fbpx

Le Conseil canadien des semi-conducteurs s’attaque à la pénurie de puces électroniques

pénurie de puces
L'année dernière, le COVID-19 a alimenté une hausse des ventes d'appareils électroniques grand public, ce qui a contribué à aggraver la pénurie mondiale de puces électroniques. Celle-ci prend racine dans la demande soutenue pour des ordinateurs personnels et d'autres appareils mobiles nécessaires au travail à distance et à l'apprentissage en ligne. PHOTO Shutterstock

Un groupe de dirigeants d’entreprises, de fabricants de puces et d’investisseurs canadiens annonce la création du Conseil canadien des semi-conducteurs.

Ayant pour mandat d’élaborer et de diriger la stratégie et le plan d’action nationaux du Canada en matière de semi-conducteurs, la coalition s’efforcera de faire progresser la compétitivité canadienne, de renforcer les partenariats commerciaux, d’accroître la résilience de la chaîne d’approvisionnement et de propulser le Canada au premier plan de l’industrie mondiale des semi-conducteurs. Une industrie de 7 000 milliards de dollars américains.

Importance des semi-conducteurs

Les semi-conducteurs sont à la base de toutes les technologies émergentes, notamment les véhicules électriques, la production de vaccins, les dispositifs médicaux, l’électronique grand public et la robotique utilisée dans l’agriculture de précision.

Alors que la pénurie mondiale de puces électroniques continue de menacer les principales industries au Canada et dans le monde, il est urgent que le Canada se hisse au rang de développeur et de fabricant de produits semi-conducteurs, tant pour la consommation intérieure que pour l’exportation mondiale.

« Alors que nous travaillons à une solide reprise économique, nous voulons également assurer la compétitivité et la croissance à long terme du Canada. Pour ce faire, nous reconnaissons l’importance d’investir dans notre industrie nationale des semi-conducteurs, essentielle à une multitude de technologies au cœur de notre économie future – de l’intelligence artificielle à l’informatique quantique en passant par l’énergie verte et toutes les activités intermédiaires », explique l’honorable Mary Ng, Ministre de la Petite Entreprise, de la Promotion des exportations et du Commerce international et députée de Markham-Thornhill.

Membres fondateurs du Conseil canadien des semi-conducteurs
  • Salim Teja, partenaire, Radical Ventures
  • Pamela Pelletier, directrice nationale, Dell
  • Kevin O’Neil, directeur général, Advanced Micro Devices (AMD)
  • Sarah Prevette, investisseur providentiel, PDG de la Future Design School, fondatrice de BetaKit
  • Melissa Chee, présidente et directrice générale, ventureLAB

Pour plus d’informations sur le conseil, cliquez ici.

Objectifs du Conseil canadien des semi-conducteurs

Le Conseil canadien des semi-conducteurs se concentrera sur des actions à court et à long terme dans le cadre de piliers clés. Il vise à faire du Canada une plaque tournante mondiale pour la recherche, la conception et la fabrication de semi-conducteurs.

Le Conseil se concentrera sur les domaines essentiels suivants :

  1. Activation d’une masse critique d’entreprises d’ancrage riches en PI qui conçoivent et fabriquent des semi-conducteurs et des produits connexes et qui choisissent de démarrer, de s’agrandir et d’investir au Canada pour répondre à la demande du marché national et mondial ;
  2. Attirer, retenir et galvaniser les compétences et les talents canadiens ;
  3. Échelle des bassins canadiens de capitaux d’investissement ;
  4. Élargir les possibilités d’investissement stratégique au Canada.

Les fondateurs de semi-conducteurs sont confrontés à un manque d’accès aux sources nationales de capitaux, en particulier dans les phases de préamorçage, d’amorçage et de démarrage, ainsi que dans les phases ultérieures. Il en résulte un pourcentage élevé de propriété étrangère dans les entreprises canadiennes.

Dans le même temps, le manque de financement crée un environnement défavorable pour les entreprises canadiennes qui doivent se retirer trop tôt à de faibles valorisations, ou déplacer les talents et les entreprises vers d’autres marchés afin de se développer.

« Le lancement du Conseil canadien des semi-conducteurs est une étape importante pour combler le manque de capitaux pour les entreprises technologiques canadiennes, et une mesure nécessaire pour attirer les milliards de dollars d’investissements mondiaux qui accompagnent un secteur des semi-conducteurs florissant », a déclaré Salim Teja, partenaire de Radical Ventures.

Répondre à la pénurie mondiale de puces électroniques

L’année dernière, le COVID-19 a alimenté une hausse des ventes d’appareils électroniques grand public, ce qui a contribué à aggraver la pénurie mondiale de puces électroniques. Celle-ci prend racine dans la demande soutenue pour des ordinateurs personnels et d’autres appareils mobiles nécessaires au travail à distance et à l’apprentissage en ligne.

À mesure que les technologies se perfectionnent, les possibilités pour les fondateurs basés au Canada de créer et de développer des entreprises nationales de semi-conducteurs augmentent de façon exponentielle.

Parallèlement, la mise en place d’un écosystème national intégré à grande échelle permet aux fondateurs canadiens de se développer plus rapidement et d’accélérer la mise sur le marché grâce à l’accès à l’expertise, aux outils de conception et aux capacités de fabrication, éliminant ainsi de nombreux obstacles à forte intensité de capital et créant de nouveaux emplois pour les talents basés au Canada.

Les actifs de l’écosystème, comme l’initiative Hardware Catalyst, ont attiré près de 50 millions de dollars de contributions du secteur privé de la part de plus de 25 partenaires mondiaux afin de maximiser l’investissement de 9,73 millions de dollars du gouvernement du Canada.

« Le Canada a un choix à faire : soit nous saisissons l’incroyable opportunité qui se présente à nous, soit nous nous en tenons à un statu quo qui ne fonctionne plus. Lorsqu’il s’agit de créer un écosystème technologique innovant et intégré à l’échelle nationale, susceptible d’attirer des investissements importants et de créer des débouchés importants pour une nouvelle génération de Canadiens, il faut voir grand », a déclaré Melissa Chee, présidente et directrice générale de ventureLAB et de l’initiative Hardware Catalyst.

« Dans le secteur ultra-concurrentiel et crucial des semi-conducteurs, personne ne va nous inviter à la table – nous devons faire preuve d’audace et monter sur le podium. »

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

juin, 2021

Nos partenaires

Menu
X