fbpx

GM avise les parcs que l’allocation de certains modèles est complète

Autosphere » Parc » GM avise les parcs que l’allocation de certains modèles est complète
Chris Hill fleet manager
Chris Hill. Photo Jack Kazmierski

Les contraintes d’approvisionnement signifient que les commandes peuvent être retardées pour les clients des parcs.

Pour commencer, je voudrais féliciter General Motors d’avoir rebaptisé ses véhicules électriques Buick du nom d’Electra. Cela semble si parfait pour une ligne de véhicules électriques. Et elle a une longue histoire.

Quand j’avais 12 ans, je me souviens d’un couple qui est venu dîner un soir chez mes grands-parents dans une nouvelle Buick Electra. J’ai pensé que c’était la voiture la plus élégante que j’aie jamais vue, avec du chrome et du verre scintillants partout sur sa majestueuse carrosserie noire. Mon grand-père ne s’intéressait pas aux voitures qui n’étaient pas un moyen de transport de base. Il ne voulait pas aller plus loin qu’une Ford LTD, bien qu’il l’échangeait régulièrement tous les deux ans. La dernière voiture qu’il a possédée était une Honda Civic.

Des temps difficiles

En parlant d’échange de véhicules (et plus précisément dans les parcs de véhicules), au milieu de la période la plus difficile à laquelle les gestionnaires de parc aient jamais été confrontés lorsqu’il s’agit d’acquérir de nouveaux actifs, GM a récemment annoncé que ses carnet de commande pour les camionnettes Chevrolet et GMC Heavy Duty à cabine normale et allongée de l’année modèle 2023 étaient complets pour les clients des parcs. Cela signifie essentiellement que, bien que les carnets de commandes restent ouvertes, GM ne sera probablement pas en mesure d’allouer suffisamment d’unités de production, ce qui rendra difficile pour les parcs de commander des véhicules et de gérer les dépenses connexes de manière rentable.

Bien qu’il y ait probablement de nombreux facteurs qui influencent cette décision, elle m’a rappelé l’époque où j’étais un jeune gestionnaire de parc. J’ai rencontré un jour le directeur d’un concessionnaire Chevrolet à Toronto, qui m’a dit sans ambages qu’il détestait vendre à des parcs automobiles, que ces ventes ne rendaient pas service à sa clientèle de détail et qu’elles n’étaient tolérées que « pour faire bouger le métal ».

Il reste à voir si cette façon de penser existe encore, mais le fait est qu’à l’heure actuelle, certains parcs vont manquer de certains véhicules indispensables.

Espérons que cette situation pourra être résolue au cours des prochains mois, car les véhicules des parcs sont essentiels à notre économie et permettent à tout de fonctionner. La preuve en est qu’un violent orage a frappé le sud de l’Ontario et le Québec en mai dernier. À ce moment-là, les parcs automobiles des services publics d’électricité ont été déployés pour remplacer plus de 1900 poteaux cassés et rétablir le courant pour des milliers de clients.

Complexité supplémentaire

Après deux années d’attente extraordinaire pour les nouveaux véhicules, l’annonce de General Motors ajoute une complexité supplémentaire à une situation déjà difficile. On ne peut qu’espérer que les conditions s’amélioreront et que l’impact sur les concessionnaires qui ont délibérément établi de bonnes relations avec leurs clients du parc automobile et mérité leur clientèle sera minimisé. Il y a des gens formidables qui gèrent les ventes pour les parcs chez les concessionnaires et aussi au niveau des équipementiers et je suis sûr qu’ils ressentent tous l’impact de situations comme celle-ci.

En 1981, alors que l’inflation était élevée et que l’économie était en récession, Chrysler a dû faire face à la dure réalité : ses voitures ne se vendaient pas bien. Elle avait une nouvelle ligne de produits appelée K-car qui semblait être un point d’interrogation. Puis, Xerox Corporation a passé une commande de 6000 voitures K-car pour son parc américain et la voie de la reprise s’est ouverte pour Chrysler. Le responsable du parc automobile de Xerox, Ron Pink, est devenu une sorte de célébrité. Il n’était certainement pas un client de seconde classe en ce qui concerne Chrysler.

On dit souvent que l’histoire se répète, et en examinant les stratégies employées lors de périodes difficiles (comme le début des années 1980), nous pouvons souvent nous inspirer de solutions efficaces aujourd’hui. Alors que les pénuries de stocks sont susceptibles de persister, il est important que les équipementiers, qui ont traditionnellement desservi les parcs automobiles, continuent à soutenir leurs clients, en aidant à créer des solutions qui leur profitent à eux, à leurs concessionnaires et à leurs clients.


Chris Hill a été gestionnaire de parc et conseiller auprès de certaines des entreprises les plus connues du Canada, de plusieurs municipalités et du gouvernement de l’Ontario. Il a été deux fois président de la section ontarienne de la NAFA. Il est actuellement gestionnaire de programme, planification du parc automobile, pour la ville de Guelph.

 

EMPLOIS

 
GT AUTOTECH
Conseiller.ère technique
 
  ST-EUSTACHE
  Temps plein
 
 
Grenier Volkswagen
Spécialiste de la mise en marché
 
  MASCOUCHE
  Temps plein
 
 
KIA JOLIETTE
Contremaître d'atelier
 
  JOLIETTE
  Temps plein
 
 
Complexe Auto Plus
Directeur.rice adjoint.e aux ventes / conseiller.ère aux ventes sénior.e (1 poste)
 
  SAINT-JÉRÔME
  Temps plein
 
 
Volkswagen St-Bruno (et Audi St-Bruno)
Contrôleur.e
 
  SAINT-BRUNO
  Permanent
 

ARTICLES POPULAIRES