fbpx

Ventes de voitures neuves : À contre-courant

Autosphere » Concessionnaires » Ventes de voitures neuves : À contre-courant
Global Automakers of Canada (GAC) a récemment publié ses statistiques sur les ventes de véhicules neufs pour le deuxième trimestre de 2022. Photo Adobe Stock

Si les chiffres des ventes canadiennes sont en baisse, quelques anomalies viennent contrecarrer la tendance.

Global Automakers of Canada (GAC) a récemment publié ses statistiques sur les ventes de véhicules neufs pour le deuxième trimestre de 2022. Comme prévu, les chiffres de vente sont en baisse au Canada, comme partout dans le monde. Toutefois, selon le président de GAC, David Adams, quelques marques et segments du marché échappent à cette tendance à la baisse.

« Les entreprises qui ont progressé sont généralement des marques de luxe », explique M. Adams. Les résultats du deuxième trimestre montrent des augmentations des ventes pour les marques/segments de luxe, notamment le camion léger BMW, qui a augmenté de 4,0 % (T2 2021 par rapport au T2 2022), ainsi que le camion léger Genesis (+ 122,8 %), le véhicule léger Maserati (+ 26,8 %), le camion léger Maserati (+ 39,4 %), le véhicule léger Mercedes-Benz (+ 7,4 %), le camion léger Mercedes-Benz (+ 12,4 %) et la voiture de tourisme Porsche (+ 15,4 %).

La seule marque/segment non-luxueux à avoir enregistré une augmentation des ventes est la voiture Mitsubishi, qui a connu une hausse impressionnante de 173,6 %. Tous les autres membres du GAC ont signalé une baisse des ventes pour le deuxième trimestre.

Certes, dans certains cas, ces augmentations reflètent des volumes plus faibles dans l’ensemble. Par exemple, l’augmentation de 173,6 % des ventes de Mitsubishi se traduit par 829 véhicules vendus au deuxième trimestre de 2022 contre 303 au deuxième trimestre de 2021, et les chiffres de Maserati Light Truck sont basés sur 131 véhicules vendus au deuxième trimestre de 2022 contre 94 au deuxième trimestre de 2021. Néanmoins, au moins, leurs chiffres de vente sont en hausse, plutôt qu’en baisse, ce qui permet d’inverser la tendance générale à la baisse.

« On pourrait penser que le marché des voitures de luxe est en baisse, mais ce n’est pas le cas, a ajouté M. Adams. Il y a encore beaucoup de demande refoulée, et je pense que la réalité est que les gens ont beaucoup épargné ces dernières années. La richesse des ménages a augmenté, l’épargne a augmenté. »

En ce qui concerne les éventuels vents contraires à venir, M. Adams craint que l’inflation et la hausse des taux d’intérêt n’aient un impact sur les ventes de véhicules dans les mois à venir. « À un moment donné, dit-il, cela va probablement nous rattraper. Avec l’inflation, l’épargne s’épuisera. »

L’offre et la demande

Dans l’intervalle, la demande étant supérieure à l’offre, il semble y avoir une lueur d’espoir autour du gros nuage qui plane sur les concessionnaires. « D’après ce que je vois, ajoute M. Adams, il y a encore beaucoup de demande et pas assez d’offre. Et je pense que cela signifie pour les concessionnaires qu’ils n’ont pas beaucoup de voitures à vendre, mais que les voitures qu’ils vendent leur rapportent beaucoup d’argent. »

En outre, selon M. Adams, les fabricants économisent des milliards de dollars sur les incitatifs. « Ils n’ont pas besoin de proposer des remises ou des offres, car si un consommateur ne veut pas acheter le véhicule, il y en aura un autre juste derrière qui le fera », ajoute M. Adams.

« D’une certaine manière, conclut-il, il est difficile d’argumenter avec ce type de scénario où tout le monde gagne de l’argent. C’est juste que les consommateurs, je pense, souffrent parce que s’ils ont une voiture à remplacer, ce n’est pas si facile à concrétiser. »

 

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

X