fbpx

Selon le président de Toyota Canada, les VÉZ ne sont pas la seule option pour réduire les émissions

Autosphere » Concessionnaires » Selon le président de Toyota Canada, les VÉZ ne sont pas la seule option pour réduire les émissions
Le président et chef de la direction de Toyota Canada, Larry Hutchinson, s'adresse aux participants lors d'une réception spéciale avant le CIAS, le 15 février. Photo Toyota Canada

Larry Hutchinson a souligné l’importance pour l’industrie automobile et le gouvernement de travailler ensemble afin d’obtenir des réductions durables et efficaces des émissions nocives au lieu d’imposer des mandats inapplicables pour les véhicules électriques à émission zéro (VÉZ).

Lors d’un évènement organisé par les parties prenantes de l’industrie automobile canadienne le 15 février (juste avant l’ouverture du Canadian International AutoShow à Toronto), le président et chef de la direction de Toyota Canada, Larry Hutchinson, a parlé aux participants de l’engagement mondial de Toyota à réduire les émissions de carbone. Tout en reconnaissant la nécessité de poursuivre sur cette voie, M. Hutchinson s’est également attaqué au projet de mandat VÉZ du gouvernement du Canada révélé plus tôt cette année.

M. Hutchinson a réaffirmé que pour s’attaquer à un problème aussi complexe que le changement climatique, il faut « utiliser tous les outils de notre boîte à outils », et que la proposition VÉZ du gouvernement « tente de relever le défi climatique avec un seul outil », à savoir la vente de véhicules électriques à batterie.

Problèmes importants

« Cette approche à un seul outil pose des problèmes importants, a fait remarquer M. Hutchinson, elle ne tient pas compte du fait que les émissions de carbone ne proviennent pas seulement des nouveaux véhicules, mais de tous les véhicules en circulation. »

En outre, il a fait remarquer que l’impact de la demande croissante sur les matières premières nécessaires à la fabrication des batteries pourrait constituer un énorme problème pour l’adoption généralisée des VÉ. « Entre 2020 et 2022, le prix du lithium est passé de 5000 dollars américains la tonne à plus de 71 000 dollars la tonne et je pense que nous pouvons nous attendre à ce que les prix de tous les minéraux critiques continuent à grimper, poussés par notre demande en augmentation exponentielle », a déclaré M. Hutchinson.

En d’autres termes, la montée en flèche des prix des matières premières entraînera une telle augmentation du coût des véhicules électriques à batterie qu’il sera difficile pour les Canadiens de se les offrir. Pourtant, le gouvernement propose toujours que d’ici 2026, 20 % de toutes les ventes de véhicules neufs au Canada soient des véhicules électriques à batterie.

M. Hutchinson a également ajouté que si 20 % représentent une augmentation très significative par rapport aux 8 % actuels des ventes qui sont des VÉZ, « ce chiffre n’a aucune signification » si le marché des véhicules neufs retrouve les 2 millions de ventes annuelles qu’il connaissait avant la pandémie.

« Cette augmentation d’un tiers des ventes totales de véhicules signifierait que les émissions de carbone des véhicules vendus augmenteraient en fait – et non pas diminueraient – même si un nombre record de VÉ sont vendus. »

Des options plus pratiques

C’est pourquoi, selon M. Hutchinson, le type de véhicules électrifiés que nous choisissons de vendre peut faire une grande différence. Et pour mettre en place une approche pratique et durable de la réduction des émissions des véhicules, l’industrie et les régulateurs doivent envisager des alternatives plus pratiques que les seuls VÉB, telles que les technologies hybrides, hybrides rechargeables, de combustion interne à l’hydrogène et de carburant électronique.

« La technologie du carburant électronique est particulièrement intéressante pour moi, a déclaré M. Hutchinson. Imaginez un avenir où nous aurions des véhicules hybrides rechargeables, où les gens conduiraient la plupart du temps en mode électrique, ce qui réduirait déjà leurs émissions de 80 à 90 %, puis, pour atteindre 100 %, ils utiliseraient un carburant électrique sans émissions les rares fois où ils auraient besoin de parcourir une plus longue distance.

Des émissions neutres en carbone, moins d’impact sur l’environnement de toutes les mines que les VÉB exigeraient pratiquement aucun défi en matière d’infrastructure et un transport abordable pour tous. Cet avenir est à la fois pratique et possible », a-t-il déclaré.

M. Hutchinson a également fait remarquer que, même sans mandat gouvernemental, 40 % des véhicules Toyota vendus au Canada en 2023 seront électrifiés sous une forme ou une autre et que les réalisations et les progrès de l’entreprise en matière de réduction significative des émissions de carbone sont bien documentés.

Toyota présentait une gamme de ses derniers véhicules neufs lors de l’évènement. Photo Toyota Canada

Trop d’impact pour se tromper

En fin de compte, il a déclaré que la mission visant à atteindre des réductions d’émissions significatives est à la fois trop importante et trop importante pour se tromper.

« Le coût d’une erreur est trop élevé et la route vers 2050 ne cesse de se raccourcir », a déclaré M. Hutchinson.

Dans le même ordre d’idées, il a fait remarquer qu’« il est essentiel de disposer de choix de transport abordables » pour une société et un avenir durables et prospères.

Au cours de l’événement, les participants ont eu l’occasion d’essayer une gamme de produits Toyota actuels, y compris les Corolla et RAV4 à haut rendement énergétique et fabriqués au Canada, ainsi que la Toyota Prius Prime, la Lexus RZ450e, et une première canadienne spéciale du nouveau VUS Grand Highlander 2024.

L’un des temps forts de l’évènement a été la première canadienne du nouveau véhicule utilitaire multisegment Grand Highlander 2024. Photo Toyota Canada

 

Catégories : Concessionnaires, Éditorial
Étiquettes : CIAS, CIAS, EV, Évènement, Event, Toyota,

EMPLOIS

 
GT AUTOTECH
Conseiller.ère technique
 
  ST-EUSTACHE
  Temps plein
 
 
Grenier Volkswagen
Spécialiste de la mise en marché
 
  MASCOUCHE
  Temps plein
 
 
KIA JOLIETTE
Contremaître d'atelier
 
  JOLIETTE
  Temps plein
 
 
Complexe Auto Plus
Directeur.rice adjoint.e aux ventes / conseiller.ère aux ventes sénior.e (1 poste)
 
  SAINT-JÉRÔME
  Temps plein
 
 
Volkswagen St-Bruno (et Audi St-Bruno)
Contrôleur.e
 
  SAINT-BRUNO
  Permanent
 

ARTICLES POPULAIRES