fbpx

Les nombreuses nuances de vert

Autosphere » Parc » Les nombreuses nuances de vert
« Un nombre croissant de VÉ sont désormais disponibles pour une commande par le parc en 2024. » –Amanda Kazemba, consultante, Holman. Photo Shutterstock

Considérations pratiques pour l’adoption des véhicule à très faibles émissions (ultra-low-emission vehicle ou ULEV).

Avec autant de véhicules électrifiés disponibles aujourd’hui, et beaucoup d’autres qui seront commercialisés dans un avenir proche, il peut être difficile pour les gestionnaires de parc de s’y retrouver parmi toutes les options.

Selon Amanda Kazemba, consultante chez Holman, le paysage des VÉ au Canada continue de prendre de l’ampleur et d’évoluer dans une direction positive. « Un nombre croissant de VÉ sont désormais disponibles pour être commandés par les parcs en 2024 et au-delà, avec des modèles moins coûteux qui augmentent la disponibilité, précise-t-elle. En outre, de nombreux constructeurs offrent des incitatifs et permettent d’augmenter les commandes de quantités de VÉ en Colombie-Britannique et au Québec, où les mandats sont plus stricts à l’égard des véhicules à zéro émission. »

« De plus, la demande générale de VÉ a ralenti au cours des derniers mois et les stocks des concessionnaires continuent d’augmenter. Pour les opérateurs de parcs, cela signifie qu’il est désormais possible de trouver un certain nombre de VÉ dans les stocks des concessionnaires ; un domaine qui a constitué un défi particulier au cours des deux années précédentes. »

Comprendre les options

Choisir le niveau optimal d’électrification peut être un défi pour les gestionnaires de parc. « D’une manière générale, chaque application de parc est adaptée à un ou plusieurs de ces véhicules à très faibles émissions ou ULEV », explique Joe Korn, consultant en projets de développement durable, Holman. « Cela dit, comprendre comment un véhicule est utilisé permet de déterminer la meilleure solution pour chaque application du parc. »

Korn donne les exemples suivants. « Les véhicules qui empruntent un itinéraire planifié à l’avance et retournent à un emplacement central à la fin de leur journée sont d’excellents candidats pour les véhicules électriques à batterie (VÉB). Dans un autre scénario, un parc de vente avec des itinéraires irréguliers parcourant des kilomètres importants, potentiellement par des températures plus froides, bénéficierait probablement d’une solution hybride rechargeable (VHR) ou hybride (HEV). »

Bien que jongler avec les options semble assez simple à première vue, l’un des défis auxquels sont confrontés les professionnels des parcs est le fait que chacune de ces technologies ULEV offre des modèles limités pour s’adapter à chaque application de parc.

« Par exemple, explique M. Korn, aujourd’hui, la plupart des modèles hybrides sont des voitures particulières, des monospaces ou des VUS. Ces modèles sont idéaux pour les applications liées à la vente, ainsi que pour les véhicules de pool et même certaines unités de service. Cependant, les options hybrides sont limitées, voire inexistantes, pour les rôles dans lesquels une camionnette ou un camion de service est nécessaire. En ce qui concerne les VÉB, les meilleures applications sont celles qui fonctionnent en étoile, les véhicules revenant à un point central à la fin de la journée. Les VÉB conviennent parfaitement à un parc de livraison du dernier kilomètre. »

Environnement et besoins de recharge

Avninder Buttar, premier vice-président – stratégie d’électrification et livraison chez Element Fleet Management est d’accord, ajoutant que l’application, ainsi que l’environnement, sont des considérations critiques lorsque les gestionnaires de parcs examinent leurs options.

« Les cas d’utilisation plus contrôlables, où les conditions météorologiques, la charge de l’équipement et le remorquage sont moins importants, sont plus faciles à électrifier, explique M. Buttar. Il y a plus de véhicules disponibles dans la catégorie des véhicules légers « grand public », qui sont idéaux pour les ventes et les fonctions de supervision. Pour les cas d’utilisation plus orientés vers les services, nous avons commencé à voir l’introduction de camions, de fourgonnettes, etc. qui répondent aux besoins dans ce domaine, et nous constatons des progrès vers l’électrification. »

L’infrastructure de recharge est un élément clé. « Certains véhicules utilitaires légers nécessitent différents types de charge, explique M. Buttar. Il est donc important de comprendre le comportement du conducteur et l’endroit où le véhicule sera garé pendant la nuit. Cela dictera les exigences en matière d’infrastructure, qui peuvent être aussi simples ou aussi compliquées que vous pouvez l’imaginer, en fonction des besoins. »

Lorsque l’on examine les différentes options, il est important d’avoir une vue d’ensemble, estime M. Buttar.

« Lorsqu’un véhicule professionnel spécifique a tendance à tourner au ralenti (par exemple, un véhicule de livraison), une alternative électrique est bien adaptée, ajoute-t-il. Le Forum économique mondial prévoit une augmentation de 36 % du nombre de véhicules dans les centres urbains d’ici 2030, ce qui entraînera une augmentation des émissions (en l’absence d’introduction de véhicules utilitaires légers) de 30 %, soit 25 millions de tonnes de CO2 par an. »

Ainsi, bien que les options ULEV puissent être compliquées et complexes, le tableau d’ensemble indiquerait qu’il s’agit d’un pas dans la bonne direction pour les parcs d’aujourd’hui

Peser le pour et le contre

M. Buttar chez Element Fleet Management offre une vue d’ensemble des avantages et des inconvénients des différentes options ULEV.

  • Véhicules électriques à batterie (VÉB)

Avantages : Ces VÉ offrent la plus grande réduction des émissions de carbone (à l’échappement) pour les parcs et disposent généralement de la technologie la plus récente des équipementiers. Ils peuvent commencer chaque cycle de travail avec une charge complète, minimisant ainsi les temps d’arrêt qui seraient autrement consacrés à faire le plein dans les stations-service. De nombreux États et provinces d’Amérique du Nord offrent des « avantages VÉ », tels que l’accès aux voies réservées aux véhicules à haut taux d’occupation (HOV), des parkings plus accessibles, etc. Les coûts sont également moindres, car l’énergie est généralement moins chère que le carburant, et l’entretien est simplifié pour la plupart des véhicules électriques.

Inconvénients : comme ces véhicules n’ont pas de source de carburant alternative, l’anxiété liée à l’autonomie est à prendre en considération en l’absence (et en cas d’empreinte incohérente) d’un réseau de recharge public. Il a été démontré que le climat et les conditions météorologiques ont un impact sur l’autonomie des véhicules, ce qui signifie que les parcs peuvent avoir différents scénarios dans lesquels un VÉB peut être idéal ou non, même pour le même cas d’utilisation. Des options limitées de VÉB sont disponibles pour le parc. Les véhicules sont toujours plus chers que leurs équivalents MCI, mais ce problème est de moins en moins préoccupant.

  • Véhicules électriques hybrides rechargeables (VHR)

Idéal pour les conducteurs qui emportent leur véhicule de parc à la maison et qui envisagent de parcourir de longues distances où il n’y a pas forcément d’infrastructure de recharge disponible. Pour les VHR, il existe une plage limitée où le véhicule n’utilise que la batterie et est donc considéré comme un véhicule à zéro émission.

Pour : Les VHR offrent une plus grande flexibilité pour les besoins en carburant (gaz et énergie). La transition vers les véhicules MCI est plus facile, car les conducteurs continueront à utiliser les stations-service ou les prises domestiques standard de 15 A pour faire le plein. Aucune installation de chargeur n’est nécessaire, ce qui permet à un plus grand nombre de conducteurs de parcs de bénéficier de ce véhicule. De nombreuses options de parc standard sont disponibles sous forme de VHR.

Inconvénients : si les conducteurs ne rechargent pas leur véhicule, celui-ci devient moins efficace qu’un véhicule MCI comparable en raison du poids supplémentaire de la batterie ; le comportement du conducteur est donc un élément essentiel de la réussite de la mise en œuvre des VHR.

  • Hybrides légers/Hybrides

Avantages : Il n’est pas nécessaire d’installer un chargeur ou de le brancher. Très peu d’anxiété quant à l’autonomie. Aucune gestion du changement ou modification du comportement n’est nécessaire pour les conducteurs, mais vous obtenez toujours des gains d’efficacité énergétique, ce qui est bénéfique du point de vue des coûts et des émissions de gaz à effet de serre.

Inconvénients : le véhicule n’est pas considéré comme un véhicule à émission zéro et les gains de réduction des émissions de gaz à effet de serre sont plafonnés. Nous voyons des clients utiliser les véhicules électriques hybrides comme un tremplin pour réduire certaines émissions et certains coûts, mais ils ne s’attendent généralement pas à ce que ce soit leur solution durable à long terme.

 

EMPLOIS

 
St-Bruno Nissan
Commis de bureau
 
  SAINT BASILE LE GRAND
  Permanent
 
 
Entrepôt Auto Durocher
Conseiller.ère aux ventes - temps partiel (vendredi / samedi / dimanche)
 
  MIRABEL
  Temps partiel
 
 
Olivier Ford
Mécanicien.ne
 
  ST-HUBERT
  Temps plein
 
 
Entrepôt Auto Durocher
Conseiller.ère aux ventes (14-30 véhicules par mois - 80k à 140k + par an)
 
  MIRABEL
  Temps plein
 
 
Acura Plus Blainville
Commis aux pièces
 
  BLAINVILLE
  Temps plein
 

ARTICLES POPULAIRES