fbpx

ARA 2020 : Perturbateurs de l’industrie des collisions

Le nombre croissant de VE va changer la nature du processus de réparation des collisions. PHOTO Huw Evans

Au cours des cinq prochaines années, le secteur de la réparation des collisions pourrait connaître plus de changements qu’il n’en a connu au cours des 50 dernières années.

Dans le cadre de EDGE 2020, la 77e convention et exposition annuelle de l’ARA (en format virtuel cette année) en raison de la pandémie COVID-19, Frank Terlep a animé une session intitulée Collision Industry Disruptions : What They Are and How They Will Disrupt the Industry.

M. Terlep, qui est impliqué dans l’industrie automobile depuis plus de quatre décennies et qui est reconnu comme un pionnier dans la mise en œuvre de solutions informatiques, notamment sa dernière entreprise qu’il a cofondée, Auto Techcelerators, s’est penché sur une variété de nouveaux sujets qui sont au cœur de l’industrie de la réparation des collisions et de l’automobile.

Perturbateur ou perturbé ?

Bien entendu, lorsqu’il s’agit de perturber l’industrie de la réparation des collisions, la question est de savoir si vous allez être un perturbateur ou être perturbé ?

M. Terlep s’est concentré sur six facteurs différents qui ont changé ou devraient changer la façon dont l’industrie de la réparation des collisions fonctionne et, avec elle, la façon dont les recycleurs automobiles s’intègrent dans l’écosystème.

Ces six éléments sont les suivants :

  • L’impact de COVID-19 sur les technologies de l’industrie de l’assurance
  • Électrification des véhicules
  • Voitures connectées et Big Data
  • Intelligence artificielle
  • Comment la réalité virtuelle et la réalité augmentée vont-elles changer le processus de réparation
  • L’impact de ces technologies sur l’industrie du recyclage automobile

En commençant par les assureurs, M. Terlep a déclaré que, généralement, dans le passé, les assureurs avançaient lentement lorsqu’il s’agissait de mettre en œuvre la technologie. Cependant, l’apparition de COVID-19 a forcé un changement radical dans la façon dont les assureurs et le processus de réclamation fonctionnent et beaucoup investissent maintenant des milliards de dollars pour introduire de nouvelles technologies et créer une expérience de réclamation sans contact qui soit précise et efficace.

Quatre technologies

M. Terlep a fait remarquer que les quatre principales technologies sur lesquelles les assureurs concentrent actuellement leurs efforts sont l’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique, l’automatisation des processus, les portails numériques et le stockage dans le nuage.

Dans certains cas, en tirant parti de ces technologies, les assureurs pourraient voir leurs frais d’exploitation réduits de 40 %.

L’utilisation de l’analyse des données peut aider les assureurs à mieux comprendre et prévoir le comportement des consommateurs, tandis que l’exploitation de la technologie d’apprentissage automatique peut contribuer à la mise en place de programmes et de solutions plus précis et plus adaptés aux besoins de leurs clients.

On ne peut pas discuter des perturbations du secteur aujourd’hui sans parler de l’électrification des véhicules.

Grâce à l’histoire très médiatisée de Tesla, les véhicules électriques à batterie sont devenus une nouveauté, les constructeurs automobiles, qu’il s’agisse d’anciens ou de jeunes pousses, essayant de mettre de nouveaux modèles sur le marché. M. Terlep a déclaré qu’au niveau mondial, environ 400 nouveaux modèles devraient être introduits dans les cinq prochaines années, bien qu’une question plus importante soit de savoir comment ils seront reçus sur le marché. Certains de ces nouveaux modèles, comme Lucid Motors, ont une autonomie de 500 miles avec une seule charge de batterie, donc les attentes sont élevées.

Moins de pièces

Si les véhicules électriques se généralisent, la nature de leur conception et de leur construction aura un impact majeur sur les industries de réparation et de collision, en raison du nombre beaucoup plus restreint de composants qu’ils utilisent, par rapport aux véhicules à moteur à combustion interne (MCI) traditionnels.

Avec moins de pièces nécessaires et des types de pièces différents, la réparation des véhicules électriques à batterie exige un état d’esprit différent et des processus différents pour les ateliers de carrosserie. En outre, avec l’adoption de l’IA et de l’apprentissage automatique par les assureurs, le premier avis de sinistre (FNOL) devient de plus en plus numérique, ce qui signifie que non seulement le sinistre peut être traité plus rapidement et plus efficacement, mais que les pièces peuvent être commandées avant même que le véhicule n’arrive à l’atelier de réparation.

En outre, des technologies telles que la réalité augmentée, que nous avons déjà vues dans des entreprises comme Bosch, Mitchell et Spanesi, permettent aux techniciens d’effectuer des réparations plus efficacement avec un accès direct au support technique et de localiser des problèmes spécifiques avec plus de rapidité et de précision.

Et comme les véhicules sont non seulement de plus en plus électrifiés, mais aussi de plus en plus connectés, la capacité à exploiter et à traiter ces données devient essentielle. Actuellement, la voiture connectée moyenne génère 25 gigaoctets de données, une quantité considérable si l’on considère que nous consommons environ 15 mégaoctets pour la navigation sur le web et 869 mégaoctets pour la diffusion de vidéos en continu sur nos smartphones ou tablettes.

Systèmes pilotés par serveur

Au fur et à mesure de l’évolution de la technologie automobile, M. Terlep a fait remarquer que les processus de diagnostic dans l’atelier d’entretien et de réparation vont également changer, avec l’abandon de l’architecture électronique CAN BUS traditionnelle que nous avons connue au cours des deux dernières décennies au profit d’un portail de passerelle sécurisé déjà mis en œuvre par des sociétés comme FCA et Nissan et, finalement, d’un réseau piloté par serveur comme celui que nous connaissons actuellement avec les systèmes informatiques de bureau, où le serveur dirige toutes les données vers les différents modules et capteurs du véhicule.

M. Terlep a fait remarquer que dans les années à venir, l’IA et l’apprentissage automatique vont devenir une partie intégrante de presque tout ce que nous faisons et que si cela va perturber la manière dont les tâches et les processus ont été menés, cela ouvre également de nombreuses nouvelles possibilités et permet à toutes les parties prenantes dans l’espace de collision de collaborer et de communiquer plus efficacement.

Calendrier

Nos partenaires

Menu
X