fbpx

EEB : Le courage de décider

Autosphere » Pneus » EEB : Le courage de décider
Steffy Theetge, maintenant directrice générale des ventes pour le groupe de concessionnaires Theetge. PHOTO École d’Entrepreneurship de Beauce

Des entrepreneurs du secteur automobile ont bénéficié de leur expérience à l’École d’Entrepreneurship de Beauce (EEB) pour faire passer leurs carrières et leurs entreprises à un niveau supérieur.

C’est ce que témoignent Steffy Theetge et Sylvain Marois, deux entrepreneurs du secteur, qui, malgré des parcours très différents, affirment que l’EEB représente un véritable virage pour eux.

Mme Theetge est revenue à l’entreprise familiale après une formation universitaire en commerce et marketing. « Mon défi était de faire ma place dans cette entreprise familiale, explique-t-elle. J’ai entendu parler de l’EEB par une connaissance et j’y voyais une opportunité de construire ma confiance et d’ajouter des cordes à mon arc de gestionnaire. »

Participante au Programme Émergence de 2018 à 2019, elle y a côtoyé des entrepreneurs comme elle qui la comprenaient. « Ce qui m’a particulièrement aidé dans ce parcours c’est le volet humain, un aspect qui n’est pas développé à l’université. Établir une mission pour l’entreprise passe avant tout par la gestion des employés. L’École m’a vraiment aidée, surtout avec les témoignages d’entrepreneurs d’expérience, à réduire l’opposition et à engager toute l’équipe dans le changement. »

Elle a pu appliquer les notions apprises directement dans l’entreprise et faire évoluer toute l’équipe avec elle. « C’est du concret, avec des stratégies claires et des objectifs à réaliser, témoigne Mme Theetge. C’est valorisant pour toute l’organisation. »

Après son passage à l’EEB, elle a conservé un lien avec les membres de sa cohorte. « Ce réseau de jeunes entrepreneurs est une véritable richesse, précise-t-elle. Nous venons de différents secteurs et avons des expertises différentes, ça nous permet d’échanger des trucs et des contacts. »

Le courage de décider

Sylvain Marois pour sa part a participé au Programme Élite de l’EEB y a quelques années. À cette époque, il venait de racheter l’entreprise familiale, Pneus SP d’Anjou et en 2017, gérait cinq ateliers. « Nous avons appris sur le tas, comme on dit. J’avais l’expérience, mais pas de formation et nous vivions une crise de gestion qui engendrait beaucoup de stress. D’un côté je me cherchais et doutais de mes capacités et de l’autre, je voulais me comparer avec d’autres entrepreneurs. Un collègue m’a parlé de l’EEB et je m’y suis inscrit. J’aurais probablement dû le faire bien plus tôt, tellement ce parcours a changé ma vision et des façons de faire. »

Comme le dit M. Marois, l’École lui a prouvé qu’il était à sa place, qu’il était un véritable entrepreneur. « Qui plus est, les formateurs et les entrepreneurs d’expérience m’ont donné énormément de solutions, puisqu’ils ont réussi malgré les épreuves. Une des grandes leçons que je retire de cette expérience, c’est qu’il faut savoir s’entourer de personnes dont les compétences viennent compléter les miennes. »

Pour M. Marois, maintenant président de Gestion SOJA-X, qui œuvre dans l’immobilier, le pavage et l’excavation, l’EEB a été un accélérateur. « Je n’ai plus peur de prendre des décisions. Je me suis diversifié et vendu des entreprises pour me lancer dans d’autres aventures. Tout m’intéresse et cette nouvelle confiance en moi me donne le courage d’avancer. »

Sylvain Marois, président de Gestion SOJA-X, considère l’EEB comme un accélérateur qui lui a fait gagner 25 ans d’expérience. PHOTO École d’Entrepreneurship de Beauce

 

Catégories : Pneus, Publicitaire
Étiquettes : ,

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

Menu
X