fbpx

La demande en hausse fait grimper les ventes par Rebekah Young

Les ventes de parcs automobiles devraient également freiner la demande de véhicules neufs, puisqu'elles représentent plus de 20 % des ventes totales de véhicules au Canada et aux États-Unis. PHOTO Scotiabank

L’ascension sera lente, mais nous commençons à voir de l’espoir dans les ventes de voitures, tant au niveau national qu’international. Les ventes canadiennes ont augmenté en juin, mais pas aussi vigoureusement qu’en mai.

Avec la réouverture d’un plus grand nombre de concessionnaires, la demande refoulée nous a permis de nous éloigner du creux atteint en avril.

Au deuxième trimestre, les ventes ont baissé de 45 % par rapport à l’année précédente. Nous maintenons nos prévisions de ventes annuelles de 1,5 million d’unités pour 2020, et si les réouvertures se poursuivent avec succès, nous voyons le potentiel d’une reprise encore plus forte.

Toutefois, nous voyons également un risque possible qui dépend de l’évolution des événements aux États-Unis et de leurs effets sur l’économie canadienne.

Les consommateurs sont confiants, mais le chômage persiste

Au Canada, la confiance des consommateurs continue de progresser, avec une amélioration de 16 points en juin, selon le Conference Board.

Mais elle se situe toujours à environ deux tiers des niveaux d’avant la pandémie, et le chômage élevé devrait persister pendant la reprise pluriannuelle.

Les ventes de parcs automobiles devraient également freiner la demande de véhicules neufs, puisqu’elles représentent plus de 20 % des ventes totales de véhicules au Canada et aux États-Unis.

On ne s’attend pas à un redressement rapide, d’autant plus que le secteur de la location de voitures est étroitement lié à celui du transport aérien. Les données préliminaires suggèrent que les ventes de flottes ont diminué de 75 à 80 % en avril et mai au Canada.

Les ventes aux États-Unis augmentent, mais tout peut arriver

Au sud de la frontière, les ventes ont également augmenté en juin aux États-Unis mais n’ont pas été à la hauteur de l’accélération de mai, et les ventes du deuxième trimestre ont baissé de 33% en glissement annuel.

Plusieurs facteurs ont contribué à la lenteur de l’élan du mois de juin, notamment l’augmentation du nombre de cas COVID-19 dans certains des États les plus peuplés. Selon les rapports, 1,4 million d’Américains ont demandé des allocations de chômage au cours de la seule dernière semaine de juin.

Nous prévoyons des ventes nationales de 13,5 millions d’unités pour 2020, mais avec un large éventail d’avantages ou de désavantages possibles liés à la capacité des gouvernements à tous les niveaux à gérer le redémarrage de leurs économies.

Avec la reprise de l’activité économique au cours des dix-huit prochains mois, nos prévisions prévoient que les écarts de production se résorberont d’ici la fin 2021 aux États-Unis et d’ici le début 2022 au Canada.

Incertitude quant au rebond à court terme

Au niveau mondial, les ventes de voitures ont chuté de 35 % en mai, mais cela a marqué une modération par rapport à la baisse de 46 % en avril.

La demande soutenue est un avantage pour de nombreuses régions qui rouvrent leurs économies et leurs concessions. La Chine a été exceptionnelle, où les ventes ont augmenté de 7 %, tandis que d’autres régions d’Asie et d’Europe ont vu leurs activités de vente exploser, bien qu’elles restent en dessous des niveaux antérieurs à la crise.

Au niveau mondial, les ventes annualisées se sont élevées à 51 millions d’unités en mai, soit une hausse de 22 % m/m par rapport à avril 2020.

Malgré cela, la plupart des pays sont confrontés à une grande incertitude quant à la durée et à la force de ce rebond à court terme avant que les moteurs économiques fondamentaux ne reviennent.

Pour la plupart des pays, nous nous attendons à ce que cela crée une reprise sur plusieurs années, car le chômage élevé freine la consommation.

Et certains pays, notamment l’Amérique latine et l’Inde, sont encore confrontés à des épidémies et à la perte de ventes qui en résulte.

Nous prévoyons que d’ici à la fin de 2020, les ventes mondiales seront inférieures de 20 % à ce qu’elles étaient en 2019.

 

Catégories : Chronique, Concessionnaires
Étiquettes :

Bottin 2020

Bottin 2020 Button

Calendrier

Nos partenaires

Menu
X