fbpx

Recrutement et valorisation des travailleurs

Autosphere » Pneus » Recrutement et valorisation des travailleurs
La rareté de la main-d’œuvre peut être un frein au développement de nos entreprises, mais des solutions existent. Photo Shutterstock

La pénurie de main-d’œuvre n’est inconnue de personne dans le milieu de l’automobile et tous en ont subis de près ou de loin les répercutions.

Ce qui me frappe, c’est lorsque j’entends des propriétaires d’entreprises mettre un frein, voir un arrêt complet sur leurs projets d’expansion. J’ai récemment entendu un gestionnaire reconsidérer ses projets d’acquisitions de nouveaux ateliers et centres de pneus par crainte de ne pas avoir le personnel pour les opérer. Pire encore, il disait ne pas comprendre comment les institutions financières pouvaient financer de tels projets qui selon lui, le succès est rendu précaire.

Recrutement international

Le constat peut sembler sombre, mais il y a des pistes de solutions. Entre autres, des entreprises spécialisées dans le recrutement international peuvent vous aider à acquérir de la main-d’œuvre hors Canada et vous guider dans ces démarches. Il faut savoir que le processus est long et coûteux et que c’est un projet qui doit être planifié des mois à l’avance.

Il faut aussi penser prendre en charge le nouvel arrivant afin de l’aider dans son processus de logement et le guider vers les différents services afin de combler tous ses besoins. Il ne faut surtout pas l’abandonner et le laisser seul dans ses recherches, c’est un processus d’accompagnement. Cela peut sembler insurmontable, mais au contraire, plusieurs entreprises de notre milieu l’ont fait avec succès.

Valoriser la main-d’oeuvre

On peut aussi composer avec les ressources que nous avons déjà. Faire monter en responsabilité vos meilleurs joueurs, les mettre en position de capitaine afin de donner le ton au reste de l’équipe. La distribution de parts de l’entreprise peut contribuer à garder vos meilleurs atouts.

Un plan de rétention de qualité avec des avantages sociaux novateurs est un incontournable. Gardez en tête que le taux horaire ne compte que pour une partie de la motivation de l’employé. Quelques mois après une augmentation salariale, le dollar ou deux de plus de l’heure sont déjà oubliés et considérés comme acquis. Il faut miser sur le bien-être de l’individu, sur des mesures qui lui donnent envie de venir travailler le matin.

Vos avantages sociaux ont un poids énorme sur l’engagement de vos employés. Il y a une multitude de facteurs de rétention que vous pouvez mettre en place tels que les congés le vendredi après-midi, les breuvages et collations sans frais, les dîners d’équipe (BBQ dans la cour par exemple), congé le jour anniversaire, allocations pour les outils … Bref la liste est exhaustive et seule votre imagination est la limite.

Profits et concentration

Certains vont aussi envisager la décroissance, c’est-à-dire diminuer les activités de l’entreprise, ce qui n’est pas forcément mauvais en soi et ne veut pas systématiquement dire perte de revenus. Certains vont réduire les heures d’ouverture, couper dans la disponibilité de certains services.

Vous pouvez miser sur vos forces, concentrer vos activités sur des tâches à meilleur profit, vous spécialiser dans des réparations où vous êtes très à l’aise et délaisser les activités pour lesquelles vous êtes moins bien outillé et formé. En 2022, je crois qu’il est temps d’appliquer l’adage travailler mieux, mais pas travailler plus, et de revoir nos processus qui autrefois semblaient appropriés, mais qui n’ont peut-être pas évolué avec les réalités du marché.


Alexandre McCabe est conseiller aux opérations réseau pour Point S Canada.

 

 

 

Catégories : Chronique, Pneus
Étiquettes :

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

Menu
X