolue, car ils sont souvent négligés. M. Stapor note qu’il y a souvent des cas où les techniciens travaillent sur le véhicule pour remplacer les plaquettes de frein avant et qu’ils laissent l’étrier suspendu, le tuyau absorbant le poids. Cela peut facilement devenir un problème de sécurité lorsque les flexibles tombent en panne lors d’un arrêt brutal. Tout signe de fissuration, d’étirement ou de pliage signifie que les flexibles doivent être remplacés.

Vis de purge

Les vis de purge sont un autre élément clé de l’inspection des freins. Conçues pour empêcher la saleté et l’humidité d’entrer dans le système de freinage, les vis de purge doivent être desserrées chaque fois que le liquide de frein est remplacé.

Selon M. Stapor, certains techniciens essaient d’éviter d’ouvrir les vis de purge pour gagner du temps, mais comme le liquide de frein circule du maître-cylindre vers les étriers et les tambours de frein, non seulement il est difficile de repousser les pistons lors de l’entretien des étriers de frein, mais tout débris dans le système de freinage est repoussé vers le maître-cylindre, ce qui peut endommager les joints des coupelles et bloquer l’orifice de compensation, ce qui signifie que chaque fois que vous mettez un jeu de freins sur le véhicule, ils s’usent de plus en plus rapidement et le client reproche à l’atelier d’installer des pièces bon marché et économiques.

De plus, sur les véhicules équipés de l’ABS, des débris peuvent se retrouver dans l’unité de commande hydraulique, ce qui entraîne un dysfonctionnement du système ABS.

« Ce sont des problèmes que nous causons en n’ouvrant pas les vis de purge, explique M. Stapor. C’est pourquoi il est essentiel d’ouvrir les vis de purge pour chaque inspection des freins que nous faisons ainsi que pour l’entretien des freins. »

Tambours et disques

Selon M. Stapor, les techniciens devraient également se concentrer sur l’examen de l’état des ensembles de tambours de frein, y compris les cylindres de roue, les ressorts de rappel et les matériaux de friction. Tout signe de corrosion, de chaleur ou de rétrécissement du matériau de friction des mâchoires de frein indique que de nouvelles pièces sont nécessaires.

Pour les freins à disque, la vérification de l’état des rotors et la recherche de signes de dommages causés par la chaleur, de rayures et d’usure inégale sont également des considérations primordiales.

Un problème très courant sur la plupart des véhicules aujourd’hui concerne la pulsation des freins. Beaucoup de gens attribuent cela à des rotors de frein déformés alors qu’en réalité, le problème est causé par une épaisseur inégale de la surface du rotor qui peut être attribuée soit à un rotor de qualité inférieure qui a calé, soit à un rotor qui n’est pas monté correctement, soit à un moyeu qui n’est pas nettoyé correctement et soit à des étriers de frein usés qui ne peuvent pas s’ajuster correctement.

Le serrage incorrect de l’assemblage du moyeu de la roue est un autre problème courant qui entraîne des pulsations de frein.

Dans certains cas, M. Stapor soutient qu’un technicien peut mettre un nouveau rotor, mais sans avoir remplacé ou nettoyé le moyeu. Il en résulte une usure irrégulière des rotors et le problème est si progressif qu’un client peut ne pas s’en rendre compte avant 2 ou 3 ans, période à laquelle il a probablement vendu le véhicule, de sorte qu’il peut être très difficile pour les ateliers de cerner le problème.

 

Catégories : Éditorial, Mécanique
Étiquettes : ,

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

mai, 2021

Nos partenaires

Menu
X