fbpx

Crise en Ukraine : Graves problèmes dans la chaîne d’approvisionnement

Autosphere » Concessionnaires » Crise en Ukraine : Graves problèmes dans la chaîne d’approvisionnement
L'approvisionnement en VE pourrait être gravement affecté par la situation en Ukraine. PHOTO Volkswagen

La crise en Ukraine ajoute considérablement aux problèmes de fabrication et de distribution existants dans le secteur automobile.

Le 24 février, les forces militaires russes franchissaient la frontière de son voisin méridional, l’Ukraine. Depuis lors, l’impact géopolitique et économique a été important. La Russie a été largement condamnée pour cette attaque et les pays de l’OTAN ont rapidement pris des sanctions contre le régime de Poutine. Alors que les forces russes poursuivent l’invasion, confrontées à l’opposition farouche des Ukrainiens, le monde entier continue à presser l’économie russe, avec des impacts potentiellement graves sur les chaînes d’approvisionnement et les industries mondiales.

Complications additionnelles

Dans le secteur automobile, qui a déjà dû faire face à des pénuries de composants clés tels que les puces semi-conductrices au cours des derniers mois, la situation en Ukraine a encore compliqué les choses.

Plusieurs constructeurs automobiles, dont Volkswagen, BMW, Mercedes-Benz, Toyota, Nissan et Renault, ont été fortement touchés.

Volkswagen, BMW et Toyota, qui exploitent des usines d’assemblage en Russie, ont interrompu la production de véhicules dans le pays. En outre, les perturbations de l’approvisionnement en matières premières et composants clés provenant de Russie et d’Ukraine, notamment l’acier, les faisceaux de câbles et les composants de microprocesseurs, ont également amené les constructeurs automobiles à suspendre la production dans plusieurs usines en Allemagne. Pour les concessionnaires canadiens qui représentent des marques européennes, cela entraînera probablement d’autres perturbations et des pénuries de stocks de véhicules spécifiques au cours des prochains mois.

Production de VÉ

En s’entretenant avec David Adams, président de Global Automakers of Canada, Autosphere a appris que l’impact le plus important de la crise actuelle concerne les composants et la production des VÉ.

« Pour Volkswagen, qui possède deux de ses principales usines de VÉ en Allemagne et qui dépend de composants provenant d’Europe de l’Est pour ces véhicules, la situation pourrait devenir de plus en plus problématique », a déclaré M. Adams.

Il a également fait remarquer que cette situation, qui s’ajoute à la pénurie mondiale de semi-conducteurs, constitue une autre pierre d’achoppement pour l’adoption massive des VÉ, certainement au cours des prochaines années.

Il y a aussi la question de l’impact que le conflit aura finalement sur l’inflation et les prix de l’énergie. Au Canada, nous avons vu le prix de l’essence atteindre des niveaux records, le prix à la pompe ayant atteint 1,85,1 $ le litre en Colombie-Britannique et 1,69,6 $ en Ontario*.

Traditionnellement, on s’accorde à dire que lorsque les prix du carburant augmentent, les consommateurs ont tendance à opter pour des véhicules plus économes en carburant, mais, comme l’a fait remarquer M. Adams, cette fois-ci, nous devons également faire face à une inflation plus élevée qui exerce une pression à la hausse sur les prix de presque tous les biens de consommation, y compris les véhicules, ainsi qu’à une pénurie de véhicules.

Réticence des consommateurs

En outre, étant donné les pénuries d’approvisionnement auxquelles l’industrie automobile est déjà confrontée et le simple fait qu’il n’y a toujours pas assez de véhicules disponibles pour répondre à la demande, qu’ils soient neufs ou d’occasion, il est probable que de nombreux consommateurs choisiront de conserver les véhicules qu’ils possèdent actuellement au lieu de tenter d’en acheter un plus récent.

De plus, l’adoption des VÉ devrait être considérablement affectée dans un avenir prévisible, car non seulement les VÉ sont toujours plus chers que de nombreux véhicules traditionnels comparables (une situation encore exacerbée par l’inflation), mais ils sont susceptibles de rester en très faible quantité en raison de la pénurie de composants et de matières premières.

Selon une récente vidéo publiée par Patrick Boyle, célèbre gestionnaire de fonds, universitaire, auteur et fondateur de Palomar Capital Management, une pénurie de matériaux utilisés pour l’électronique et les batteries pourrait entraîner une situation très grave pour la production de véhicules électriques.

Des matériaux tels que le palladium (dont 40 % de l’approvisionnement mondial provient de Russie) et le nickel (dont la Russie est le troisième producteur mondial), ainsi que des gaz industriels tels que le C4F6 et le néon utilisés dans la fabrication des micropuces – la Russie et l’Ukraine en étant les principales sources – dressent un tableau plutôt sombre du côté de la fabrication, non seulement pour les VÉ mais aussi pour les véhicules traditionnels et d’autres biens de consommation.

En fait, il est probable que les perturbations de la fabrication automobile et de la chaîne d’approvisionnement causées par la crise, en plus des défis existants, pourraient entraîner une période prolongée de pénurie des stocks de véhicules qui pourrait se prolonger bien au-delà de l’année prochaine.

*Source : GasBuddy.com/can

 

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

Menu
X