fbpx

Un œil sur le stock, une main sur le téléphone

Autosphere » Pneus » Un œil sur le stock, une main sur le téléphone
inventaire pneu
On prévoit des retards de livraison et des ruptures de stock dans certaines dimensions et marques, mais rien d’alarmant. PHOTO Robert Laursoo / Unsplash

Les perturbations de l’approvisionnement viennent brouiller les cartes dans la gestion des inventaires de pneus.

Les spécialistes du secteur du pneu s’entendent pour dire que la prochaine saison de changement de pneu sera encore marquée par les bouleversements occasionnés par la pandémie et d’autres facteurs aggravants.

Ceci étant dit, c’est surtout l’approvisionnement de pneus venant d’Asie qui serait touché.

Comme l’indique Patrick Lavoie, vice-président marketing et communications chez Point S Canada, les pneus chinois commandés de longue date sont encore bloqués dans les ports et risquent de ne pas arriver à temps.

« C’est moins pire pour les produits européens, même si l’on enregistre une augmentation des prix du transport par conteneur. Il ne faut pas oublier que plusieurs pneus destinés à notre marché sont produits au Canada ou aux États-Unis et dans ce cas, l’approvisionnement ne causera pas de problème. Là où ce sera difficile, c’est dans le pneu d’entrée de gamme à bas prix. »

L’heure est à la flexibilité

Pour le centre de pneus, cela signifie qu’il devra faire preuve de flexibilité. L’entreprise indépendante qui gère ses propres inventaires sera désavantagée dans son accès aux produits demandés par ses clients.

Le centre de pneus devra démontrer son expertise en trouvant pour ses clients des pneus équivalents d’une autre marque ou, ce que prévoit M. Lavoie, d’une catégorie de qualité un peu supérieure.

Chose certaine, aucune raison de s’inquiéter outre mesure.

Il sera possible au commerçant de trouver un pneu correspondant au véhicule de son client, mais pas nécessairement au prix espéré par ce dernier.

C’est d’ailleurs ce que perçoit Michael Rutherford, Directeur de l’exploitation, d’OK Tire Stores.

« Les centres doivent réserver rapidement et longtemps d’avance les pneus populaires dans leurs marchés respectifs auprès de leur distributeur. La notion de la commande juste à temps doit être revue dans ce contexte. Ce serait s’exposer à chercher sans succès les pneus en forte demande. »

Selon lui, les problèmes de transport et d’accès à la matière première pourraient se prolonger sur la prochaine année.

Vendre la qualité

M. Rutherford constate toutefois que la rareté du pneu d’entrée de gamme pourrait avoir des effets positifs sur les centres de pneus.

« Vendre des pneus à bas prix expose les commerçants à fermer les yeux sur des produits à plus grande valeur, offrant une marge de profits plus intéressants. L’important est de bien suivre, à chaque cycle, l’évolution de la demande sur leur marché. Il faut aussi y greffer les effets de mode qui vont influer sur les attentes des consommateurs. »

Selon cet expert, une stratégie claire doit être mise en place dans l’entreprise pour prévoir les inventaires en prévision de la demande.

Il insiste aussi sur l’importance de la formation des conseillers.

Ce sont ces derniers qui devront ajuster les attentes des clients aux réalités du marché.

Cet élément d’expertise revient d’ailleurs dans toutes les conversations avec nos experts.

Il faut que le conseiller au comptoir soit en mesure d’expliquer la situation au client, comprendre ses besoins et connaître sur le bout des doigts la gamme de produits qui peuvent être proposés si le premier choix du client n’est pas disponible.

De bons inventaires

Les grands distributeurs ont sécurisé des inventaires importants de pneus, prévoyant les entraves à la circulation de l’ensemble des biens de consommation venus d’outremer, principalement d’Asie.

Ce sont les aléas de la mondialisation du commerce.

Nous avons parlé à ce sujet à un représentant d’un important fabricant de pneus, Pierre Zupancic, directeur des ventes pour l’est du Canada chez Nokian Tyres.

« Nous avons anticipé ces difficultés d’approvisionnement, explique-t-il. Mais il est difficile d’accélérer la fabrication de nos pneus en prévision d’une rareté du côté des pneus asiatiques. Cette situation met de la pression sur tous les fabricants. Nous avons toutefois été en mesure d’approvisionner nos grands distributeurs avec les volumes habituels de pneus. Il y aura certainement des ruptures pour certains modèles et dimensions, mais c’est une situation qui se répète chaque année. Ce sera certainement le cas avec les pneus pour camions légers, sources d’une forte demande. Le consommateur va assurément trouver des pneus pour sa voiture, ça je tiens à le préciser, mais pas nécessairement dans son premier choix. »

Réservez tôt

Le fait que le gouvernement québécois ait devancé de deux semaines la date limite d’installation des pneus d’hiver avait déjà mis de la pression sur l’approvisionnement.

« Le centre de pneus doit se garantir rapidement les pneus qu’il va vendre lors de la prochaine saison. C’est d’autant plus important d’être proactifs en cette période où même certaines réservations (bookings) ne pourront être respectées dans les échéances prévues. Ce sera plus difficile pour les ateliers indépendants qui ne sont pas appuyés par un grand distributeur. Dans l’avenir prévisible, les clients de dernière minute seront pénalisés. »

Il recommande aux centres de pneus de sauter rapidement sur le téléphone, de parler avec leurs clients, tout en gardant un œil sur l’inventaire disponible chez leur distributeur et de tout de suite confirmer la vente et la réservation des pneus.

Les plateformes de gestion d’inventaire partagée en temps réel sont des outils précieux.

À cette époque où rares sont les centres de pneus qui ont, dans leur propre entrepôt, les pneus nécessaires à répondre à la demande de leurs clients pour la saison, la relation étroite avec le distributeur est névralgique.

Catégories : Éditorial, Pneus
Étiquettes : , ,

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

septembre, 2021

Nos partenaires

Menu
X