fbpx

Inspection efficace des freins : la sécurité avant tout

Tom Stapor de NAPA Autotech discute des principes fondamentaux de l'inspection des freins au cours d'un tutoriel. PHOTO NAPA

Dans le premier d’une série de deux articles, nous examinons pourquoi une inspection approfondie des freins est si importante pour l’atelier et le client.

L’entretien des freins peut être l’une des sources de revenus les plus simples et les plus lucratives pour un atelier de réparation, mais il peut aussi être une source de frustration, de frictions ainsi qu’une de perte de revenus et d’activité s’il n’est pas effectué correctement.

Un entretien de freins réussi commence par une inspection efficace des freins, et, comme le révèle Tom Stapor de NAPA Autotech, cette vérification peut être plus complexe que ce que plusieurs techniciens croient.

Les inspections de freins efficaces sont divisées en segments spécifiques. Ces segments sont les suivants :

  • Une inspection préliminaire
  • Un essai routier
  • Une inspection visuelle détaillée (qui comprend l’inspection des étriers de frein, des tambours, des cylindres de roue, du matériel de friction, des conduites de frein, du maître-cylindre, des vis de purge, du liquide, des capteurs de vitesse de roue et du système de frein de stationnement).

Pour la plupart d’entre nous, un véhicule est le premier ou le deuxième objet le plus cher que nous possédons. Il se déprécie souvent dès que nous quittons le concessionnaire et et règle générale, nous le gardons pendant plusieurs années (l’âge moyen d’un véhicule au Canada est actuellement de 9,7 ans; aux États-Unis, il est encore plus élevé avec 11,8 ans).

Pendant ce temps, le véhicule aura besoin d’être entretenu et une grande partie de ce travail tournera autour des pièces d’usure, qui comprennent bien sûr les composants des freins.

M. Stapor fait remarquer que la manière dont les prestataires de services et les techniciens abordent l’entretien des véhicules aura le plus grand impact à long terme sur les revenus et l’attention portée aux clients et, comme il le fait remarquer, ce sont souvent les petits détails qui comptent.

Protéger le véhicule

Pour commencer, M. Stapor indique que l’atelier doit prendre des mesures pour protéger le véhicule lorsqu’il est dans l’atelier, ce qui inclut l’installation de housses de siège jetables, de tapis de sol ou de housses de volant. « Si vous mettez de la graisse sur un volant chauffant moderne, il est pratiquement impossible de le nettoyer, dit-il. Vous pourriez vous retrouver à effectuer un entretien des freins à 1200 $ et à devoir payer un nouveau volant à 800 $, ce qui signifie que vos profits pour cet entretien des freins seront perdus.

En outre, M. Stapor recommande aux techniciens de s’assurer que leurs mains et leur uniforme sont propres avant de toucher un véhicule.

Lorsqu’il s’agit d’inspecter le véhicule, il faut commencer par faire un examen préliminaire et évaluer tout dommage visuel, notamment les éraflures, les fissures, les bosses, la corrosion, les éraflures de la route et les éclats de pierre sur la carrosserie et les roues. Cela permet non seulement de s’assurer que les dommages antérieurs sont documentés afin d’éviter tout litige avec le client, mais aussi de se faire une idée de la manière dont le véhicule est entretenu et conduit.

« Le véhicule est-il conduit sur des routes principalement asphaltées ou sur des chemins de terre? A-t-il été endommagé par des chocs contre les trottoirs? » Toutes ces questions doivent être prises en compte avant de se lancer dans l’inspection des freins.

Essai routier

La prochaine étape est l’essai routier. Un moyen efficace est d’accompagner le client sur un parcours d’essai standardisé et prédéfini qui lui permet de conduire avec le technicien du côté passager. M. Stapor souligne que la raison est que le technicien peut observer la façon dont le client conduit le véhicule.

Ont-ils le pied pesant sur l’accélérateur ou les freins? Effectuent-ils des manœuvres agressives? Maintiennent-ils leur pied au-dessus de la pédale de frein lorsqu’ils conduisent? De plus, leurs mains sont-elles tendues en conduisant? Cela pourrait indiquer un problème avec le véhicule, comme un mauvais alignement de la direction, entraînant d’autres problèmes mécaniques et de sécurité potentiels.

De plus, en prenant place sur le siège passager, le technicien peut également prêter attention à tout bruit ou vibration inhabituel. Si le véhicule présente des problèmes majeurs avec le système de freinage, il y a de fortes chances que le client ne veuille pas le conduire et même si un véhicule est livré à l’atelier, il doit être vérifié et sécurisé avant même de l’inspecter (une voiture sans freins qui roule dans l’atelier posera des problèmes importants et potentiellement très graves).

Un moyen sûr d’éviter cela consiste à effectuer un test de pré-démarrage sur le véhicule, en mettant le contact en position marche (run). Selon M. Stapor, le technicien doit monter dans le véhicule et appuyer sur la pédale de frein. Sur la plupart des voitures et camions modernes, la sensation de la pédale devrait être normale la première fois que vous mettez le pied dessus, car il y aura toujours une dépression dans le système de freinage.

Ensuite, le technicien doit pomper la pédale trois à cinq fois et la maintenir en position basse jusqu’à ce qu’elle soit dure. En mettant le contact en position marche, le tableau de bord devrait s’allumer. Ensuite, en démarrant le véhicule, la pédale de frein devrait s’abaisser, indiquant qu’il y a une dépression dans le système et que celui-ci fonctionne normalement.

Prendre son temps

Une fois cette opération effectuée, M. Stapor recommande de passer à l’inspection visuelle. Et c’est là que les choses peuvent mal tourner, car on ne s’y attarde pas assez longtemps. « C’est beaucoup plus compliqué qu’on ne le pense. De nombreux techniciens négligent cette étape », poursuit-il. Et bien qu’il remarque que plus on acquiert de l’expérience dans ces inspections, moins elles prennent de temps, les techniciens se sentent souvent sous pression pour faire le travail aussi vite que possible, et en ne prenant pas leur temps pour faire l’inspection à fond, cela peut les confronter à de plus gros problèmes plus tard.

Il est donc logique de commencer par l’inspection sous le capot. Selon M. Stapor, la vérification du niveau et de l’état du liquide de frein doit figurer en tête de liste. « Le niveau du liquide doit se situer entre le niveau de remplissage et le niveau plein, précise M. Stapor. C’est donc là qu’il devrait normalement se trouver, quel que soit l’âge du véhicule. »

Même si les plaquettes sont complètement usées, le liquide de frein doit toujours être au-dessus du niveau de remplissage du réservoir. S’il est au maximum, il y a de fortes chances que le véhicule ait été entretenu récemment et que le liquide ait été rempli, ce qui ne devrait pas être le cas, explique M. Stapor. Par conséquent, tout signe d’un niveau de liquide élevé devrait être un signal d’alarme pour le technicien, indiquant soit un entretien négligé ou un problème avec les réparations effectuées précédemment.

Éviter la contamination

À ce stade, le liquide lui-même doit également être inspecté en retirant et en nettoyant le bouchon du réservoir. Les systèmes de freinage sont conçus pour un liquide à base de glycol uniquement, donc s’il y a des signes d’huile ou tout autre liquide à base de pétrole entrant dans le système de freinage, comme de la crasse orange à l’intérieur du bouchon du réservoir, le système est contaminé. Une reconstruction complète sera alors nécessaire, dans laquelle tous les composants comportant des pièces en caoutchouc devront être remplacés. Cela comprendra tout, du maître-cylindre aux étriers, en passant par les cylindres de roue, les tuyaux, les soupapes de frein et les modulateurs ABS, ce qui peut représenter des milliers de dollars pour le client.

La prochaine fois, nous poursuivrons notre inspection des freins, en examinant les différents composants de freinage et en cherchant à déceler les signes révélateurs de dommages, d’abus et de négligence.

 

Calendrier

Nos partenaires

Menu
X