fbpx

Ces conducteurs qui se comportent mal

Autosphere » Parc » Ces conducteurs qui se comportent mal
Une sélection efficace des conducteurs est essentielle pour avoir des employés fiables et productifs. Photo Daimler AG

Un dossier de conduite irréprochable peut ne pas suffire à atténuer le risque. Cela peut simplement signifier que le conducteur n’a pas été arrêté. 

Tout le monde pense être un bon conducteur, mais tout le monde ne peut pas avoir raison. Les mauvais conducteurs peuvent coûter cher, surtout s’ils conduisent un véhicule de parc. C’est pourquoi il est essentiel que les gestionnaires de parc puissent soustraire les mauvais conducteurs de leurs rangs avant que ceux-ci ne deviennent des responsabilités coûteuses.

L’un des outils de sélection des conducteurs qui a fait ses preuves est le dossier de conduite, qui donne à l’employeur une bonne idée des antécédents de conduite d’une personne. Cependant, si elle peut indiquer à un employeur si ce conducteur a l’habitude d’enfreindre la loi ou d’avoir des accidents, elle ne peut pas lui dire si ce conducteur a besoin d’une formation pour faire face à des défis et à des déficiences dont il ne soupçonne peut-être même pas l’existence.

« Nous vérifions le dossier du conducteur », explique Jennifer Chapman, directrice du marketing et des ventes pour la région centrale de Foss National Leasing, « mais nous recommandons également ce que nous appelons un module de perception des dangers. Il s’agit d’un module de formation en ligne qui détermine le type de formation supplémentaire dont un conducteur aurait besoin, ou s’il serait considéré comme un conducteur sûr. »

Mme Chapman explique que le module peut être adapté au type de véhicules qu’un employé donné est appelé à conduire, notamment les camions de livraison et les véhicules de vente. Si, par exemple, le test détermine que le conducteur ne vérifie pas ses rétroviseurs comme il le devrait, la formation recommandée portera sur l’utilisation des rétroviseurs.

« Les clients qui profitent de ce test l’apprécient beaucoup, ajoute Mme Chapman. Ils font passer le test aux conducteurs au moment de leur embauche afin de s’assurer qu’avant que le conducteur ne monte dans un véhicule, il a reçu toute la formation nécessaire pour atténuer les risques. »

Suivi continu

Si le contrôle des conducteurs est un outil utile, il n’est pas infaillible, affirme Derek Montgomery, superviseur de la sécurité des conducteurs au Canada pour Holman. C’est pourquoi les gestionnaires de parcs doivent continuer à surveiller les conducteurs après leur embauche, et c’est pourquoi il doit y avoir un engagement permanent envers la sécurité au sein de l’organisation. C’est le seul moyen de gérer et de minimiser les risques à long terme.

« Il peut être très difficile d’éliminer des individus en se contentant d’un extrait de permis de conduire ou en examinant des témoignages ou des références, explique M. Montgomery. Une fois que vous avez mis le conducteur derrière le volant, il y a la possibilité de surveiller sa conduite avec l’aide de la télématique. Vous pouvez alors prendre toute sorte de mesures qui pourraient être nécessaires pour régler les problèmes potentiels. »

Bien qu’il s’agisse d’un outil utile, Sasha Arasteh, directrice de la mobilité et des services électroniques – Amérique, Shell Fleet Solutions, estime que la télématique ne doit pas être utilisée pour qualifier quelqu’un de « mauvais conducteur. »

« Vous mesurez des éléments tels que le freinage brusque, la vitesse, le port de la ceinture de sécurité et les virages serrés, explique Mme Arasteh, mais vous ne faites pas cela pour qualifier quelqu’un de mauvais conducteur. Ce n’est pas le but. »

Selon Mme Arasteh, il s’agit plutôt d’une occasion de coaching pour le gestionnaire de parc. « Il faut comprendre ce qui s’est passé, ajoute-t-elle. Est-ce la route qu’ils empruntent ? Y a-t-il un autre facteur sous-jacent, comme le stress ou la circulation ? Une fois que vous avez compris ce qui se passe et quel est le véritable problème, vous pouvez fixer un objectif ensemble et établir un plan d’amélioration. Ainsi, ce n’est pas parce que quelqu’un a eu un incident de sécurité, ou un incident de conduite, que le conducteur ne peut pas s’améliorer. »

La télématique comme moyen de dissuasion

Si la télématique peut fournir aux gestionnaires de parcs des informations sur les habitudes de conduite à risque, Mme Arasteh affirme que, parfois, le simple fait d’avoir un système télématique installé dans un véhicule suffit à dissuader certains conducteurs de mal se comporter. En d’autres termes, le fait de savoir que la direction observe est suffisant pour motiver les conducteurs à suivre la politique de l’entreprise lorsqu’ils sont au volant.

Les conducteurs se rendent également compte qu’ils peuvent faire des erreurs et que la direction ne réagira pas de manière excessive, mais leur fournira plutôt l’encadrement nécessaire pour s’améliorer. « Ils ne sont peut-être pas un conducteur parfait, ils peuvent faire des erreurs, mais ils savent qu’il y a des possibilités d’amélioration », ajoute-t-elle.

Les gestionnaires de parcs automobiles ont compris que la sélection des conducteurs n’est pas un projet ponctuel. Il s’agit plutôt d’un processus continu. S’il est vrai que vous pouvez en apprendre beaucoup sur une personne en lisant son dossier de conduite, même un dossier impeccable peut signifier que vous avez affaire à un mauvais conducteur qui n’a tout simplement pas été pris.

En revanche, un suivi continu peut vous alerter sur des problèmes que vous ne soupçonniez pas chez le conducteur et vous donner l’occasion de former, d’encadrer et d’atténuer les risques en permanence.

 

AAPEX 2021 Button FR

SEMA 2021 Button FR

GTE 2022 Button FR

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

février

31julToute la journée06PROGRAMME DE LEADERSHIP CCAMUn programme exclusif pour les gestionnaires de concessions

01sep9:00 am30mar(mar 30)1:00 pmCSMO-Auto: ESTIMATION DE DOMMAGES AUTOMOBILES

15fev11:30 am12:00 amWEBINAIRE D'INFORMATION - COMPÉTENCES VÉ - CARROSSERIE - OUTAOUAIS

mars

02marToute la journée05Le Salon du VR : le grand retour !