fbpx

S’équiper pour suivre la technologie

Autosphere » Parc » S’équiper pour suivre la technologie
Joëlle Larente, directrice nationale des équipements roulant pour Telecon, gère un parc diversifié de quelque 2500 unités.
Cette hydro-excavatrice permet de creuser tout en retirant la boue produite lors de l’excavation.
Un des nombreux camions nacelles travaillant sur les réseaux aériens.
Cette trancheuse pour canalisation sert à l’enfouissement des câbles.
Une division de Telecon, Promark-Telecon, offre le service de localisation d’infrastructures souterraines, ce qui évite des situations problématiques lors d’excavations.
PHOTOS Telecon

Telecon est une entreprise nationale offrant des services de conception, de construction et de connexion des infrastructures de réseaux de télécommunications. À ce titre, elle gère un vaste parc composé en grande partie d’équipements mobiles spécialisés et stratégiques.

Le domaine des télécommunications est en effervescence. Pensons notamment à la pandémie qui a mis en évidence le besoin de brancher rapidement les régions éloignées à l’internet haute vitesse ou à l’arrivée de la 5G.

« Il y a en effet une très forte demande, témoigne Joëlle Larente, directrice nationale des équipements roulants pour Telecon. Nous œuvrons principalement pour les grandes entreprises de télécommunications au pays qui nous confient à la pièce ou en formule clé en main la planification, l’installation et le maintien de leurs infrastructures, qu’elles soient aériennes ou enfouies. » L’entreprise offre aussi un service expert en localisation des infrastructures souterraines, un service nécessaire avant des travaux d’excavation.

Pour réaliser cette tâche colossale et névralgique, l’entreprise compte sur un parc roulant de quelque 2500 unités. De ce nombre, on retrouve 500 véhicules légers. Le reste du parc est composé de véhicules adaptés, parfois particulièrement spécialisés. On peut ainsi évoquer les taupes hydrauliques mobiles qui servent à creuser des passages souterrains pour les conduites de câblage. « Nous possédons également les équipements lourds nécessaires à la réalisation de travaux d’aménagement paysager, puisque nous travaillons souvent en secteurs urbanisés et remettons les lieux dans leurs conditions d’origine », ajoute Mme Larente.

Gérer les dimensions

La gestion du parc se fait en étroite collaboration avec la direction des opérations. « Il faut tenir compte des saisons, des urgences et aussi des contrats décrochés pour nous assurer que les équipements nécessaires seront disponibles pour nos équipes au bon moment, explique la gestionnaire. Je vais ainsi régulièrement réassigner certains véhicules et équipements en fonction des besoins. Parfois, il faut faire preuve de créativité et demeurer flexibles. En ce sens, nous avons plusieurs fournisseurs en mesure de nous louer rapidement les véhicules additionnels dont nous avons besoin. »

La répartition des équipements selon les besoins est facilitée par le fait que presque la totalité du parc est géolocalisée. Les données tirées de ces outils permettent aussi de prévoir les remplacements et suivre le programme d’entretien. À ce chapitre, soulignons que Telecon va laisser aux concessionnaires ou à des garages indépendants la responsabilité de l’entretien des véhicules légers. Les utilisateurs détiennent une carte de service qui gère ces entretiens et le carburant.

Les véhicules lourds considérés comme stratégiques sont entretenus dans leurs ateliers par des techniciens qualifiés. Ceux qui comportent des équipements très spécialisés sont quant à eux de la responsabilité des fournisseurs. Ici aussi, les données numériques permettent de valider que les entretiens préventifs sont bel et bien effectués. Finalement, les données liées aux véhicules assurent aussi un suivi des bons comportements routiers des utilisateurs, notamment en cas de plaintes.

Prévoir les équipements

Dans sa sphère d’activité, Telecon doit prévoir l’acquisition d’équipements de pointe dans un contexte où les délais de livraison peuvent parfois être imprévisibles. Avant de se départir d’un véhicule, la gestionnaire s’assure qu’il ne pourrait pas connaître une réorientation de carrière dans une autre division. « J’essaie de garder une longueur d’avance sur nos besoins, mentionne Mme Larente. Ce n’est pas toujours une chose simple et nous devons parfois conserver plus longtemps des véhicules dont nous avions prévu le remplacement. En général, pour ce qui est stratégique, je réserve un an d’avance ce dont j’ai besoin auprès de nos fournisseurs. C’est toujours plus compliqué quand on décroche un gros contrat inattendu, mais on y arrive. » La communication constante avec les équipes des opérations est, selon cette rare femme à occuper un poste semblable au Canada, la clef pour cibler les priorités et trouver des solutions.

Récemment en poste chez Telecon, la gestionnaire d’expérience prépare un plan afin de verdir graduellement le parc. « J’analyse certaines divisions plus aptes à suivre ce changement, notamment celles qui utilisent un bon nombre de véhicules légers. « Il faut procéder avec un regard qui va plus loin que le remplacement d’un véhicule par son équivalent électrique, explique-t-elle. Il faut valider la logistique, notamment celle des infrastructures de recharge. Toutefois, cette évolution du parc est dans mes cartons. »

 

 

Catégories : Éditorial, Parc
Étiquettes : ,

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

Menu
X