fbpx

La crise des désagréments

Autosphere » Carrosserie » La crise des désagréments
Peter Sziklai est propriétaire d'un atelier de carrosserie en Colombie-Britannique depuis 1983 et possède Tsawwassen Collision Ltd. depuis 1995. Il a été actif au sein de l'ARA de la Colombie-Britannique, siégeant au conseil d'administration de la Division de la réparation de carrosserie, dont un mandat de président. Sziklai a un site Web, Ready For Its Next Accident, rfina.ca. Vous pouvez le joindre à [email protected] Photo Peter Sziklai

La culture opérationnelle doit changer.

Dans le monde des affaires, l’action est motivée par l’argent jusqu’à ce qu’une crise impose un changement. Dans le secteur de la réparation de carrosserie, la crise n’est pas arrivée et les décisions sont donc toutes basées sur l’argent. Malheureusement, la plupart des gens et des systèmes accordent beaucoup plus d’importance à l’argent d’aujourd’hui qu’à celui de demain. Ainsi, en l’absence de crise et alors que l’argent du jour est le plus important, il y a très peu de motivation pour changer ce qui semble fonctionner actuellement. Lorsque la crise surviendra, elle ne se produira pas le premier jour où le travail sera mal fait. Cela se produira après quelques mois et années de rattrapage, et l’on se rendra compte que ce qui semblait fonctionner ne l’était pas vraiment.

Si cela ne fonctionne pas, il faut faire quelque chose de différent. La survie des entreprises dépendra du changement de l’approche des réparations. Les conseillers du secteur parlent de la formation comme s’il s’agissait de la solution miracle, mais la formation sans un changement opérationnel correspondant est inutile. Si une entreprise s’en sort depuis de nombreuses années en faisant ce qu’elle fait habituellement, elle sera sévèrement remise en question. La culture opérationnelle doit changer et cela prend du temps. Il y a quelques années, cela aurait été un bon moment pour commencer.

La crise des blessures n’est pas arrivée

Quelle sera la cause de la crise ? Malgré les histoires que nous entendons sur les mauvaises réparations qui causent un risque réel, ce qui est le cas, ces histoires restent rares et n’ont pas attiré l’attention de la presse non industrielle ou du public. La crise des blessures n’est pas arrivée.

La crise qui arrivera sera, heureusement, celle d’un désagrément plutôt que celle d’une blessure ou d’un décès. La solution à la crise des désagréments aura pour effet secondaire très bénéfique de prévenir la crise des blessures.

Les voitures actuelles, d’une valeur de 20 000 dollars, sont équipées de systèmes avancés auxquels les conducteurs s’habituent rapidement. Dans quelques années, ces types de voitures seront la norme et presque toutes les voitures en circulation seront équipées de ces systèmes. La surveillance de la trajectoire et la surveillance des angles morts sont peut-être les deux systèmes sur lesquels les gens comptent le plus souvent. Ces pilotes remarqueront si les systèmes se comportent différemment après la réparation. Si l’atelier de réparation ne réussit pas du premier coup, il ne sera pas payé pour le travail qu’il devra faire pour réussir la deuxième fois. Le travail gratuit auto-infligé est un modèle économique insoutenable et ceux qui veulent survivre devront effectuer ces réparations et procédures correctement dès la première fois.

Culture opérationnelle et commerciale

Nous revenons maintenant aux changements de culture opérationnelle et commerciale que les opérateurs performants auront effectués. Le fait de reconnaître que les réparations électroniques doivent être effectuées correctement et traitées avec respect permettra d’éviter la crise des blessures et des décès, non seulement parce que les appareils électroniques sont réparés adéquatement, mais aussi parce que la prise de conscience de cette nécessité se répercutera sur la prise de conscience de la nécessité de réparations structurelles correctes. Si le travail est effectué par les mêmes personnes, elles ne feront pas le travail électronique correctement. Ensuite, ils effectueront le travail structurel avec des méthodes et des équipements obsolètes. Si, comme c’est plus probable, le travail est effectué par différents techniciens, la culture des méthodes correctes d’un groupe déteindra sur les autres.

Cela décrit un futur crédible. Elle est rapidement en route et la clé du succès sera de prendre de l’avance en planifiant et en agissant. La crise peut frapper les personnes non préparées.

 

Catégories : Carrosserie, Chronique
Étiquettes : ,

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

X