fbpx

Réticence face aux voitures autonomes

Les consommateurs disent non aux voitures autonomes, mais oui aux systèmes avancés d’aide à la conduite. PHOTO Randy Tarampi / Unsplah

Les consommateurs canadiens sont encore loin de vouloir confier la vie des membres de leur famille à des véhicules autonomes.

CarGurus vient de publier une étude découlant d’un sondage effectué en avril dernier auprès de 480 automobilistes canadiens. L’échantillonnage du sondage était représentatif en matière démographique et sociale économique.

La question visait à déterminer le niveau de confort des répondants face à l’avènement des véhicules entièrement autonomes.

Un tiers des répondants se dit emballé par cette technologie. Mais un pourcentage égal est très concerné par l’idée de partager la route avec des camions de livraison autonomes ou de laisser des membres de leur famille prendre la route à bord de tels véhicules.

Plus en détail, le sondage indique que les automobilistes seraient partants pour une voiture autonome s’ils en restent le conducteur (46 %) ou s’ils en sont les passagers (26 %). Mais 36 % des répondants ne seraient pas confortables du tout dans un véhicule de ce type.

Toutefois, le tiers des consommateurs considèrent acheter une voiture autonome d’ici dix ans. Cet intérêt repose sur l’avancée technologique, des déplacements plus sécuritaires et le plaisir de se laisser conduire.

Ceux qui hésitent à embrasser cette technologie le font en évoquant le prix de ces véhicules qui risque d’être élevé, le sentiment d’insécurité en confiant la conduite à un système automatisé et la responsabilité en cas de collision.

Un quart des répondants indiquent qu’ils aiment tout simplement conduire ou pensent que cette technologie n’est pas encore au point.

Soulignons pour conclure ce volet que le tiers des utilisateurs de taxis seraient prêts à monter à bord d’un véhicule entièrement autonome, tout comme 26 % des usagers des transports en commun.

Garder le contrôle

Le même sondage de CarGurus illustre toutefois que les automobilistes canadiens sont très ouverts aux nouvelles technologies d’aide à la conduite et de sécurité avancée.

Ainsi, 70 % des répondants estiment que ces systèmes (ADAS) contribuent à leur sécurité. Ainsi, résume l’étude, les automobilistes préfèrent qu’on les aide à garder le contrôle sur la route au lieu de laisser la voiture prendre le contrôle à leur place.

Les résultats plus détaillés à ce sujet sont éloquents. La caméra de recul, par exemple, présente sur 31 % des véhicules des répondants fait l’envie de 40 % des autres automobilistes.

Plus de 50 % des sondés aimeraient que leur prochain véhicule soit doté d’un détecteur d’angle mort, d’un détecteur de piéton ou encore de caméras à vision panoramique.

Le freinage d’urgence automatique, le contrôle adaptatif de vitesse de croisière, l’avertisseur de trafic latéral ou de maintien de la voie ou encore le stationnement automatique sont aussi des équipements d’aide à la conduite qui intéressent grandement les consommateurs pour leur prochain véhicule.

CarGurus conclut ce rapport en indiquant l’importance, pour les concessionnaires, de bien expliquer les avantages des systèmes d’aide à la conduite à leurs clients, puisque ces derniers y sont beaucoup plus intéressés en ce moment que par les voitures autonomes.

Sachant que chaque constructeur a son lexique et ses propres appellations en ce qui concerne les systèmes ADAS, il faut que les équipes de ventes soient bien informées de ces systèmes pour que le consommateur en profite pleinement.

Ceci étant dit, CarGurus invite toutefois les concessionnaires à garder un œil ouvert sur la voiture autonome, car même si la vaste majorité des consommateurs y reste réfractaire, il faut que les conseillers soient au courant des nouvelles percées technologiques pour ne pas être dépassés.

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

Nos partenaires

Menu
X